Vins et cidres au pied du mont Yamaska

Mylène Gaudette en plein travail dans les vignes... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Mylène Gaudette en plein travail dans les vignes du Domaine Le Grand Saint-Charles.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karyne Duplessis Piché

Collaboration spéciale

La Presse

Le Québec compte de plus en plus de vignobles qui valent le détour. Tournée estivale.

Au coeur de la Montérégie, le mont Yamaska est une destination appréciée des cyclistes. L'endroit est aussi un terreau fertile pour la vigne puisqu'on n'y trouve pas moins de quatre vignobles. Le Domaine Le Grand Saint-Charles est le dernier arrivé, près de la montagne. Il se démarque par ses bouteilles au look jeune et ses blancs fruités.

Le Grand Rang Saint-Charles, qui mène à Saint-Paul-d'Abbotsford, longe le flanc est du mont Yamaska. D'un côté, le regard s'accroche aux arbres, de l'autre, il se perd dans les champs agricoles qui font place aux maisons lorsqu'on s'approche de la ville.

Martin Laroche et Mylène Gaudette ont emprunté des centaines de fois cette route avant de s'y établir. Le couple d'enseignants au secondaire venait acheter des pommes dans un verger qui se trouvait en bordure du chemin. Lorsqu'ils ont vu une affiche à vendre en 2008, ils ont fait une offre.

«J'ai découvert le cidre en Normandie après mes études, raconte le vigneron aujourd'hui âgé de 47 ans. J'ai toujours rêvé de faire mes propres cidres et aussi du vin.»

Près de 10 ans après s'être installé à Saint-Paul-d'Abbotsford, le couple a remplacé une partie des pommiers par des vignes. Entre les deux cultures, les grenouilles coassent dans un lac artificiel qui sert de réservoir. L'endroit est paisible.

Par une journée ensoleillée de juillet, le couple marche entre les vignes. Martin Laroche et Mylène Gaudette montrent avec fierté les variétés hybrides, des plantes qui résistent mieux au froid, qu'ils ont mises en terre en 2011. Ils ont misé presque exclusivement sur des cépages blancs. Un pari audacieux puisque les Québécois raffolent des vins rouges.

«Il faut croire en nos produits. Je n'avais pas eu de coup de coeur pour les rouges du Québec que j'avais goûtés. On est un vignoble de vins blancs et je m'assume.»

M. Laroche avait toutefois été séduit par le vin à base de saint-pépin produit par le Domaine Les Brome. Il a donc planté ce cépage ainsi que du vidal, du frontenac gris et un peu de frontenac rouge.

Le couple a commercialisé ses premières bouteilles en 2013, combinant depuis leurs vies de parents, d'enseignants et de nouveaux vignerons.

Le tour du mont Yamaska

Trois blancs et un rosé sont posés sur le comptoir de la boutique toute neuve du vignoble. Les bouteilles sont ornées d'étiquettes aux dessins amusants qui mettent en scène un garçon élancé.

«On a voulu mettre une image sur le Grand Rang Saint-Charles, explique Mylène Gaudette. On s'est inspirés de bandes dessinées, comme Paul à Québec

Sur la bouteille de rosé, le personnage, appelé le Grand Saint-Charles, fait du vélo. Les vignerons ont ainsi voulu faire un clin d'oeil aux nombreux cyclistes qui prennent d'assaut les routes qui bordent le mont Yamaska en été et qui s'arrêtent au vignoble.

Les vacances estivales ont d'ailleurs un goût particulier cette année pour Martin Laroche. L'enseignant ne retournera pas en classe en septembre. Il sera vigneron à temps plein. Le travail ne manquera pas, car en plus du vin, le Domaine élabore aussi trois cidres dont les étiquettes sont tout aussi originales. Le Grand Saint-Charles y est illustré tantôt à la pêche sur glace, tantôt en maillot, tantôt au piano.

À l'arrière de la boutique, sa conjointe et lui ont construit une grande salle de vinification dans le but d'augmenter la production du vignoble. Ils ont aussi planté du chardonnay et du pinot noir, car ils rêvent d'ajouter des vins effervescents à leur gamme et peut-être même tenter leur chance avec un vin rouge.

Ouvert au public jusqu'à la fin d'octobre, du mercredi au dimanche, de 11 h à 17 h

Visites guidées chaque jour à 11 h, 13 h, 15 h et 16 h

Le Domaine Le Grand SAint-Charles se démarque par... (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Le Domaine Le Grand SAint-Charles se démarque par ses bouteilles au look jeune et ses blancs fruités.

Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

À déguster

Blanc d'apéro

Le cépage hybride vidal est réputé pour ses excellents vins de glace. Martin Laroche et Mylène Gaudette en font plutôt un vin blanc sec. Le résultat est vif en bouche avec des arômes de pomme, de pamplemousse blanc et de fleurs. À l'apéro ou avec des fruits de mer, c'est le duo parfait.

Domaine Le Grand Saint-Charles Vidal 2016, 17 $ (Code SAQ: 12564495)

Grand blanc

Le st-pépin est une variété difficile à cultiver, en particulier parce qu'elle ne produit que des fleurs femelles. Le vigneron doit ainsi redoubler d'efforts pour assurer sa pollinisation. Mais ça vaut le coup! Dans le verre, ce blanc est très floral avec des notes de jasmin et d'anis. L'attaque est croquante, suivie d'une texture plus ronde et parfumée. Le vin a passé trois mois dans des barriques de chêne français et américain. Ça se sent très peu. Très bien réussi!

Saint-Pépin 2016, 23 $ (au vignoble)

Cidre pétillant: la perle rare

Martin Laroche et Mylène Gaudette raffolent du vinho verde, un blanc du Portugal qui contient souvent un peu de bulles. Ils se sont inspirés de ce produit pour créer un cidre légèrement pétillant. À base de jus de McIntosh concentré par le froid, le cidre est fruité. Il a un goût d'orange, de pomme, de poire et de sucre d'orge. C'est frais et hautement désaltérant.

Domaine Le Grand Saint-Charles La Perle rare cidre pétillant 2013, 13,35 $ (Code SAQ: 12564989)

Un cornet de crème glacée molle au caramel... (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Un cornet de crème glacée molle au caramel croquant du bar laitier Blanche Neige.

Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Arrêts gourmands sur la route à ne pas manquer

Bar laitier Blanche Neige

En été, on est toujours partant pour une crème glacée. À quelques minutes du vignoble, le bar laitier Blanche Neige, situé dans le centre de Saint-Paul-d'Abbotsford, propose une crème glacée molle à la vanille roulée dans des céréales Rice Krispies, puis enrobée de caramel. Décadent! Pour la pause-café, il sert aussi de la crème glacée nappée d'un espresso. Parfait avant de reprendre la route.

996, rue Principale Est, Saint-Paul-d'Abbotsford

Sandwich au Verger Johanne et Vincent

Les kiosques de fruits locaux ne manquent pas sur la route principale de Saint-Paul-d'Abbotsford. C'est d'ailleurs dans ces petits marchés que la boutique du Verger Johanne et Vincent fait ses provisions pour élaborer des plats à emporter. Elle propose une foule de tartes, de confitures et de sandwichs. L'endroit est sans prétention, mais les produits sont bons. On s'y arrête sur la terrasse pour casser la croûte.

1250, rue Principale Est, Saint-Paul-d'Abbotsford

Boucherie St-Paul

Les carnivores ne regretteront pas un arrêt à la boucherie St-Paul. L'étalage des viandes vieillies fait saliver. La boutique offre des produits provenant des éleveurs de la région dont la plupart n'utilisent pas d'hormones de croissance ni d'antiobiotiques. On y trouve aussi d'autres produits du Québec, notamment des fromages.

2130, rue Principale Est, Saint-Paul-d'Abbotsford




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer