Marie-Michèle Gagnon garde le cap

Malgré une blessure à l'épaule, Marie-Michèle Gagnon entend... (Archives AP)

Agrandir

Malgré une blessure à l'épaule, Marie-Michèle Gagnon entend participer au premier slalom de la Coupe du monde, le 15 novembre à Levi, en Finlande.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Victime d'une troisième luxation de l'épaule gauche en huit mois, samedi, la skieuse Marie-Michèle Gagnon n'a pas l'intention de se faire opérer avant la fin de la saison. Elle maintient donc le cap et entend participer au premier slalom de la Coupe du monde, le 15 novembre à Levi, en Finlande.

Au lendemain de sa chute au slalom géant de Sölden, épreuve d'ouverture de la saison, Gagnon a été rassurée par des discussions avec son médecin, des entraîneurs et quelques skieuses. Elle peut repousser l'intervention chirurgicale qui aurait en pratique mis un terme à sa campagne 2014-2015 avant même qu'elle ne commence.

« Ce sont de bonnes nouvelles», a commenté Gagnon, hier. Elle craignait en effet le pire en entrevue avec La Presse quelques heures après être tombée. «J'en ai parlé à d'autres qui ont eu la même chose et ils pensent qu'avec une orthèse, je ne devrais pas avoir de problèmes. Il faut juste que je me prépare à ce que ça sorte une autre fois si je retombe dessus. On va espérer que ça n'arrive pas.»

La Suédoise Maria Pietilä-Holmner, l'une des meilleures techniciennes sur le circuit et une collègue de Rossignol, lui a raconté avoir subi la même blessure et s'en être bien tirée avec une orthèse. Un entraîneur canadien a offert le même son de cloche à propos d'un skieur dans l'équipe de développement qui s'était lui aussi luxé une épaule.

«Le docteur à qui j'en ai parlé est le même qui m'a opérée après ma fracture à une jambe (en 2007), a ajouté Gagnon. Je lui fais totalement confiance. Je vais me faire opérer au printemps. Il m'a dit que ça ne pouvait pas empirer (d'ici là). Ce n'est pas comme un genou ou une hanche. L'articulation de l'épaule ne supporte pas de poids.»

L'athlète de 25 ans s'est luxé l'épaule gauche une première fois lors du super-combiné des Jeux olympiques de Sotchi, en février. Ça ne l'a pas empêchée de disputer trois autres épreuves, dont le slalom, où elle a fini neuvième. Manifestement fragilisée, l'épaule est ressortie de son articulation pendant une séance de musculation à Calgary, il y a un mois. Après quoi elle a repoussé une première fois l'idée de passer sous le bistouri.

Après trois semaines d'entraînement sans histoires en Autriche, Gagnon a encore été victime d'une luxation sur une chute dans la section la plus pentue en première manche du géant de Sölden. «Ce n'est vraiment pas très douloureux, a précisé la double olympienne. La seule différence avec les autres fois, c'est que ç'a pris une heure avant que quelqu'un me replace l'épaule à l'hôpital. C'est donc un peu plus raide et plus tendu, mais j'ai enlevé l'attelle plus vite.»

De retour à Lac-Etchemin depuis dimanche, la meilleure skieuse canadienne a commencé les exercices de réadaptation entre deux traitements de glace. Elle se rendra demain à Calgary pour poursuivre sa physiothérapie et se faire examiner par le médecin de l'équipe.

Gagnon s'attend à être sur les planches dès lundi à Vail, au Colorado, pour se préparer en vue du slalom de Levi, le 15 novembre. «Je ne pousserai pas à fond au début de l'entraînement, mais je devrais probablement être prête à 100% pour la course», a anticipé la sixième de la spécialité l'hiver dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer