• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > John Tortorella s'est-il adouci derrière le banc des Blue Jackets? 

John Tortorella s'est-il adouci derrière le banc des Blue Jackets?

John Tortorella, qui est reconnu pour avoir la... (PHOTO GENE J. PUSKAR, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

John Tortorella, qui est reconnu pour avoir la mèche courte, a mis de l'eau dans son vin cette saison, alors que ses protégés ont adopté son approche axée sur la vitesse, l'échec-avant et la créativité.

PHOTO GENE J. PUSKAR, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mitch Stacy
Associated Press
COLUMBUS, Ohio

L'été dernier, John Tortorella a discrètement écrit une lettre personnelle aux joueurs des Blue Jackets de Columbus afin de les informer que les prochains mois seraient, pour le moins, inconfortables.

Mais, a-t-il ajouté, s'ils décidaient de travailler, alors l'effort en vaudrait la chandelle.

Le camp d'entraînement de Tortorella s'est révélé particulièrement difficile et a donné le ton à la saison des Blue Jackets, qui allaient éventuellement connaître une séquence de 16 victoires et être propulsés en séries éliminatoires pour la troisième fois de l'histoire de la concession. Ce camp avait comme objectif d'éliminer la culture perdante dans laquelle baignait l'équipe et à laquelle avait été confronté Tortorella lors de son embauche, après que les Jackets eurent entamé la dernière campagne avec une fiche de 0-7.

Le talent était là, mais pas l'attitude. C'est là qu'est entré en scène « Torts ».

« J'avais simplement l'impression que c'était une cour de récréation et que les joueurs pouvaient faire ce qu'ils voulaient - le sentiment d'accomplissement, a-t-il expliqué. Notre mentalité collective était pitoyable. »

Ça n'a pas pris de temps avant que Tortorella ne change la culture et mette l'emphase sur le travail acharné, l'importance du moment présent et la nécessité de garder son sang-froid. Gagne tes batailles, gagne la période, gagne le match. Oublie le reste.

Tortorella, qui est reconnu pour avoir la mèche courte, a mis de l'eau dans son vin cette saison, alors que ses protégés ont adopté son approche axée sur la vitesse, l'échec-avant et la créativité. Il a encore la langue bien pendue, comme il l'a démontré à quelques reprises cette saison, mais les joueurs croient qu'il a trouvé le ton juste. Et, faut-il le rappeler, ça aide de gagner des matchs.

« Il arrive parfois qu'il perde son sang-froid avec toi, qu'il s'emporte, mais il est beaucoup plus calme et a véritablement appris à dialoguer avec nous », a confié l'ailier Cam Atkinson, le meilleur marqueur des Blue Jackets.

Tortorella a admis qu'il avait parfois dû quitter le vestiaire cette saison afin d'éviter qu'il n'explose après une mauvaise période ou une mauvaise rencontre de ses hommes, laissant plutôt la tâche à ses adjoints de discuter avec les joueurs. Il a cessé de participer aux réunions dédiées à l'avantage numérique, préférant les offrir à son adjoint Brad Larsen, et il a délégué de nombreuses autres tâches. Il a aboli les traditionnelles séances d'échauffement matinales afin de permettre aux joueurs de déterminer la façon dont ils souhaitaient passer les heures qui précèdent les matchs. Il a également adouci certains règlements internes.

« Je crois qu'il est plus calme, a confié le vétéran Brandon Saad, qui a marqué le seul but des Blue Jackets dans la défaite de 4-1 subie contre les Penguins vendredi soir. Il est très exigeant envers ses joueurs, et parfois les fils se touchaient l'an dernier. Cette saison, il est plus calme et détendu, il essaie davantage d'expliquer, plutôt que de crier. »

Les Blue Jackets accusent un déficit de 2-0 dans cette série au meilleur des sept matchs, mais le style abrasif de l'équipe plaît à Tortorella. La série se poursuivra dimanche soir à Columbus.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer