États-Unis: un choix difficile à comprendre...

Brandon Dubinsky n'a pas joué contre le Canada... (Photo Aaron Doster, USA TODAY Sports)

Agrandir

Brandon Dubinsky n'a pas joué contre le Canada hier.

Photo Aaron Doster, USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TORONTO) La décision de l'entraîneur-chef des États-Unis John Tortorella de laisser de côté le centre Brandon Dubinsky, hier, face au Canada, est peut-être la plus surprenante qu'on ait vue depuis le début de la Coupe du monde.

En plus d'avoir ce style hargneux que les États-Unis recherchaient face à leurs éternels rivaux, d'avoir été efficace en infériorité numérique et d'avoir remporté 9 de ses 11 mises en jeu contre l'Europe samedi, Dubinsky est reconnu comme l'un des joueurs les plus à même de déranger Sidney Crosby.

Il l'a déjà traité de bébé à la télé new-yorkaise, les deux ont eu plusieurs escarmouches ensemble (même un combat) et l'attaquant des Blue Jackets de Columbus a été suspendu pour un match en novembre 2015 en raison d'un double-échec dangereux.

Mais en 11 matchs de séries face à l'équipe de Dubinsky, Crosby n'a marqué aucun but. De plus, la vedette des Penguins n'a qu'un but et affiche un rendement de -7 à ses 10 derniers matchs de saison avec Dubinsky dans les pattes.

«Il est meilleur quand on lui donne un mandat et il aime vraiment celui d'affronter peut-être le meilleur joueur du monde, décrivait Tortorella dimanche, lui qui dirige Dubinsky à Columbus après l'avoir piloté chez les Rangers de New York.

«C'est une confrontation que je recherche parfois et je crois qu'il y excelle.»

Johnson aussi

Or, 48 heures plus tard, l'entraîneur-chef américain avait changé d'avis. Dubinsky était retranché à la faveur de Kyle Palmieri, le franc-tireur des Devils du New Jersey qui a inscrit 30 buts la saison dernière.

«Nous voulions un marqueur que je pouvais bouger d'un trio à l'autre et que je pourrais utiliser en avantage numérique, a justifié Tortorella. On en a débattu pendant deux heures et c'est la décision à laquelle on est arrivé.»

Le coach a également laissé de côté le défenseur Jack Johnson, un autre joueur qu'il a sous la main à Columbus. Tortorella a assuré que le fait qu'il soit l'entraîneur-chef de ces deux joueurs dans la LNH n'avait pas influencé sa décision. Mais pour des joueurs qui devaient avoir hâte d'affronter le Canada, la pilule a sûrement été dure à avaler...

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer