Les dessous du retour de GSP

Georges St-Pierre s'est entendu avec l'UFC pour un... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Georges St-Pierre s'est entendu avec l'UFC pour un retour en 2017.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est maintenant officiel : Georges St-Pierre s'est entendu avec l'UFC pour un retour en 2017. Mais pour arriver à une entente, St-Pierre a dû recourir à l'aide du célèbre entraîneur Freddie Roach et d'un mystérieux agent de vedettes proche du monde de la boxe.

Les discussions entre le Québécois et l'UFC dans les derniers mois ont été mouvementées. Elles ont achoppé pour la première fois à l'automne, quand une offre de l'UFC avait été jugée insuffisante par St-Pierre et son équipe.

L'ancien champion avait alors annoncé être devenu «agent libre» ; il se disait même prêt à recourir aux tribunaux pour faire valoir son droit à l'autonomie. Les ponts semblaient brisés entre lui et l'organisation dont il avait si longtemps porté la ceinture de champion.

C'était en octobre dernier, et St-Pierre semblait à des années-lumière d'un retour dans l'octogone. Puis voilà que quatre mois plus tard, une entente de plusieurs combats a finalement été conclue.

Pour ce faire, il a fallu l'aide du célèbre entraîneur de boxe Freddie Roach, a-t-on appris hier sur le site MMAFighting, une information confirmée par La Presse. Roach entraînait St-Pierre à la boxe lors de ses derniers combats, il y a trois ans. Lorsqu'il a vu que les négociations achoppaient avec l'UFC, il a proposé à St-Pierre de l'aider.

L'équipe de négociation habituelle de St-Pierre n'arrivait pas à s'entendre avec l'UFC, qui venait de changer de propriétaires. Les pourparlers étaient dans une impasse. Roach a donc repris le dossier pour le compte de St-Pierre, avec l'aide de Nick Khan, déjà décrit par le USA Today comme « la personne la plus influente dans le monde du sport dont vous n'avez jamais entendu parler ».

Khan, qui oeuvre à l'agence Creative Artists Agency (CAA), n'avait jamais travaillé sur le dossier GSP avant, même si l'athlète est représenté par cette immense agence. Sauf que Khan, qui est l'agent de Roach, a été appelé en renfort parce qu'il a de très bonnes relations avec l'UFC et qu'il connaît très bien le monde de la boxe.

Freddie Roach... (REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Freddie Roach

REUTERS

Il fallait brasser les cartes et changer les gens autour de la table si on voulait une entente.

«J'ai appelé Nick [Khan] et je lui ai demandé de l'aide. Je sais que Nick est un bon négociateur. On voulait le meilleur deal possible pour Georges. C'est un très bon gars et il avait besoin d'aide.» - Freddie Roach à MMAFighting

Il a fallu deux rencontres avec Dana White pour s'entendre. Après la première, une offre a été faite par l'UFC. Plusieurs échanges ont été nécessaires pour trouver un terrain d'entente. C'est finalement à l'issue d'une deuxième rencontre, de trois heures cette fois, qu'ils se sont entendus.

La présence de ces nouveaux intervenants a beaucoup aidé. Mais ce qui a aussi changé depuis l'automne, c'est le rapport de force de St-Pierre. Conor McGregor veut passer de l'octogone au ring. Ronda Rousey laisse planer le doute sur une possible retraite. L'UFC a besoin d'un grand nom maintenant plus que jamais.

Roach dans le coin de St-Pierre

On sait très peu de choses encore sur la teneur du nouveau contrat de Georges St-Pierre. Cependant, Roach a laissé entendre qu'il s'agissait d'une entente pour plusieurs combats. On croit aussi comprendre que St-Pierre aura le loisir de choisir son premier adversaire.

«Georges m'a dit le gars qu'il voulait affronter en premier et celui après. Mais j'ai juré de respecter le secret, désolé», a dit Roach.

L'entraîneur entend passer plus de temps qu'à l'habitude avec St-Pierre pour préparer son retour. Il sera présent à 80% de son camp d'entraînement. Il sera aussi dans son coin lors du combat, qui devrait avoir lieu à l'automne.

Roach est souvent présenté comme cette arme secrète, cet entraîneur hors pair que les athlètes engagent pour passer au prochain niveau. Voilà que le fin renard a montré qu'il pouvait aussi peser de tout son poids à la table de négo.

«Le plan de match était d'aller chercher les meilleurs combats pour Georges au bon moment. On a réussi. Ç'a pris deux rencontres avec Dana [White]. Mais ç'a très bien fonctionné et tout le monde est content, dit-il. On a une très bonne entente. J'ai hâte de préparer Georges pour ces combats.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer