Les snobs du vin

« Le vin est tellement tendance qu'on oublie que... (PHOTO JULIA MAROIS, FOURNIE PAR LES ÉDITIONS DE L'HOMME)

Agrandir

« Le vin est tellement tendance qu'on oublie que c'est du jus de raisin fermenté », affirme le sommelier Jacques Orhon, qui vient de publier le livre Le vin snob.

PHOTO JULIA MAROIS, FOURNIE PAR LES ÉDITIONS DE L'HOMME

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après 45 ans de métier comme sommelier, mais aussi comme critique à la télévision et la radio, Jacques Orhon publie son 16e livre, Le vin snob, dans lequel il pose un regard critique et pas toujours flatteur sur le milieu du vin.

Le vin snob, de Jacques Orhon, Éditions de... (IMAGE FOURNIE PAR LES ÉDITIONS DE L’HOMME) - image 1.0

Agrandir

Le vin snob, de Jacques Orhon, Éditions de l’Homme, 264 pages, 27,95 $

IMAGE FOURNIE PAR LES ÉDITIONS DE L’HOMME

Jacques Orhon a surtout publié des ouvrages de référence sur les régions viticoles et sur les accords mets et vins. Six ont été traduits en mandarin. Son plus récent livre, publié cette semaine, est bien différent. Inspiré par ses chroniques publiées dans le magazine Vins et vignobles, il donne son opinion sur le monde du vin et ses acteurs, qu'il qualifie de « snobs ».

« Le vin est tellement tendance qu'on oublie que c'est du jus de raisin fermenté », dit-il entrevue avec La Presse.

Jacques Orhon critique la mode des vins « nature », les gadgets liés au vin, le prix exorbitant des bouteilles et les notes accordées au vin par les experts. Ces propos sont directs et parfois, comme il l'annonce sur la page couverture, « décapants ».

« Je veux provoquer la discussion et la réflexion », résume-t-il.

Bien que Jacques Orhon ait enseigné la sommellerie une grande partie de sa carrière à l'École hôtelière des Laurentides, il explique pourquoi on qualifie aujourd'hui le métier de « snobelier ».

« Il y a maintenant une tendance d'arrogance chez les sommeliers, dit M. Orhon. Et je ne veux pas faire de jeunisme. »

Il présente plutôt le vin comme un objet rassembleur qui devrait être apprécié en toute modestie.

Un des derniers chapitres est consacré à la Société des alcools du Québec (SAQ). Le ton est moins tranchant et même plutôt favorable à la société d'État. L'auteur dénonce toutefois le manque de vins abordables sur ses tablettes.

Le vin snob est teinté d'humour et d'autodérision. Jacques Orhon adore raconter des histoires et il ne s'en prive pas. Est-ce que son livre s'adresse seulement aux initiés ? Non. L'auteur est avant tout un pédagogue. Au fil des anecdotes, on apprend sur le chêne-liège, la barrique et les cépages.

Le vin snob, Jacques Orhon. Éditions de l'Homme, 264 pages, 27,95 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer