• Accueil > 
  • Vivre 
  • > Le naturisme sous toutes ses coutures 

Le naturisme sous toutes ses coutures

Plusieurs naturistes croient que leur pratique a le... (Phoot archives La Presse canadienne)

Agrandir

Plusieurs naturistes croient que leur pratique a le pouvoir d'effacer certaines barrières entre les humains.

Phoot archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Larochelle

Collaboration spéciale

La Presse

Pour certains, la nudité est synonyme d'intimité et de chambre à coucher. Pour d'autres, elle s'expose à la plage, dans un cours de yoga, lors d'une partie de volleyball, à la piscine ou dans la nature. Incursion dans le monde des naturistes.

Jeunes ou vieux, gros ou minces, beaux ou moins beaux, tous les corps sont accueillis chez les naturistes. Cette ouverture d'esprit est l'une des grandes forces du naturisme, selon Michel Vaïs, fondateur de la Fédération québécoise de naturisme (FQN), née il y a 40 ans, le 13 juillet 1977.

Tunisien d'origine, il a été initié au naturisme par une amoureuse qui avait l'habitude de prendre du soleil nue sur son balcon, comme l'avait fait sa mère toute sa vie. À ses débuts, il dit avoir pratiqué le « nudisme à la sauvette » dans des endroits isolés. « Ensuite, j'ai compris que d'autres personnes faisaient la même chose et qu'elles n'avaient pas l'air de chercher des aventures sexuelles, explique-t-il. J'ai alors découvert le naturisme, qui implique le respect de son corps et de celui d'autrui dans la nature. »

Plus de quatre décennies plus tard, la nudité lui procure toujours une grande liberté. « Sentir l'air partout sur sa peau est un sentiment très agréable, dit M. Vaïs. Comme je possède un terrain bien isolé, je peux me baigner nu et marcher dans le jardin sans être obligé de m'habiller. J'adore ça ! »

Son sentiment fait écho à l'analyse de Diane Pacom, professeure de sociologie à l'Université d'Ottawa, qui croit que certains naturistes savourent le sentiment de rompre avec les règles en société.

« Le corps nu évoque l'asocialité, car selon les normes, il est accepté seulement dans des conditions particulières, en privé. Mais certaines personnes étouffent dans ce carcan. »

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le phénomène réfère à la nature. « Les naturistes veulent reprendre contact avec elle, note la professeure. Rappelons-nous que la nature est un espace où seuls les humains s'habillent. De ce fait, les naturistes désirent, consciemment ou non, se libérer des codes sociaux, des contraintes de s'habiller ou des diktats de la mode, pour un temps. »

Tous égaux

Plusieurs naturistes croient également que leur pratique a le pouvoir d'effacer certaines barrières entre les humains.

« À partir du moment où tu ne portes plus de vêtements, il n'y a plus de classes sociales, affirme Mario Morin, propriétaire du Centre naturiste Domaine Soleil de l'Amitié à Drummondville, le premier camping naturiste à recevoir une cote de quatre étoiles de Camping Québec. On n'a plus rien à cacher au niveau physique. Ça pousse les gens vers une meilleure acceptation de leur corps. »

Diane Pacom parle même d'un geste politique. « Quand les gens sont nus, on ne sait pas s'ils sont banquiers ou clochards, précise-t-elle. Il y a chez les naturistes une volonté d'égalitarisme. Ils éliminent les barrières et redéfinissent le savoir-être. »

Le regard des autres

Si les préjugés entre naturistes sont moins nombreux, il en va autrement du reste de la population. «Les gens associent toujours la nudité au sexe, déplore Michel Vaïs. Il suffit de soulever le moindre morceau de vêtement d'une partie du corps habituellement cachée pour qu'ils imaginent que ça va nous pousser au délire sexuel. Ça vient d'un vieux fond judéo-chrétien qui dit que le corps, c'est sale et qu'il faut le cacher.»

En effet, le corps nu en public en perturbe plus d'un. «Ça vient déranger l'ordre symbolique des choses, illustre Mme Pacom. Dans la société, il n'y a pas de place pour le corps entièrement nu. On peut être nu pour se laver ou quand on fait l'amour, en privé, mais lorsque quelqu'un se met à nu de son propre gré devant d'autres personnes dans un lieu public, ça devient intolérable pour les gens.»

Michel Vaïs ajoute que le malaise avec la nudité peut s'accentuer avec l'arrivée de certains immigrants originaires de pays où le corps est considéré encore davantage comme un objet de péché. «Par exemple, moi, je viens de Tunisie et il ne fallait jamais montrer notre corps. Je n'ai jamais vu mes propres frères nus. Certaines cultures ne sont pas prêtes à accepter cette forme de libération.»

Mario Morin croit pour sa part que les préjugés sont de moins en moins persistants au Québec. « Je sens une plus grande ouverture d'esprit face au naturisme, dit-il. Comme les gens ont plus facilement accès à l'information et à ce qui se passe ailleurs dans le monde, les perceptions s'améliorent. »

Élevé dans une famille qui pratiquait le naturisme, il a toujours vécu la chose ouvertement. « Mes parents étaient très à l'aise avec ça. Quand c'est fait dans le respect, le naturisme peut être très facile à vivre en famille. On ne pratiquait pas le naturisme à la maison, étant donné la présence de la parenté ou des amis. On allait seulement dans les endroits où c'était permis. Mais je n'avais aucune gêne à en parler à mes proches. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer