France: le Beaujolais entame les vendanges lundi

L'an dernier, les vendanges n'avaient pas pu démarrer... (PHOTO JEFF PACHOUD, archives AFP)

Agrandir

L'an dernier, les vendanges n'avaient pas pu démarrer avant le 10 septembre.

PHOTO JEFF PACHOUD, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
LYON

Été exceptionnel, vignes en excellente condition: les vendanges vont pouvoir commencer dès lundi sur les appellations Beaujolais et Beaujolais villages, soit trois semaines plus tôt que l'an dernier.

Après consultation des organismes professionnels et de l'Inter Beaujolais, le ban des vendanges (l'autorisation administrative de commencer la récolte du raisin) a été fixé cette année au 24 août. L'an dernier, les vendanges n'avaient pas pu démarrer avant le 10 septembre.

«On est très optimistes: l'état sanitaire est exceptionnel, il n'y a pas eu une maladie! Mais le ban des vendanges, ce n'est pas l'ouverture de la chasse: on a des parcelles plus en altitude ou pas encore mûres, cela va s'échelonner sur une bonne dizaine de jours. Avec un millésime qui s'annonce exceptionnel, ce serait dommage de le gâcher en se précipitant», a relevé Florence Hertaut, conseillère en viticulture-oenologie à la Chambre d'Agriculture du Rhône.

Les vignes du Beaujolais sont réparties sur 16 000 hectares, entre Lyon et Mâcon.

Le ban des vendanges ne s'applique toutefois pas aux propriétaires de crus du Beaujolais, comme le Brouilly ou le Chiroubles, qui décident par eux-mêmes leurs calendriers de récoltes.

Pendant près d'un mois, près de 50 000 «coupeurs»et «porteurs» vont ainsi animer les rangs serrés de gamay, mais aussi de chardonnay, puisque le vignoble produit également du vin blanc, a rappelé l'Inter Beaujolais dans un communiqué.

La qualité devrait être comparable à celles de 2009 et 2011, qui donnèrent de très bons millésimes.

Mais la récolte devrait être toutefois plus faible de 25%, en raison du stress hydrique causé par la canicule et le manque de pluie depuis juin.

En Ardèche méridionale, les vendanges ont commencé dès lundi, notamment à la maison Louis Latour, qui produit du chardonnay notamment, sur 320 hectares. La qualité s'annonce excellente, mais en baisse de 10% à cause du manque d'eau, a souligné mercredi Alain Berthon, directeur de la maison Latour.

De même à Saint-Peray, plus au nord de l'Ardèche, les vendanges destinées à la fabrication de vins effervescents commencent jeudi matin, soit environ 8 jours plus tôt que l'an dernier.

«En termes d'état sanitaire, c'est exceptionnel, les raisins sont hyper sains. Les baies sont relativement petites. Les moûts et les vins risquent d'être assez concentrés», a expliqué Xavier Frouin, oenologue et maître de chai à la cave de Tain L'Hermitage (Drôme).

En Bourgogne, il n'y a plus de bans de vendanges depuis près d'une dizaine d'années. Les maturités ne sont pas les mêmes dans toutes les parcelles, chez tous les viticulteurs.

«Cela permet à tout le monde de se responsabiliser», a indiqué à l'AFP Claude Chevalier, président du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB).

Le viticulteur, qui a placé récemment sa fille à la tête du domaine familial Chevalier Père et fils à Ladoix (Côte d'Or), estime pour sa part que les vendanges dans ses vignes se feront entre le 5 et le 15 septembre.

Dans le Bordelais, les dates de récolte sont laissées à l'appréciation de chaque viticulteur. Les vendanges pour les cépages blancs secs devraient débuter d'ici une semaine, avant fin août. Pour les cépages rouges, elles devraient commencer mi-septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer