• Accueil > 
  • Vivre 
  • > Les commandements du magasinage en ligne 

Les commandements du magasinage en ligne

Des commandes incomplètes et inexactes. Des colis livrés en retard. Des... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Philippe Lépine

Collaboration spéciale

La Presse

Des commandes incomplètes et inexactes. Des colis livrés en retard. Des entreprises qui ne donnent pas signe de vie. L'achat de vêtements en ligne peut être risqué. Comment s'assurer de ne pas se faire avoir? Petit guide du bon cyberacheteur.

DÉGAINER SA MEILLEURE ARME, LA CARTE DE CRÉDIT

Si jamais un problème survient après l'achat, l'émetteur de votre carte de crédit devient votre meilleur allié vers l'obtention d'un remboursement, grâce à la rétrofacturation. La loi stipule que si un vendeur au Québec ou à l'étranger ne vous rembourse pas votre achat dans l'éventualité de la non-réception de celui-ci, l'émetteur peut annuler la transaction et prendre en charge les frais. Il faut d'abord avertir le commerçant par écrit, puis si le remboursement n'est pas fait après 15 jours, la rétrofacturation s'applique. Vous disposez alors de 60 jours pour faire une réclamation. L'émetteur de la carte de crédit peut même payer les frais de retour si jamais le commerçant ne le fait pas dans le délai prescrit, assure l'Office de la protection du consommateur (OPC). Dans ce cas, conservez toutes les preuves de votre démarche.

VÉRIFIER À QUI ON A AFFAIRE

Comme le répètent les parents: « Il ne faut pas se fier aux inconnus! » Une petite recherche peut rapporter gros. Si vous ne faites pas affaire avec une entreprise connue, vérifiez à tout le moins que l'adresse physique inscrite sur le site est valide avant de cliquer sur « confirmer ». Il sera plus facile de la trouver en cas de pépin. Consultez les commentaires d'autres cyberacheteurs sur l'entreprise en ligne et variez les sources. Évitez de vous fier aux témoignages de clients satisfaits sur le site du commerçant. « La plupart du temps, ils sont faux, affirme le porte-parole de l'Office de la protection du consommateur (OPC), Charles Tanguay. Ne vous fiez pas non plus aux sceaux de qualité qui n'ont souvent aucune valeur, ou au beau design d'un site. C'est facile de faire un beau site. » Il est aussi sage de vérifier sur le site de l'OPC si l'entreprise avec laquelle vous êtes sur le point de faire affaire a fait l'objet d'un litige ou d'avertissements. Parmi celles qui accumulent le plus de plaintes, l'OPC note Alvena skin, Duaderma, Tru Belleza, Garcinia Cambogia et Revival Beauty.

LIRE (VRAIMENT) LA POLITIQUE DE REMBOURSEMENT

C'est la partie que les gens regardent le plus, mais beaucoup font litière des petits caractères. Mauvaise idée. Plissez-vous les yeux et renseignez-vous sur le service après-vente: échange, remboursement, note de crédit, pour ne pas être pris au dépourvu. Combien de temps avez-vous pour faire une réclamation? Les frais de retour sont-ils assumés par le commerçant? Sinon, à combien s'élèvent-ils? La facture pourrait par exemple s'avérer salée si l'entreprise est établie outre-mer. Jetez aussi un oeil sur le délai de livraison. Si vous n'avez toujours rien entre les mains 30 jours après la date prévue, votre transaction peut être annulée sans frais. Même chose si aucune date n'était affichée sur votre facture et que la marchandise n'est pas arrivée 30 jours après la commande.

AVOIR LES FRAIS SUPPLÉMENTAIRES À L'OEIL

Certains ont le clic facile lorsqu'une offre alléchante se présente sous leurs yeux, mais une fois les frais de transport, les droits de douane et les taxes additionnés, ça peut faire mal au portefeuille. Si les frais de transport se trouvent normalement sur la facture, les frais de douane et les taxes peuvent s'ajouter inopinément à la réception de votre colis. Mauvaise surprise. Votre achat de 150 $ revient à près de 200 $... Les droits s'élèvent à environ 18 % pour les commandes de vêtements de plus de 20 $. Seules les pièces fabriquées aux États-Unis et au Mexique en sont exemptées en vertu de l'ALENA. Psst: en révisant votre facture, n'oubliez pas de regarder si le prix affiché est bel et bien en devise canadienne.

GARDER SES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS À L'ABRI

Les pirates informatiques sont partout et leurs stratégies pour entourlouper les cyberacheteurs sont multiples. Ne fournissez jamais votre numéro d'assurance sociale ou numéro d'identification bancaire (NIP). Assurez-vous aussi que le site soit sécurisé au moment de la transaction. Normalement, l'URL du site commence par https:// - le « s » indiquant que c'est sûr - ou un petit cadenas fermé apparaît dans la barre du navigateur.

INSPECTER RAPIDO PRESTO

Pas de temps à perdre. Dès la réception de votre achat, faites un Columbo de vous et, si quelque chose cloche ou manque à l'appel, entamez le processus prescrit par le commerçant pour le retourner avant qu'il ne soit trop tard. Il est aussi possible d'annuler l'achat pendant les sept jours suivant la livraison si vous constatez que certains renseignements obligatoires étaient manquants avant la transaction (comme la description des frais supplémentaires ou la devise utilisée).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer