L'intolérance au vin: méconnue, mais assez fréquente

Sur le même thème

L'étude note que les femmes sont davantage touchées... (Photo Radek Mica, AFP)

Agrandir

L'étude note que les femmes sont davantage touchées que les hommes par cette intolérance au vin (8,9 % contre 5,2 %). Les chercheurs constatent aussi que la consommation de vin rouge provoque plus souvent des malaises que celle du blanc.

Photo Radek Mica, AFP

 

Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale
La Presse

Dans une rare étude consacrée aux symptômes d'allergies liés au vin, des chercheurs allemands constatent que 7 % des gens auraient des malaises après avoir bu un verre de vin.

Quatre chercheurs de l'Université Johannes Gutenberg de Mayence, en Allemagne, se sont penchés sur l'intolérance au vin. Ils ont envoyé 4000 questionnaires aux habitants de la région viticole de Mainz. Près de 950 d'entre eux l'ont rempli et retourné à l'équipe. Et leurs réponses ont surpris les scientifiques.

« On a découvert que l'intolérance au vin est plus fréquente que ce que l'on avait prévu », affirme l'étude.

Parmi les répondants, 68 personnes disent éprouver des malaises après avoir consommé du vin : rougeurs sur la peau, démangeaisons et écoulements nasaux sont les plus fréquemment observés. Mais il en y a d'autres : maux de ventre, accélération du rythme cardiaque et diarrhée sont souvent ressentis. Plusieurs disent aussi souffrir des mêmes maux après avoir bu de la bière ou d'autres boissons alcoolisées.

Les chercheurs constatent que le taux d'intolérance au vin est semblable à celui d'autres produits alimentaires telles les fraises, les carottes et les cerises. Seulement deux personnes sur les 68 ont cependant reçu un diagnostic médical qui confirme leur allergie.

L'étude note que les femmes sont davantage touchées que les hommes par cette intolérance (8,9 % contre 5,2 %). Les chercheurs constatent aussi que la consommation de vin rouge provoque plus souvent des malaises que celle du blanc. Ils croient que la protéine de transfert des lipides (LPT) présente sur la peau des raisins pourrait en être la cause. Cette protéine est reconnue pour être très allergène.

Les scientifiques croient que l'ajout de sulfites, les composés organiques comme l'amine biogène, l'histamine ainsi que la tyramine pourraient aussi causer les symptômes d'intolérance.

À la lumière des résultats obtenus, les chercheurs allemands estiment que le vin devrait davantage être considéré lors des tests sur les allergies, alors que c'est rarement le cas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1892240:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Vidéo

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer