Comment évaluer le potentiel de garde d'un vin

Telle est l'une des principales questions que se pose tout amateur, débutant ou... (Photo AFP)

Agrandir

Photo AFP

Partager

Sur le même thème

Telle est l'une des principales questions que se pose tout amateur, débutant ou chevronné, au moment où il range, dans son cellier (ou simplement au bas d'un placard), quelques bouteilles d'un vin qu'il vient d'acheter.

Comment l'évaluer le plus précisément possible? Il existe plusieurs critères sur lesquels se fonder pour ce faire.

En gros, on peut dire que c'est l'ensemble formé par le ou les cépages entrant dans l'élaboration d'un vin donné, le millésime, le terroir d'où il provient et, enfin, la notoriété de son producteur et la feuille de route de ses vins, qui sont les facteurs-clés dont dépend ce potentiel.

Un exemple... facile: le Pauillac 1er grand cru classé Château Latour, réputé pour sa longévité.

Vin fait surtout de Cabernet Sauvignon, lequel compte parmi les cépages au potentiel de garde le plus important, sans doute peut-il tenir et se complexifier pendant deux, ou même trois ou quatre décennies, dans de grands millésimes tels que 2005 ou 2009, ou encore, loin dans le temps, 1961 ou 1945.

Ainsi, au milieu des années 80, les 1945 et 1961 étaient d'une couleur et d'une jeunesse qui semblaient inaltérables.

Des vins de cépages rouges tels que le Nebbiolo, le Merlot, la Syrah et même le Pinot noir peuvent également tenir la route de nombreuses années. Mais uniquement (sauf exception) dans le cas d'appellations prestigieuses et de millésimes exceptionnels.

Car de multiples vins des mêmes cépages ont un potentiel de garde limité, tout au plus de deux ou trois ans... comme d'ailleurs au moins 95% de tous les vins produits sur terre.

Les mêmes règles s'appliquent aux vins de quelques cépages blancs, dont le Chardonnay, le Pinot gris, le Riesling et le Sémillon. Ceux d'appellations réputées et de grands millésimes vieillissent harmonieusement.

Il ne faut pas hésiter non plus, pour bien se renseigner sur le potentiel de garde de ses vins, à consulter toutes les sources possibles, livresques ou sur Internet, sur les cépages, les vignobles, les appellations, etc.

Et il faut... goûter ses vins, afin de tenter d'en évaluer par soi-même le potentiel de garde, sans oublier qu'il vaut toujours mieux boire ses vins trop jeunes que trop vieux.

> Fronsac 2005 Château de la Rivière, 33,50$ (11588348).

Très coloré, ce beau bordeaux, d'une grande année, se referme en ce moment, autre signe qu'il tiendra la route. Ample, son bouquet de fruits rouges est donc pour l'instant tout d'une pièce, et étonnamment jeune. La bouche suit, dense, corsée, sur des tannins fermes. Il y a plus fin en bordeaux, ce qui n'empêche pas celui-ci d'être très bon. 80% Merlot, 15% Cabernet Sauvignon et 5% Cabernet franc, avec élevage en fûts, dont 35% de neufs. 13,5% (80 caisses et 300 autres à venir). Garde: 2013-2019.

17,2

> Côtes du Rhône Villages 2007 Rasteau Ortas Cave Rasteau,15,20$ (113407)

D'un excellent millésime pour le sud de la vallée du Rhône, ce vin de Grenache, de Syrah et de Mourvèdre a passablement de couleur pour l'appellation, le bouquet associant des notes comme de prunes rouges bien mûres et de fruits noirs. Même maturité des saveurs en bouche, avec des tannins aimables, le vin faisant toutefois sentir sa richesse en alcool sur la langue. Élevé en cuves, il ne faut pas trop l'attendre. 14,5% (2491 caisses). Garde: 2013-2015.

16,8

> Alsace 2011 Pinot gris Réserve Pierre Spaar,16,50$(11675679)

Même si le millésime n'a rien d'exceptionnel, ce vin blanc d'Alsace, d'une belle couleur dorée, a sans doute tout pour tenir encore quelques années. Le bouquet, riche, alléchant, non boisé, et net, est marqué par des arômes genre abricots confits. La bouche a de l'ampleur, les saveurs sont généreuses, avec de l'éclat, et il est bien équilibré (malgré 14 grammes de sucre résiduel). Accompagnera le poulet, un poisson en sauce, le foie gras. 13% (426 caisses). Garde: 2013-2017.

17,5

> Marsannay 2010 Fougeray de Beauclair,37,25$ (917302)

Bourgogne rouge d'un très bon millésime, ce vin m'a semblé meilleur que jamais dans ce millésime. Bien coloré pour l'appellation, son bouquet est pur, déjà passablement nuancé et séduisant. La bouche, elle, est charnue, avec la même pureté de saveurs qu'au nez, bâtie sur des tannins serrés qui lui garantissent une évolution harmonieuse. Élevage en fûts de chêne. 13% (86 caisses). Garde: 2013-2018.

17,2

> Coteaux du Languedoc 2011 Chemin des Olivettes Cave de Roquebrun,17,80$(11193194)

D'une couleur pourpre-prune assez soutenue, le bouquet de ce vin du Languedoc, de bon volume, est dominé par les arômes de fruits noirs de la Syrah, bien qu'elle ne représente qu'un cinquième de la cuvée. La bouche, d'une bonne concentration, relativement corsée, est bâtie sur des tannins bien enrobés. 35% Carignan, 30% Grenache, 20% Syrah et 15% Mourvèdre, avec élevage en cuves. Ce n'est pas un vin à garder très longtemps. 13% (1545 caisses). Garde: 2013-2015.

16,5

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1892240:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Vidéo

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer