Vins de Loire: les vendanges ont commencé

Une grappe de raisins d'un vignoble de Vauchrétien,... (PHOTO JEAN-FRANÇOIS MONIER, AFP)

Agrandir

Une grappe de raisins d'un vignoble de Vauchrétien, dans le Val de Loire.

PHOTO JEAN-FRANÇOIS MONIER, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
TOURS

Les vendanges du célèbre vin blanc Muscadet ont débuté cette semaine dans les vignes du Val de Loire (centre-ouest), qui s'étirent sur 800 kilomètres.

Troisième région viticole de France, le Val de Loire couvre quinze départements et ses 52 000 hectares de vignes cultivées par 7000 exploitants produisent chaque année près de 400 millions de bouteilles de vins issus d'une vingtaine de cépages majeurs, dont la principale caractéristique est... la diversité.

«La Loire (fleuve) c'est un jardin, une mosaïque de goûts et de saveurs avec 79 appellations et dénominations qui attirent les amateurs curieux de vins non standardisés», commente Jean-Pierre Gouvazé, délégué de l'organisation professionnelle régionale Interloire.

À l'arrivée: des blancs secs ou moelleux, des rosés frais et des rouges charpentés ou légers, en passant par les «fines bulles» dont la région est le premier producteur français.

«La grande diversité des produits nous permet d'être les premiers fournisseurs de la restauration en France. Il y a toujours au moins un vin du Val de Loire présent sur la carte des restaurants», se félicite M. Gouvazé.

Les trois quarts de la production sont vendus dans la région, mais l'exportation est en progression constante, les États-Unis étant désormais le premier marché étranger de consommation, passant devant les Britanniques et les Belges.

«Ce sont des vins réservés à des érudits qui savent s'orienter dans la variété des mentalités des terroirs et des hommes, avec la Loire comme fil d'Ariane», expose Jacques Puisais oenologue-gastronome basé à Chinon (Indre-et-Loire), surnommé «le pape des papilles» par ses pairs.

«Le Val de Loire produit des vins de soif comme des vins de garde, à des prix défiant toute concurrence», confirme Jean-Luc Péchinot, un critique gastronomique de Tours. «Dans les blancs, les moelleux des Coteaux du Layon ou de Vouvray issus du chenin, tout comme le cabernet franc pour les rouges donnent des vins qui ont la plus grande aptitude à mûrir au monde... Plus d'un siècle pour certains millésimes», renchérit-il.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer