Portrait de famille: les Trudel

Les Trudel ont déménagé à Boucherville lorsqu'ils ont... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Les Trudel ont déménagé à Boucherville lorsqu'ils ont fait le choix d'agrandir leur famille.

Photo Bernard Brault, La Presse

Avec trois enfants, pas le temps d'être désorganisé! Lorsqu'ils ont fait le choix d'agrandir leur famille, les Trudel ont dû se résoudre à déménager, et même à changer d'emploi.

De gauche à droite, David (39 ans), Alice... (Photo Bernard Brault, La Presse) - image 1.0

Agrandir

De gauche à droite, David (39 ans), Alice (2 ans), Genevière (36 ans), Julien (6 ans), Charlotte (8 ans).

Photo Bernard Brault, La Presse

RÉORIENTER SA CARRIÈRE

À la naissance du deuxième enfant, il a fallu faire des choix. Geneviève était infirmière aux soins intensifs à l'Hôpital de Montréal pour enfants. Le couple a déménagé de Notre-Dame-de-Grâce à Boucherville. Geneviève ne pouvait plus traverser le pont et tenir le coup avec des horaires chargés de 7 h à 19 h. Elle a trouvé un emploi à temps partiel en tant qu'infirmière en santé scolaire au CSSS Pierre-Boucher, près de la maison. « Il faut savoir se réorienter et se réorganiser lorsqu'on a des enfants. Je suis contente d'avoir deux journées de libres, car avec trois enfants, le temps vaut plus cher que l'argent. »

UN COUP DE MAIN DE LA VOISINE

Gabrielle, adolescente du quartier, accueille à la maison les deux plus grands, Charlotte et Julien, trois soirs par semaine, les jours où Geneviève travaille. À la sortie de l'école, tous les deux prennent l'autobus scolaire et rentrent à la maison, sans passer par le service de garde. Gabrielle joue avec eux et fait parfois réviser quelques mots de vocabulaire à Charlotte. « C'est la clé dans notre organisation. Quand je rentre de la garderie avec Alice, Gabrielle fait prendre le bain aux trois enfants et, de cette façon, je peux préparer le souper calmement, c'est une aide très précieuse. »

UNE ENTRÉE ORGANISÉE

On a refait l'entrée de la maison. Avec cinq manteaux et habits de neige, il a fallu mettre de l'ordre! On a cinq crochets et cinq paniers clairement identifiés. Chaque membre de la famille y met sa tuque, ses gants et son foulard l'hiver, et sa casquette et son imperméable l'été.

LES ENFANTS, C'EST SACRÉ

David se fait le devoir de rentrer tous les soirs pour prendre le temps de souper en famille. Les enfants racontent leur journée, et cette réunion quotidienne autour de la table permet à chacun de discuter avec les parents. Jusqu'au coucher des enfants, pas de courriels ni d'appels professionnels. De temps en temps, une fois les enfants au lit, il allumera son ordinateur pour terminer quelques dossiers.

PLANIFIER LES REPAS

Geneviève a dû s'y résoudre : planifier les repas, à cinq, c'est vraiment plus pratique. « Le dimanche, je prévois les repas et menus pour la semaine à venir. Je cuisine beaucoup et en grande quantité, comme ça, je peux congeler et utiliser les restes pour les lunchs des enfants », explique-t-elle.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer