Alex Harvey: six courses pour passer à l'histoire

Alex Harvey est cinq fois médaillé aux Mondiaux... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Alex Harvey est cinq fois médaillé aux Mondiaux dans quatre épreuves différentes et auteur de 24 podiums en Coupe du monde.

Photo David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Ferréol-les-Neiges) Jeudi, Alex Harvey a bouclé ses valises pour un autre voyage qui le mènera aux quatre coins de l'Europe et en Corée en Sud. Il reviendra à la maison quatre mois et demi plus tard. Idéalement, il transportera une médaille olympique dans ses bagages. Pas pour l'objet en tant que tel, mais pour le sentiment du devoir accompli.

Cette fameuse médaille, Harvey n'en fait pas une maladie. «C'est certain que le but ultime, c'est de faire un podium, dit-il. Mais ce n'est pas la fin du monde si ça n'arrive pas. Dans 10, 15 ans, je vais pouvoir regarder ma carrière et en être satisfait. Les Canadiens, on reste des négligés dans le ski de fond.»

À Saint-Ferréol-les-Neiges, c'est Marshall, le nouveau caniche jouet de la maison, qui recevait la semaine dernière. Il appartient à la blonde de Harvey, étudiante en médecine dentaire à l'Université Laval.

La veille, le couple est parti de la maison pour grimper le mont Saint-Anne à la course. Deux heures et demie en jasant. «Les gens ne le savent pas, mais l'entraînement pour le ski de fond est le plus souvent "facile". De longs trainings, mais à rythme bas. De la zone 1 qu'on appelle. Des fois, je vais en vélo de montagne avec des chums et c'est un entraînement pour moi.»

Justement, Harvey sortait de la douche après une sortie en «zone 1» de ski à roulettes sous la pluie. Le temps d'enfiler un t-shirt et un bermuda, il était prêt pour photos et entrevue, un exercice dont il ne se lasse pas, même en période préolympique où les demandes affluent.

Denis Villeneuve, son agent bénévole, tient l'agenda, mais il était plutôt là pour entendre l'athlète de 29 ans se raconter que pour jouer à la police du chrono. Un peu plus tard, pour la séance photo dans la cour arrière, il s'assurera simplement que son protégé ne prenne pas froid.

Un recueil de «droit du travail fondamental» traîne sur la table de cuisine. Harvey assure que ce n'est pas aussi fondamentalement rébarbatif qu'on pourrait le croire. Il lui reste six cours à son baccalauréat en droit entrepris à l'automne 2008.

À Sotchi, en 2014, l'équipe canadienne au grand... (Photo Bernard Brault, archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

À Sotchi, en 2014, l'équipe canadienne au grand complet avait vécu un fiasco, engluée par des problèmes de fartage et de méforme.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Les leçons de Sotchi

En parallèle de son parcours scolaire, il est devenu le meilleur fondeur canadien de l'histoire. Fin novembre, en Finlande, il amorcera sa troisième et dernière saison olympique. À Vancouver, en 2010, il s'était révélé avec trois résultats parmi les 10 premiers, dont une quatrième place au sprint par équipes. À Sotchi, en 2014, l'équipe canadienne au grand complet avait vécu un fiasco, engluée par des problèmes de fartage et de méforme.

«Non seulement on en a tiré des leçons, mais on a posé des gestes concrets par la suite, souligne Harvey. On n'a pas juste parlé.»

L'athlète s'est soumis à deux opérations délicates pour dégager ses artères iliaques au printemps 2015. Ce détour par l'hôpital lui a permis de pleinement exploiter son potentiel en style libre.

Sur le plan technique, les changements ont aussi été majeurs. Une bonne partie du personnel a été remplacée. Harvey s'est vu attribuer un ski-testeur, Lee Churchill, un confident qui l'aide dans la cruciale sélection des skis le matin des courses. Avant la dernière saison, Harvey a changé d'équipementier, passant de Fischer à Salomon, qui lui fournit un technicien supplémentaire et où il bénéficie d'un traitement privilégié.

L'équipe canadienne a aussi puisé dans son maigre budget pour se doter d'une «machine à structurer» à 50 000 $, appareil essentiel pour travailler les bases des skis.

Mais la leçon la plus importante de l'échec de Sotchi est peut-être liée à la façon d'aborder l'événement.

«On essayait de contrôler tout, tout, tout, se souvient Harvey. Par exemple, on ne voulait pas aller manger au Village des athlètes. On avait un chef, mais il était à l'hôtel en bas et il devait monter dans le téléphérique avec ses plateaux. La communication était difficile avec le staff, qui ne pouvait pas rester au même endroit que nous. Justin [Wadsworth], le coach-en-chef, lavait les poignées de porte avec du Lysol à longueur de journée. Je capotais. Il y avait de la tension, du stress. Aux Jeux, il y en a déjà assez, pas besoin d'en rajouter.»

Le mot d'ordre pour PyeongChang est clair: «ne rien faire de différent». Et surtout arriver en Corée du Sud reposés, athlètes comme entraîneurs et techniciens. «Comme ça, s'il y a une balle courbe, on est capables de l'éviter. C'est de se donner une marge émotionnelle, disons. Si tu arrives et que tu es à vif, tu pètes ta coche à la première chose qui arrive, au premier autobus en retard.»

Un menu gargantuesque

Plus fort physiquement, «surtout en classique», Harvey se sent d'attaque pour un menu gargantuesque aux Jeux de PyeongChang. Si tout se passe comme prévu, il disputera les six épreuves au programme, ce qu'il n'a encore jamais tenté. «C'est le plan A», acquiesce Harvey, pour qui l'étendue du calendrier olympique est suffisante pour refaire ses forces entre chaque départ (voir capsules plus bas).

Harvey est cinq fois médaillé aux Mondiaux dans quatre épreuves différentes et auteur de 24 podiums en Coupe du monde, dont deux sur ses terres aux finales de Québec l'hiver dernier. Sa victoire au sprint du vendredi sur les plaines d'Abraham reste son plus beau souvenir.

Sur le plan sportif, rien n'égale son titre à l'épreuve reine de 50 km aux Mondiaux de Lahti. À ses yeux et à ceux de ses collègues, il a la même valeur que l'or olympique.

«En tant que Canadien, je sais qu'une médaille aux Jeux olympiques provoquerait un plus gros boom que n'importe quelle autre médaille, convient-il. Mais je ne fais pas ça pour de la reconnaissance. Je fais ça parce que je tripe à me fixer des objectifs et à travailler fort pour essayer de les atteindre.»

Harvey prévoit prendre sa retraite à l'issue de la saison 2019. Par bonheur, les finales de la Coupe du monde auront encore lieu à Québec, tour de force de l'organisateur, Gestev, qui a réussi à les arracher aux Russes.

Comme à Erik Guay, un autre champion mondial, il ne manque plus à Harvey qu'un podium olympique à son palmarès. Mais à la différence du ski alpin, aucun fondeur masculin canadien n'a encore réussi l'exploit. À PyeongChang, ce seront donc six courses pour passer à l'histoire.

Première course de la saison: Coupe du monde de Ruka (Finlande), 24 et 25 novembre

_______________________________________________________

Le programme olympique

Jour 2: Skiathlon 30 km

Alex Harvey commencera les Jeux par son épreuve préférée, le skiathlon de 30 km (15 km classique + 15 km style libre). Médaillé de bronze aux Mondiaux de Falun en 2015, il a manqué le podium de peu à Lahti en 2017 (5e), où une erreur tactique l'a empêché de s'accrocher aux meneurs.

Jour 4: Sprint individuel classique

Harvey est monté deux fois sur le podium aux Mondiaux au sprint individuel, remportant le bronze à Val di Fiemme en 2013 et l'argent à Falun en 2015. À Lahti, il s'est arrêté en demi-finale. «Il y a un peu de chance en sprint quand même», dit-il, rappelant qu'il avait été le dernier repêché par le temps pour la finale à Falun. Généralement plus exigeant qu'en Coupe du monde, un parcours de championnat comme celui de PyeongChang pourrait aussi le favoriser.

Jour 7: 15 km style libre

Vingt et unième à cette épreuve de départ individuel à Vancouver en 2010, il avait abandonné dans la controverse à Sotchi. Sa victoire à la Coupe du monde d'Ulricehamn, la saison dernière, a changé la donne. Il avait devancé trois ténors en Martin Johnsrud Sundby, Marcus Hellner et Dario Cologna. S'il est blanchi au skiathlon et au sprint, le 15 km pourrait être sacrifié en cas de pépin ou s'il faut moduler son énergie pour le reste de la quinzaine, prévient l'entraîneur Louis Bouchard. Une éventualité à laquelle son protégé ne semble pas prêt à se résoudre. «C'est rendu une de mes meilleures épreuves», plaide-t-il.

Jour 9: Relais 4 X 10 km

Aux Mondiaux d'Oslo en 2011, Harvey avait causé une petite commotion en refusant de prendre le départ du relais 4 X 10 km, souhaitant maximiser ses chances au 50 km. Ça n'arrivera pas à PyeongChang. D'abord parce que le relais figure à un moment des Jeux où Harvey devra activer son corps d'une façon ou de l'autre. Ensuite parce que l'équipe masculine s'est immiscée parmi les prétendants en embuscade en terminant troisième à la Coupe du monde d'Ulricehamn, l'hiver dernier. Ses trois collègues, tout comme lui, devront être dans la forme de leur vie.

Jour 12: Sprint par équipes style libre

Épreuve intrigante puisqu'elle a consacré Harvey et son ami Devon Kershaw aux Mondiaux d'Oslo en 2011. Le déclin du vétéran Ontarien a mis le sprint par équipes en veilleuse jusqu'au réveil de Len Valjas la saison dernière. Le duo canadien a frappé un grand coup en s'imposant à la Coupe du monde de Toblach. Face à une opposition plus relevée aux Mondiaux, il a dû se contenter du sixième rang. Une course tactique et un retour de Valjas à sa forme de 2013 pourraient reconduire le Canada sur le podium.

Jour 15: 50 km classique

Selon un principe d'alternance, le 50 kilomètres de clôture sera disputé en style classique à PyeongChang. Harvey est champion mondial en titre, mais en style libre. Il a quand même terminé sixième en classique une semaine plus tard au 50 km d'Holmenkollen. Il a aussi fini cinquième aux Mondiaux de Falun et décroché son premier podium de Coupe du monde en 2009 sur un 50 km classique. Le dernier été d'entraînement lui permet aussi de croire à une amélioration dans le style fondamental du ski de fond. «Je pense que j'ai de meilleures chances au 50 qu'au sprint individuel», évalue-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer