Sous la couette après la fête

Qui, au Québec, est encore vierge lors de... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

Qui, au Québec, est encore vierge lors de sa nuit de noces ?

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le mariage

Vivre

Le mariage

Consultez notre dossier complet sur le mariage »

Dès l'aurore, vous étiez debout pour commencer ce long marathon de préparation et de festivités. La nuit venue, épuisés et peut-être avinés, vous devez pourtant retrouver la forme pour la consommation de votre union. Mais si l'on se fie aux statistiques, votre plus grand désir sera de tomber dans les bras non pas du nouveau marié, mais de Morphée...

Qui, au Québec, est encore vierge lors de sa nuit de noces ? Alors qu'il y a 50 ans, la plupart des gens se mariaient dans la jeune vingtaine pour avoir le droit de goûter aux plaisirs de la chair, en 2016, les nouveaux mariés sont trentenaires et jouissent d'une expérience sexuelle bien remplie.

« Ça n'a plus le même niveau d'intérêt, explique le sexologue et psychothérapeute François Renaud, qui reçoit des couples en thérapie dans sa clinique de Montréal. C'est une autre relation sexuelle, comme celles que l'on a eues par le passé. »

Les statistiques démontrent d'ailleurs que la majorité des couples préfèrent dormir une fois la fête terminée. Un sondage réalisé en 2013 par le Daily Mail révèle que 52 % des Anglais n'ont pas de rapports sexuels lors de leur nuit de noces, tandis qu'on grimpe à près de 70 % du côté de la France, selon deux autres sondages réalisés en ligne sur les sites Robeetmariee.com et Lamarieeencolere.com.

Cependant, même si les couples avouent ne pas avoir consommé leur nouvelle union, la plupart s'imposent beaucoup de pression pour faire de cette nuit un moment idyllique. « Je pense que c'est à cause des films et des émissions de télévision », soutient la sexologue et infirmière Myriam Bouchard, qui exerce à Saguenay.

«Dans les films, les personnages ont une belle nuit d'amour après la réception. Ç'a toujours l'air beau et merveilleux. Mais ce n'est pas ça, la vie.»

Myriam Bouchard
Sexologue et infirmière

« Une autre pression que les gens se mettent, c'est lors du voyage de noces, renchérit François Renaud. Quand ils partent en voyage, les couples s'imaginent qu'ils doivent faire l'amour tous les jours, cinq fois par jour, rester au lit toute la semaine. C'est la pire menterie des films et des émissions de télévision ! Qui reste réellement sept jours dans un lit ? Les gens vont avoir envie de profiter des lieux. »

La pression des événements spéciaux

Selon les deux sexologues, il existe en général dans le rituel amoureux une pression des événements spéciaux. Chaque fois que c'est l'anniversaire d'un des tourtereaux, que les cloches sonnent l'arrivée de Noël, que la Saint-Valentin approche ou même que le lapin de Pâques se pointe les oreilles, il faut faire l'amour. « On associe ces événements à la fête, explique François Renaud. Lorsqu'on célèbre, il faut se récompenser avec une relation sexuelle, que le désir y soit ou pas. Certains maintiennent une forte pression auprès de leur partenaire. »

Comme les attentes entourant ces événements spéciaux et particulièrement la nuit de noces ne se réalisent pas, plusieurs couples ressentent de la culpabilité. « Quand les gens m'en parlent, raconte Myriam Bouchard, c'est toujours avec des termes péjoratifs, comme s'ils dénonçaient quelque chose de terrible. Ils sentent le besoin de se justifier. »

Si l'on y réfléchit un peu, la légendaire nuit de noces n'est pas le meilleur moment pour espérer une nuit torride. Physiquement, les mariés ne sont pas au sommet de leur forme. Après une longue journée de préparation, de stress, de festivités, après avoir veillé à ce que tous les invités soient heureux, ils sont épuisés et parfois ivres. Psychologiquement aussi, les émotions fortes de la journée conjuguées à l'immense pression qui tombe le soir venu peuvent donner lieu à des disputes. Eh oui ! Qui l'eût cru ? « Des couples m'ont raconté qu'ils avaient fait un bilan après la soirée, mais au lieu de l'avoir axé sur les aspects positifs de la journée, ils s'étaient fait des reproches : tu as trop bu, tu n'es pas venu me voir, tu n'es pas allé dans ta famille, tu t'es chicané avec ton frère, tu étais toujours sorti fumer, etc. Je crois que les mariés ont besoin de sommeil quand l'adrénaline s'en va », dit Myriam Bouchard.

Les sexologues suggèrent de se réserver d'autres moments pour atteindre le septième ciel, plutôt que de risquer d'avoir une relation sexuelle non satisfaisante.

«Il n'y a aucune nécessité d'avoir une relation sexuelle quand ça ne nous tente pas.»

François Renaud
Sexologue et psychothérapeute

« Si on est fatigué, c'est normal qu'on n'ait pas de désir et ça ne signifie pas pour autant qu'il y a un problème, indique François Renaud. Il est préférable d'enlever cette pression-là et de faire l'amour quand les deux partenaires en ont réellement envie. C'est beaucoup plus intéressant. »

Myriam Bouchard a quelques idées pour les nouveaux mariés. « Je conseille aux couples de faire l'amour le lendemain matin, avant le brunch. Ou de préparer un plan, une semaine avant, pour se pousser en douce un moment durant la réception. On monte à la chambre qu'on a réservée ou bien on profite de la limousine après la séance de photos. Ce sera beaucoup plus excitant, non ? »

Souvenirs de nuit de noces

Pause a demandé à des couples de raconter leur première nuit en tant que nouveaux mariés.

Une nuit féerique

« C'était féerique. Je me suis mariée en 1976 à l'âge de 19 ans. J'étais vierge jusqu'à cette nuit inoubliable. C'était ma première expérience, et faire l'amour lors de cette nuit de noces était très important pour mon futur époux et moi. On était nerveux, mais on ne voulait pas se mettre de la pression. Ma soeur habitait déjà avec son futur mari et faisait régulièrement l'amour. Contrairement à nous, ils ont dormi lors de leur nuit de noces. » -Christiane

Frais et dispos pour le brunch

« Pour ma part, j'épousais l'homme avec qui j'étais depuis cinq ans. On voulait rendre ça officiel (ou plutôt sa famille) ! C'est moi qui ai tout organisé. Et comble de chance, on a eu la plus belle et la plus chaude journée de cet été-là ! Donc la nuit de noces, bien, on a dormi, car on était attendus quelques heures plus tard pour un brunch ! » - Julie B.

Malgré les mauvais coups

« Les garçons d'honneur avaient modifié plusieurs choses dans la chambre en guise de mauvais coup, puisque mon chéri n'avait pas eu d'enterrement de vie de garçon ! Ce fut amusant, mais épuisant ; ils ont coupé l'eau, rempli le lit de céréales, changé le lit de côté, etc. Malgré tout, nous avons eu une belle nuit d'amour. » - Fanny

Faire «l'amour»

« Après avoir entendu des récits de nouveaux mariés trop exténués, je m'étais juré que MOI, j'allais faire l'amour... dans le but idyllique d'avoir un enfant né de cette fameuse nuit. Même si j'étais complètement crevée, j'ai "fait l'amour". Je mets des guillemets, car ce n'était pas des plus romantiques. Comme je suis tombée malade le surlendemain (quand la pression est retombée), je n'ai pas "profité" vraiment de ma semaine de voyage de noces... Ce qui confirme que ma fille a réellement été "faite" lors de ma nuit de noces. » - Julie

Ne pas déranger

« À 4 h du matin, quand les derniers convives sont partis, on était tout simplement épuisés. On s'est regardés dans les yeux et on s'est demandé : "Est-ce qu'on fait l'amour juste parce qu'il faut absolument faire l'amour le soir de ses noces ? Ou bien on choisit de faire partie des statistiques ?" Finalement, on a fait partie de la majorité des nouveaux mariés. Le lendemain, on s'est repris. En route vers notre petit voyage de noces à Québec, on a fait un arrêt à la sortie Saint-Apollinaire et on a fait l'amour avec beaucoup de passion sur le capot de l'auto. » - Sébastien

La veille du mariage

« Plusieurs couples nous avaient avisés qu'on serait épuisés lors de la nuit de noces, c'est pour ça qu'on avait prévu un moment romantique la veille du mariage, juste nous deux, ma femme et moi, au restaurant et à l'hôtel, pour se lever le plus tard possible et relaxer. Ce qui n'est pas traditionnel. Le soir même du mariage, on a bu du Veuve Clicquot dans notre chambre avec des amis jusqu'au petit matin. Ensuite, on avait juste besoin de se coller après cette journée chargée en émotions. » - Joanie

Une souris dans le lit

« On a célébré le mariage dans le camp de vacances où on s'était rencontrés. À ce moment-là, je ne prenais plus la pilule contraceptive, parce que j'essayais de tomber enceinte de mon deuxième enfant. Le matin des noces, la catastrophe : mes règles ont commencé ! Mauvais timing ! Après la réception, une souris nous attendait sur le lit dans notre chalet. Elle nous a tenu compagnie toute la nuit en frôlant nos cheveux et nos mains. Épuisés, on s'est collés et on s'est endormis. » - Valérie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer