L'ambassadeur du vin grec au Québec

  • Depuis Athènes, on roule à peine 20 minutes et déjà, les figuiers, les oliviers et les pistachiers entrent dans le paysage. Les vieilles vignes de savatiano ressemblent à des petits personnages de Munch. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Depuis Athènes, on roule à peine 20 minutes et déjà, les figuiers, les oliviers et les pistachiers entrent dans le paysage. Les vieilles vignes de savatiano ressemblent à des petits personnages de Munch.

    Photo François Roy, La Presse

  • 1 / 10
  • L'importateur montréalais Theo Diamantis et Vassilis Papagiannakos marchent au milieu des vieilles vignes de savatiano. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    L'importateur montréalais Theo Diamantis et Vassilis Papagiannakos marchent au milieu des vieilles vignes de savatiano.

    Photo François Roy, La Presse

  • 2 / 10
  • Le Domaine Papagiannakos est en conversion biologique. Le bâtiment principal du vignoble est ultramoderne, bioclimatique, avec une grande salle de réception et une terrasse superbe, longée par un couloir de natation. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Le Domaine Papagiannakos est en conversion biologique. Le bâtiment principal du vignoble est ultramoderne, bioclimatique, avec une grande salle de réception et une terrasse superbe, longée par un couloir de natation.

    Photo François Roy, La Presse

  • 3 / 10
  • Les réservations sont moins nombreuses depuis le début de la crise. Autre effet de celle-ci: si la consommation de vin se maintient en quantité, celle des vins de qualité aurait considérablement diminué. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Les réservations sont moins nombreuses depuis le début de la crise. Autre effet de celle-ci: si la consommation de vin se maintient en quantité, celle des vins de qualité aurait considérablement diminué.

    Photo François Roy, La Presse

  • 4 / 10
  • Lorsqu'il a repris les rênes en 1994 avec sa conjointe Tonia, l'héritier a modernisé le chai et fait quelques changements dans le vignoble. «Mes prédécesseurs vendangeaient tard parce que les tavernes voulaient un vin plus mûr, au degré d'alcool élevé. J'ai commencé à vendanger plus tôt et à produire des vins plus frais et moins alcoolisés.» (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Lorsqu'il a repris les rênes en 1994 avec sa conjointe Tonia, l'héritier a modernisé le chai et fait quelques changements dans le vignoble. «Mes prédécesseurs vendangeaient tard parce que les tavernes voulaient un vin plus mûr, au degré d'alcool élevé. J'ai commencé à vendanger plus tôt et à produire des vins plus frais et moins alcoolisés.»

    Photo François Roy, La Presse

  • 5 / 10
  • L'importateur montréalais Theo Diamantis en dégustation, au vignoble de Vassilis Papagiannakos. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    L'importateur montréalais Theo Diamantis en dégustation, au vignoble de Vassilis Papagiannakos.

    Photo François Roy, La Presse

  • 6 / 10
  • Le lendemain de notre visite du domaine Papagiannakos, nous traversons le canal corinthien et gravissons les impressionnantes montagnes du Péloponnèse pour rendre visite à Yiannis Tselepos, dans son vignoble aux contreforts du mont Parnon, en Arcadie. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Le lendemain de notre visite du domaine Papagiannakos, nous traversons le canal corinthien et gravissons les impressionnantes montagnes du Péloponnèse pour rendre visite à Yiannis Tselepos, dans son vignoble aux contreforts du mont Parnon, en Arcadie.

    Photo François Roy, La Presse

  • 7 / 10
  • Le vignoble de Yiannis Tselepos fait 50 hectares au total. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Le vignoble de Yiannis Tselepos fait 50 hectares au total.

    Photo François Roy, La Presse

  • 8 / 10
  • Le vigneron Yiannis Tselepos et l'importateur montréalais Theo Diamantis dégustent la cuvée Amalia brut dans le vignoble du Péloponnèse. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Le vigneron Yiannis Tselepos et l'importateur montréalais Theo Diamantis dégustent la cuvée Amalia brut dans le vignoble du Péloponnèse.

    Photo François Roy, La Presse

  • 9 / 10
  • Le vigneron Yiannis Tselepos et l'importateur montréalais Theo Diamantis dégustent la cuvée Amalia brut dans le vignoble du Péloponnèse. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Le vigneron Yiannis Tselepos et l'importateur montréalais Theo Diamantis dégustent la cuvée Amalia brut dans le vignoble du Péloponnèse.

    Photo François Roy, La Presse

  • 10 / 10

Sur le même thème

La «renaissance» du vin grec, Theo Diamantis baigne dedans depuis plusieurs années déjà. En 2005, au terme d'un contrat de marketing pour Softimage et Discreet Logic, il a décidé d'ouvrir son agence: Les Vins Diamantis.

Un premier voyage de repérage au pays que ses parents ont quitté dans les années 60 lui a confirmé que plusieurs producteurs grecs méritaient d'être représentés au Québec, tant à la SAQ que dans les restaurants. Les premiers domaines qu'il a pris sous son aile étaient Tselepos (Péloponnèse) et Argyros (Santorin), deux producteurs de taille moyenne, dont certains vins sont aujourd'hui en vente à la SAQ. Il est d'ailleurs intéressant de noter que de 86 produits grecs disponibles en 2007-2008, la SAQ est passée à 303 en 2010-2011.

Naturellement, Theo a d'abord cogné aux portes des restaurants grecs de la métropole pour voir s'ils étaient intéressés à acheter «ses» vins. Déception: à part Mythos Ouzeri et Milos, personne n'en voulait. Les producteurs n'étaient pas connus et leurs vins coûtaient trop cher. Il faut dire que les vins grecs, surtout les vins de négoce de gros volume, ont toujours eu l'«avantage» d'être très abordables. Les tavernas et ouzeris de Montréal préféraient les grandes maisons de négociants comme Boutari, Tsantalis et Achaia Clauss.

Theo Diamantis avait réhypothéqué sa maison, était retourné sur les bancs d'école et avait pris un boulot dans un restaurant pour réaliser son rêve. S'était-il complètement gouré? Il a changé de stratégie et s'est mis à courtiser les restaurants «non grecs» où il avait de bons contacts: Le club chasse et pêche, Pullman, Kaizen Sushi Bar, Toqué! , Joe Beef et Leméac. Ces derniers se sont montrés très intéressés par les vins qu'il avait à offrir.

Mais il a vite réalisé qu'il ne pouvait vivre avec sept clients. En 2006, Theo s'est associé à Alexis Fortier-Lalonde et Aurelia Filion (aujourd'hui connue pour ses capsules Bu sur le Web), deux jeunes «tripeux» de vin. Après un seul voyage en France et en Italie, le couple est revenu avec une liste de vignerons impressionnantes, incluant Gérard Schueller, le Domaine de la Vieille Julienne, Bartolo Mascarello et le Domaine Tempier. Les Vins Diamantis est alors devenu Oenopole. Les producteurs français et italiens du portefeuille ont donné une belle crédibilité aux vins grecs, aux prises avec un grave problème d'image. «Les vignerons aiment côtoyer les Français et les Italiens. Ça les sort de leur ghetto», affirme Theo.

Oenopole représente aujourd'hui 10 producteurs grecs, certains plus «nature», d'autres plus traditionnels, mais tous épris de l'expression du terroir avant tout. Chaque printemps, à l'occasion du salon des vins Oenorama, à Athènes, Theo rend visite à ses vignerons, pour déguster le nouveau millésime et discuter affaires.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Retour aux racines grecques

    Actualités

    Retour aux racines grecques

    Il n'y a pas si longtemps, il était impensable de commander un vin grec dans un restaurant non grec, et encore moins dans un restaurant... »

  • Cinq vins grecs à découvrir

    Actualités

    Cinq vins grecs à découvrir

    Les Grecs sont encore davantage reconnus pour leurs vins blancs, bien qu'ils produisent également quelques rouges exceptionnels. À la veille de la... »

  • Qu'est-ce qu'on boit dans les tavernas?

    Actualités

    Qu'est-ce qu'on boit dans les tavernas?

    La taverna Gavrilis est une institution dans le village de Kouvaras. Elle est ouverte depuis plus de 50 ans. Nous y sommes invités par le vigneron... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer