Les trois vies de Léa Stréliski

« J'ai compris à 30 ans ce que je voulais... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

« J'ai compris à 30 ans ce que je voulais faire dans la vie. C'était la meilleure et la pire nouvelle au monde », dit Léa Stréliski.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changer de vie

Vivre

Changer de vie

Notre dossier Changer de vie: récits de gens audacieux et inspirants, qui ont osé changer de vie et se réinventer. »

Elle a 35 ans, elle est mère de trois enfants et a quitté, il y a deux ans, le monde de la publicité pour retourner sur les bancs d'école dans l'espoir de devenir humoriste. Après 10 ans comme rédactrice publicitaire, Léa Stréliski joue le tout pour le tout. Son objectif : faire rire les jeunes trentenaires fatigués et parfois dépassés comme elle par la vie.

Elle a 35 ans, elle est mère de trois... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Elle a 35 ans, elle est mère de trois... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Léa Stréliski « est une sainte ». C'est Mathieu Dufour, son ami et collègue de classe, qui le dit.

« Elle a trois enfants et elle est capable de faire fitter sa vie de famille avec son horaire [scolaire]. Moi, j'ai juste une colombe comme animal de compagnie et j'ai de la difficulté à y arriver », affirme-t-il d'un ton admiratif.

Pourtant, dans les locaux baignés de lumière de l'École nationale de l'humour, située dans le haut d'une tour de la rue Sherbrooke, à Montréal, Léa semble tout sauf une sainte qui ne veut pas déranger. Au contraire, avec un retour aux études tardif, maintenant à 35 ans, elle dit en avoir profité pour aiguiser son langage, son humour et son efficacité sur scène.

Elle se sent plus prête que jamais à devenir humoriste et à faire sa place. Mais le chemin qui lui a permis de trouver sa voie a été tout sauf facile.

DÉCROCHER À 18 ANS

Née à Montréal d'une mère québécoise et d'un père français, Léa Stréliski a étudié au collège international Marie de France, a vécu quelques années dans l'Hexagone et a appris très jeune à parler l'anglais. Parfaitement bilingue, c'est à McGill qu'elle a entamé à 18 ans ses études universitaires en psychologie et en sociologie, avant de tout lâcher une première fois.

« Je ne savais pas ce que je voulais faire dans la vie... Je suis finalement retournée aux études à l'École nationale de l'humour à 33 ans. Disons que ça m'a pris un peu de temps [pour me trouver] ! »

- Léa Stréliski

À sa sortie de l'université, son père l'a invitée à se joindre à lui dans une nouvelle boîte de publicité qu'il mettait sur pied. Rapidement, raconte Léa Stréliski, elle a appris les rouages du métier. Être rédactrice-conceptrice, « c'était payant », dit-elle sans détour.

Mais quelques années plus tard, elle a quitté l'entreprise où travaillait son père pour se lancer à son compte. Devenir travailleuse autonome lui permettait alors de réaliser d'autres projets et d'espérer trouver ce qui la passionnait vraiment.

« Ce n'est pas ce que je voulais faire dans la vie, et je le savais. C'était ça, mon problème en pub. Je n'avais aucune ambition. [...] Je le faisais comme gagne-pain », se rappelle-t-elle.

Dans les années qui ont suivi, en plus de continuer ses contrats en publicité, Léa Stréliski a donc multiplié les projets médiatiques : d'abord comme animatrice de l'émission Made In France, à MusiquePlus, puis comme chroniqueuse à Urbania et à une toute nouvelle émission de la première chaîne radio de Radio-Canada, La soirée est (encore) jeune. C'est là que, malgré les hauts et les bas, elle a eu une révélation.

« J'ai compris à 30 ans ce que je voulais faire dans la vie. C'était la meilleure et la pire nouvelle au monde », dit-elle aujourd'hui, se remémorant tous les échelons qui l'ont amenée à conclure que l'humour était non seulement un trait de personnalité, mais aussi une force incontournable à sa vie.

L'ARRIVÉE À L'ÉCOLE

Pour la deuxième fois de sa vie, Léa Stréliski a donc joué le tout pour le tout : elle a tout laissé tomber pour devenir humoriste, ce qui signifiait pour elle mettre un terme aux contrats en publicité et partir soir après soir dans les « open mic » des bars du centre-ville pour livrer de courts numéros.

« Au départ, tu n'as aucune raison d'aimer ça. Il faut que tu ailles au centre-ville, que tu déneiges ton char, que tu fasses un show devant des gens qui ne rient pas à tes jokes, tu n'as vraiment aucune raison d'aimer ça. Mais je continuais parce que je me sentais malgré tout à ma place », dit-elle, se rappelant qu'elle se cachait souvent dans les toilettes, avant son numéro, terrassée par l'anxiété.

Or, au début de la trentaine, il était impossible pour elle d'imaginer passer 10 ans dans les bars à roder ses blagues et à tenter de se faire remarquer. C'est à ce moment-là que l'idée de retourner sur les bancs d'école lui est venue.

« J'étais chez nous et j'écoutais un "Ted Talk" d'une lesbienne qui disait qu'elle était restée dans le placard pendant vraiment longtemps et qui expliquait ce que ça lui avait fait. Elle voulait dire aux gens, même aux hétéros, qu'il y avait toute une partie de nous dans le placard. Ça m'est resté dans la tête, et je me demandais c'était quoi, moi, qui était dans le placard. »

- Léa Stréliski

« À un moment donné, j'ai vu une publicité de l'École nationale de l'humour et j'ai compris. Je voulais faire l'École, mais je ne me l'avouais pas », se remémore-t-elle.

« On connaissait un peu son travail sur les réseaux sociaux, et c'était clair pour nous qu'elle avait la motivation de passer de l'écrit à l'oral. [...] C'est courageux de se dire "J'ai besoin de m'asseoir le cul et d'en absorber de façon boulimique". C'est une démarche qui n'est pas terminée, on verra comment elle va exploiter [son talent], mais c'est une fille vraiment brillante », estime la directrice de l'École, Louise Richer.

ET PUIS QUOI, MAINTENANT ?

Dans quelques mois, la formation d'humoriste de Léa Stréliski sera terminée. Elle devra retourner plus fréquemment dans les bars, se faire remarquer par le public et l'industrie et développer, minute par minute, des numéros qui la mèneront à avoir une heure de matériel à présenter. C'est le défi qu'elle se donne.

Elle a 35 ans, elle est mère de... (Image tirée d'une vidéo de Martin Leblanc) - image 2.0

Agrandir

Image tirée d'une vidéo de Martin Leblanc

« Ce qui sera jouissif, c'est si, [à terme], j'ai des trentenaires fatigués dans la salle [qui viennent m'écouter]. Généralement, jusqu'à maintenant, ce n'est pas ce que j'ai. À l'École, ils ont entre 20 et 25 ans pour la plupart, sans enfants, mais c'est le fun parce que mes jokes sont assez drôles pour les faire rire, même s'ils n'ont pas les référents émotifs », analyse Léa Stréliski.

Parviendra-t-elle à faire tout cela même si, comme n'importe qui qui commence, elle est souvent étourdie par l'ampleur de la tâche qui lui reste à accomplir ?

« Ce qui est génial quand tu trouves quelque chose que tu aimes beaucoup, c'est que tu l'aimes plus que ça te fait peur », dit-elle, sourire en coin.

Ali Wong... (Photo Jason Kempin, archives AFP) - image 4.0

Agrandir

Ali Wong

Photo Jason Kempin, archives AFP

QUATRE HUMORISTES QUI L'INSPIRENT

Nom : Ali Wong

Explication : « Elle a fait un numéro lorsqu'elle était enceinte et elle est vraiment drôle. Elle a un point de vue féminin et nous explique, par exemple, comment elle a piégé son chum quand elle l'a vu. Elle savait que c'était un bon catch et elle s'est dit : "Oh my god, I'm going to trap his ass." Elle a vraiment un style d'humour qui vient de ses tripes. »

Nom : François Bellefeuille

Explication : « Je le trouve intelligent, drôle et il gère super bien sa carrière. J'ai déjà vu son spectacle deux fois, et le fait qu'il ait été vétérinaire avant de changer de vie m'inspire. »

Nom : Martin Matte

Explication : « Il est l'icône de l'humour au Québec. C'est très difficile d'écrire quelque chose de qualité. Écrire Les beaux malaises, ça devait être super difficile, et c'était [bon]. »

Nom : Louis C.K.

Explication : « Louis C.K., c'est un peu Dieu. Je l'ai vu l'été dernier à Montréal. Je ne sais d'ailleurs pas dans quel état de grâce j'étais pour réussir à avoir des billets... Mais bref, c'était à la Maison symphonique et c'était extraordinaire. Il était absolument parfait, un virtuose ! »




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Partir pour ne plus revenir

    Changer de vie

    Partir pour ne plus revenir

    Partir en vacances et avoir l'envie irrésistible de tout larguer... Sébastien Langelier n'est certainement pas le premier à qui l'idée est passée par... »

  • Les 12 métiers de Stéfane Funaro

    Changer de vie

    Les 12 métiers de Stéfane Funaro

    Le vétérinaire a laissé les gants, de ceux si longs qu'ils couvrent de la pointe du majeur au creux de l'aisselle avec ces mots : « juste au cas ». »

  • Des conseils pour arriver à changer de vie

    Changer de vie

    Des conseils pour arriver à changer de vie

    Que faire avant de décider de changer de vie ? Conseils de gens qui ont osé faire le saut et d'experts qui voient défiler dans leurs bureaux des... »

  • Enfin femme

    Changer de vie

    Enfin femme

    L'entrevue tire à sa fin, dans le pub situé sous le Comedy Works, rue Bishop. Un homme que Tranna semble connaître s'approche d'elle et lui chuchote... »

  • Des rêveurs à leurs affaires

    Changer de vie

    Des rêveurs à leurs affaires

    Des rêveurs à leurs affaires Petit portrait de quatre entrepreneurs qui ont quitté leur emploi pour lancer leur propre entreprise. »

  • Les menottes dorées

    Changer de vie

    Les menottes dorées

    « Mon frère, je lui en ai voulu et je l'ai aimé tellement à la fois ! Quand je rushais sans bon sens, je lui disais que c'était de sa faute. Mais... »

  • Tout laisser pour embrasser la finance

    Changer de vie

    Tout laisser pour embrasser la finance

    C'est pratiquement devenu un cliché dans les récits de changement de vie : un professionnel de la finance décide de suivre sa passion et de changer... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer