La LNH et le syndicat réfléchissent chacun de leur côté

Donald Fehr et Gary Bettman... (Photos: PC et Reuters)

Agrandir

Donald Fehr et Gary Bettman

Photos: PC et Reuters

Partager

Ira Podell
Associated Press
New York

Si la LNH et l'Association des joueurs n'ont plus de thèmes à aborder ensemble, comment alors peuvent-elles trouver une façon de délier l'impasse pour préserver la saison de hockey?

C'est une question à laquelle les deux parties ne peuvent répondre, et ce n'est pas parce qu'elles n'ont pas essayé. Le lock-out en est maintenant à son troisième mois et il n'y a toujours aucun signe de progrès.

Il y a eu un petit vent d'optimisme après que la ligue et les joueurs en lock-out se soient rencontrés à quelques reprises, mais l'espoir s'est rapidement évanoui. Après une pause d'une journée, les parties se sont rencontrées dimanche et le bref retour à la table des négociations a rapidement tourné au vinaigre. La LNH et le syndicat ne se sont pas rencontrés - et se sont à peine parler - depuis ce temps.

Le commissaire de la ligue Gary Bettman demande aujourd'hui au directeur exécutif de l'AJLNH, Donald Fehr, de prendre une pause de deux semaines. Si les pourparlers ne fonctionnent pas, alors peut-être que l'absence de communication fera son oeuvre?

La frustration et des pointes de colère font désormais partie de l'équation. Peut-être alors serait-il mieux de laisser la poussière retomber avant d'organiser une autre ronde de négociations.

«Je crois que vous avez été témoin de notre déception à propos de l'état actuel du processus de négociations», a déclaré par courriel à l'Associated Press vendredi le commissaire adjoint de la LNH Bill Daly. «Je ne crois pas qu'il y ait d'animosité d'un point de vue personnel.»

C'est peut-être le seul point positif à ressortir des développements de cette semaine.

Le problème avec la pause c'est que le temps est devenu un facteur déterminant qui jouera contre eux. Tous les matchs jusqu'au 30 novembre ont déjà été annulés, d'autres pourraient suivre dès la semaine prochaine, la Classique hivernale a été effacée du calendrier, le match des étoiles pourrait devenir le prochain événement d'envergure à subir le couperet, et finalement, la saison pourrait être reléguée aux oubliettes, en un clin d'oeil.

Daly a mentionné jeudi qu'il était maintenant plus découragé qu'à tout autre moment depuis le début des négociations avec l'AJLNH. Fehr et le syndicat n'ont toujours pas indiqué s'ils allaient accepter l'offre d'une pause de négociations avec la ligue. Sur la place publique, les joueurs ont maintenu leur position en répétant que la seule façon d'en venir à une entente était de négocier, et qu'ils sont prêts à discuter avec la LNH à tout moment.

«Certes, tout le monde du côté des joueurs veut une entente», a confié le conseiller spécial de l'AJLNH Steve Fehr jeudi soir. «Les joueurs ont offert des concessions aux propriétaires d'une valeur approximative d'un milliard $. Qu'ont offert les propriétaires aux joueurs? Nous croyons toujours que nous en arriverons plus rapidement à une entente si nous discutons ensemble plutôt que d'être chacun de notre côté. Nous sommes donc prêts à nous rencontrer.

«S'ils préfèrent ne pas nous rencontrer, ce sera donc la troisième fois au cours des trois derniers mois qu'ils auront rompu les pourparlers unilatéralement, et ils nous menaceront de ne pas nous rencontrer à moins que les joueurs acceptent leurs conditions initiales. Ça en dit long sur leur volonté de régler.»

Cette réponse est survenue après que Bettman eut suggéré une pause, et d'autres commentaires de Daly sur la teneur des discussions entre les parties.

«Gary a suggéré la possibilité d'une pause de deux semaines, a dit Daly. Je suis déçu parce que nous ne pouvons compter sur un partenaire de négociations qui a démontré un véritable intérêt d'en arriver à une entente. Zéro intérêt.»

Le lock-out des 62 derniers jours a forcé l'annulation de 327 matchs de saison régulière, et l'espoir qu'une nouvelle entente soit conclue et qu'une saison écourtée soit présentée - probablement de 68 matchs par équipe - à compter du 1er décembre s'amenuise chaque jour un peu plus.

Les joueurs ont raté leur troisième chèque de paye cette saison jeudi, et les heures continuent de passer. La saison 2004-05 a été annulée en février. Le lock-out en 1995 s'est terminé en janvier, et a entraîné une saison de 48 matchs.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer