Quatre autres fondeurs russes épinglés pour dopage

Le fondeur russe Maxim Vylegzhanin avait remporté trois médailles... (Photo Matthias Schrader, archives AP)

Agrandir

Le fondeur russe Maxim Vylegzhanin avait remporté trois médailles d'argent aux Jeux olympiques de Sotchi.

Photo Matthias Schrader, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
James Ellingsworth
Associated Press
Moscou

Quatre autres fondeurs russes, dont le médaillé d'argent Maxim Vylegzhanin, ont été épinglés pour dopage aux Jeux olympiques de Sotchi, jeudi.

La Fédération russe de ski de fond a indiqué que quatre de ses athlètes avaient été disqualifiés par le Comité international olympique (CIO) et bannis des prochains jeux.

Les trois autres fondeurs reconnus coupables sont Alexei Petukhov, Yulia Ivanova et Evgenia Shapovalova. Vylegzhanin avait gagné trois médailles d'argent à Sotchi, mais aucune pour les autres.

Six fondeurs russes ont été reconnus coupables de dopage aux Jeux de Sotchi par une commission du CIO. Alexander Legkov, qui avait obtenu l'or au 50 km devant son compatriote Vylegzhanin, et Evgeny Belov ont été sanctionnés la semaine dernière.

Vylegzhanin avait aussi fini deuxième au sprint par équipes et au relais 4 x 10 km. La médaille d'argent du relais avait déjà été retirée à la Russie la semaine dernière, à la suite de la suspension de Legkov.

Les sanctions imposées par le CIO signifient que la Russie n'a plus qu'une seule médaille en ski de fond, c'est-à-dire le bronze d'Ilya Chernousov au 50 km. Le CIO étudiera la possibilité de lui octroyer la médaille d'or.

La Russie demeure au sommet du classement des médailles à Sotchi, mais d'autres décisions pourraient affecter sa récolte de médailles d'or, permettant potentiellement à la Norvège de se hisser devant elle.

Puisque de nombreuses voix s'élèvent afin qu'on interdise à la Russie de participer aux Jeux olympiques de Pyeongchang en février prochain, le comité exécutif du CIO se réunira du 5 au 7 décembre afin de discuter de l'enjeu.

Poutine conteste les sanctions

La Fédération russe de ski a indiqué qu'elle logerait un appel au Tribunal arbitral du Sport (TAS) dans les quatre cas annoncés jeudi. Legkov et Belov ont déjà dit qu'ils iraient en appel.

Le président russe Vladimir Poutine conteste les sanctions, estimant que des preuves d'irrégularités ne sont pas des preuves de culpabilité.

Dans un entretien accordé aux agences de presse russes, Poutine n'a pas mentionné le nom des fondeurs, mais confié que son gouvernement n'avait jamais appuyé ni couvert les cas de dopage.

Poutine allègue également que des intérêts américains tentaient d'utiliser le scandale de dopage russe afin de ternir la crédibilité de son gouvernement et d'influencer les résultats de l'élection présidentielle russe qui aura lieu en mars.

«En réponse à notre présumée influence sur leur élection, ils (les Américains) veulent causer du tort lors de l'élection présidentielle russe», a-t-il déclaré.

Poutine devrait de nouveau être candidat à l'élection présidentielle, bien qu'il n'ait toujours pas confirmé sa décision.

Les dirigeants des différentes fédérations sportives russes ont réagi vivement à l'annonce des suspensions du CIO.

«(Le CIO) nous crache dessus et pense que nous allons l'accepter, a mentionné le vice-président de la Fédération russe de ski de fond Sergei Kryanin à l'agence russe R-Sport. Pourquoi impose-t-il de telles sanctions sans aucune preuve?»

La saison de la Coupe du monde de ski de fond se mettra en branle le 24 novembre.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer