Dictionnaires, réveillez-vous!

Ouvrez un dictionnaire, par exemple le Petit Larousse ou le Petit Robert,... (Photo La Presse)

Agrandir

Photo La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ouvrez un dictionnaire, par exemple le Petit Larousse ou le Petit Robert, allez, disons, au mot «empennage».

Même si c'est un terme technique du domaine de l'aviation, vous constaterez qu'il y figure et que, naturellement, on en donne la définition.

«Chacune des surfaces placées à l'arrière des ailes portantes ou de la queue d'un avion, etc.», lit-on dans le Larousse comme deuxième sens de ce mot.

Or (et ce n'est pas la première fois que je tape sur ce clou), le fait que les dictionnaires de langue française observent, au contraire, le plus grand silence sur les mots du vin a quelque chose d'éminemment irritant.

Des termes au sens très large, qui peuvent s'appliquer à plus d'un domaine, comme «fermentation», y sont, bien sûr.

«Fermentation du lait [...] Fermentation alcoolique», indique le Robert.

Cependant, allez à «remontage», un terme plus technique, mais on ne peut plus courant dans le milieu viticole (on pompe le vin rouge à partir du bas de la cuve, et on en arrose la partie solide qui s'est formée au haut de la cuve), et aucun dictionnaire n'en fait mention en ce sens.

Cette partie solide porte un nom: c'est le «chapeau».

Rendez-vous à l'entrée «chapeau»... En ce sens-là, le chapeau brille par son absence dans les dictionnaires.

On peut multiplier les exemples du genre. Soit que le sens qu'on donne aux mots dans le milieu viticole (comme pour remontage, ou délestage) soit passé sous silence, soit que des mots eux-mêmes (tels que pigeage, malolactique, vinificateur, etc.) soient jugés inexistants.

Autrement dit, on souhaiterait de ce côté-ci de l'Atlantique que les grands organismes du milieu viticole français, avec l'appui du ministère de l'Agriculture, fassent pression auprès des éditeurs de dictionnaires pour que le vin... y ait enfin droit de cité.

Bref, on dirait que la France ignore quels trésors recèle son sol. Trésors, pourtant, que la planète entière lui envie...

Montagne Saint-Émilion 2009 Château de Parsac, 19,15$ (892307)

Les conseillers en vin de la SAQ s'en plaignent. Il y a en effet peu de bordeaux de qualité sous la barre des 20$... En voici un, d'un beau rouge soutenu, au bouquet de bonne ampleur, de fruits rouges, et discrètement boisé, avec la bouche qui suit. Plus que moyennement corsée, charnue, avec des saveurs très fruits rouges, aux tannins fermes quoique sans rugosité. 70% Merlot, 20% Cabernet franc et 10% Cabernet Sauvignon, avec élevage en fûts de plus de la moitié (60%) de ce vin. Rien de très complexe, mais très bon quand même. 13,5% (141 caisses). Garde: 2014-2019.

16,5

Vin de Pays de Franche-Comté 2011 Pinot noir Vignoble Guillaume, 19,30$ (11556311)

Rouge clair, d'une couleur très... bourgogne, ce joli vin de Pinot noir, provenant d'un vignoble peu connu, situé entre la Bourgogne et la Suisse, se présente avec un bouquet net, de fruits rouges, peu complexe, mais attrayant. Peu corsé, semblant à la première gorgée peu tannique, il montre par la suite qu'il ne manque pas de tannins. Aussi bon que certains bourgognes d'appellation générique Bourgogne. Élevage en pièces bourguignonnes (228 L) pour la moitié de la cuvée, l'autre moitié en foudres et en cuves inox. 12,5% (179 caisses). Garde: 2014-2015.

15,8

Stellenbosch 2010 Syrah Stark-Condé, 22$ (12169428)

Changement absolu de style! Quasi opaque, ce vin rouge d'Afrique du Sud s'affiche avec un bouquet large, généreux, très fruits noirs, avec quelques notes boisées-épicées. Concentré, dense, puissant, on y découvre en bouche (comme dans tant de vins de ce pays) quelques arômes rappelant le cépage Pinotage. Le tout bâti sur des tannins onctueux, bien gras. Pour amateurs de vins très étoffés... Élevage en fûts de chêne français de 300 litres, dont 25% de neufs. Sérieux. 14,5% (89 caisses). Garde: 2014-2019.

17,2

Coteaux du Languedoc 2012 Terrasses du Larzac Les Vignes Oubliées, 25,40$ (11460651)

Bien coloré sans que ce soit un vin opaque, son bouquet, de fruits rouges, fait... très Grenache. Bien en chair, avec du corps, il est pourvu de tannins aimables, dénués de toute rugosité, et il a une bonne persistance, avec en fin de bouche des arômes rappelant un peu la crème pâtissière (c'est le bois). Quatre cépages entrent dans son élaboration: Grenache, Syrah, Carignan, avec un soupçon de Cinsault. L'élevage est conduit en demi-muids (600L) et en fûts. Très bon. 14,5% (92 caisses). Garde: 2014-2016.

16,5

Côtes du Roussillon Villages 2009 Clos des Vignes Tautavel Domaine Gardiés, 31,75$ (10781445)

On aime... ou pas! Pour ma part, j'aime énormément, millésime après millésime, ce vin richement coloré, aux saveurs de fruits noirs très mûrs, rappelant à la fois les mûres et les cerises noires, et plein d'éclat. La bouche est dense, très charnue, avec tout autant d'éclat qu'au nez, et bâtie sur des tannins serrés, compacts, mais sans dureté. 70% Grenache et Carignan, lesquels sont vinifiés ensemble, 20% Syrah et 10% Mourvèdre. Élevage en fûts et en demi-muids. 15% (76 caisses). Garde: 2014-2020?

17,5

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1892240:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Vidéo

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer