Repenser le feu de camp

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les flammes s'élèvent dans la nuit. À la base du feu, une belle braise reluit, parfaite pour griller des guimauves.

En camping, le feu de camp est un incontournable, un point de rencontre, un moment privilégié pour se rappeler les bons moments de la journée.

Toutefois, le feu de camp a des aspects sombres, notamment d'un point de vue environnemental. Il est possible d'atténuer certains de ces aspects négatifs, mais peut-être faudra-t-il un jour remettre en question l'habitude de faire des feux de camp pratiquement tous les soirs en camping.

«C'est une question qui va se poser un jour sûrement, affirme Alain Mochon, responsable du service de la conservation et de l'éducation au parc national de la Yamaska. Aujourd'hui, le feu de camp et le camping sont intimement liés, mais qu'en sera-t-il dans quelques années? La façon de voir des gens va peut-être changer.»

Il y a quelques années, M. Mochon a participé à une étude sur l'effet des feux de camp sur la qualité de l'air au parc de la Yamaska, avec les chercheurs Michel Bisson, Danielle Richoz et Karine Gingras.

Ils ont constaté qu'au cours d'une soirée d'été, les concentrations maximales de petites particules en suspension étaient quatre fois plus élevées dans l'aire de séjour du camping qu'au centre-ville de Montréal.

Les chercheurs émettent l'hypothèse qu'il faut de deux à quatre heures après minuit, selon les conditions météorologiques, pour que la qualité de l'air retrouve son intégrité.

Espèces nuisibles

Les feux de camp posent également une menace aux forêts avoisinantes: la propagation d'insectes ravageurs.

«Avec la mondialisation et le commerce international, il nous arrive par mégarde des espèces exotiques, explique M. Mochon. On a beaucoup parlé de l'agrile du frêne, on commence à parler du longicorne asiatique. À partir du moment où elles posent pied à terre, ça devient un foyer de propagation susceptible d'affecter les forêts.»

Les flammes s'élèvent dans la nuit. À la base du feu, une... (Photo La Presse) - image 2.0

Agrandir

Photo La Presse

Les campeurs qui transportent du bois d'une région à l'autre contribuent ainsi à accélérer cette propagation.

Le fait d'aller chercher du bois mort dans le bois autour du camp n'est pas non plus une bonne idée. Il est important que la matière ligneuse se recycle naturellement en se décomposant.

«Il n'y a rien de plus vivant que du bois mort, soutient M. Mochon. C'est le début de la chaîne alimentaire dans le domaine forestier. Le processus de décomposition fait intervenir une foule de micro-organismes qui, à leur tour, attirent d'autres organismes pour se nourrir.»

Le bois en décomposition constitue aussi un habitat pour une toute petite faune, comme les salamandres, les couleuvres, les crapauds, les grenouilles des bois.

«Sans compter l'impact que ça donne de sortir des zones aménagées et de piétiner le sous-bois, piétiner les plantes, ajoute M. Mochon. Ce n'est pas long qu'après quelques années, on verrait une dégradation de la qualité de la nature.»

Prévention

Pour prévenir ces problèmes, les parcs de la SEPAQ et Parcs Canada obligent les campeurs à acheter du bois de chauffage sur place.

«C'est du bois qui a été coupé, séché sur les lieux», explique Joël Reardon, porte-parole de Parcs Canada.

Pour faire un feu dans un des parcs canadiens, le campeur doit acheter un permis de 8,80 $ par soir, ce qui comprend un ballot de bois.

«Lorsque quelqu'un achète un permis, ça permet aux employés de partager avec lui les règlements, de lui expliquer les façons de faire», indique M. Reardon.

Ainsi, dans les parcs canadiens, il est interdit de faire du feu entre 23 h et 7 h. Il faut également faire des feux uniquement dans les enceintes prévues à cet effet, un règlement qu'impose aussi la SEPAQ.

Le fait de fournir aux campeurs du bois certifié ne règle cependant pas tous les problèmes. Parce que ce bois, il faut bien le couper quelque part. Uniquement au parc national de la Yamaska, on a vendu près de 4000 ballots de chauffage en 2009, du bois fourni par un fournisseur local.

«Ces prélèvements, bien que réalisés à l'extérieur du parc, s'ajoutent aux pressions collectives exercées sur la ressource ligneuse et ses habitats, écrivent les auteurs de l'étude sur la qualité de l'air dans le parc de la Yamaska. La MRC de la Haute-Yamaska, où se situe le parc, a perdu 10 km2 de surfaces forestières entre 2000 et 2004, soit presque l'équivalent de la superficie même du parc.»

Selon les chercheurs, cette perte peut contribuer à la fragmentation des habitats, à la perte de la biodiversité et à l'érosion des sols.

«À la lumière de cette étude exploratoire, il importe de se questionner sur l'impact global de la pratique des feux de camp à ciel ouvert, tant sur la nature que sur l'humain», conclut l'étude.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer