Une Canadienne sur le podium en descente

La Canadienne Larisa Yurkiw a terminé deuxième de la... (Photo Max Rossi, Reuters)

Agrandir

La Canadienne Larisa Yurkiw a terminé deuxième de la descente de Cortina d'Ampezzo, vendredi.

Photo Max Rossi, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Andrew Dampf
Associated Press
Cortina, Italie

Sans tambour ni trompette, la Canadienne Larisa Yurkiw est tranquillement en train de connaître une excellente saison sur le circuit de la Coupe du monde de ski alpin.

La skieuse originaire d'Owen Sound, en Ontario, a terminé deuxième de la descente de vendredi, enregistrant son premier podium et son meilleur résultat en carrière. Yurkiw avait terminé quatrième lors de la descente de Lake Louise, en Alberta, le 6 décembre, et 13e deux semaines plus tard à Val d'Isère, en France.

Yurkiw a ainsi réalisé son cinquième top 10 en Coupe du monde depuis 2007.

Ces résultats sont d'autant plus satisfaisants du fait qu'elle défraie elle-même les coûts associés à sa passion.

Elle a perdu sa place au sein de l'équipe canadienne de ski alpin en 2013-2014, ce qui l'a forcée à effectuer des levées de fonds en compagnie de ses commanditaires et à courir de façon indépendante pour se qualifier aux Jeux olympiques de Sotchi.

«C'est cher, a admis Yurkiw. Mais ça marche.»

L'Italienne Elena Fanchini l'a emporté en dépit de l'épais brouillard et de la mauvaise visibilité qui prévalaient sur le parcours de Cortina. Elle a gagné cette épreuve en vertu d'un chrono d'une minute et 9,53 secondes, soit 0,15 seconde de moins que Yurkiw.

Sa deuxième victoire en Coupe du monde s'est produite neuf saisons après sa première.

L'Allemande Viktoria Rebensburg, la championne du slalom géant aux Jeux olympiques de Vancouver en 2010, a complété le podium, à 0,31 seconde.

L'Américaine Linday Vonn, qui tente d'égaler la marque de 62 victoires en carrière en Coupe du monde, a terminé 10e.

«J'ai skié du mieux que je le pouvais, mais je n'étais tout simplement pas assez rapide aujourd'hui, a dit Vonn. La pression restera là tant que je ne briserai pas le record. Je dois être concentrée sur mon ski, car c'est ce qui va me permettre de gagner des courses.»

Vonn pourra néanmoins égaler le record d'Anne-Marie Moser-Pröll lors de la descente de samedi, ou encore lors du super-G de dimanche.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer