Torey Krug ne sera pas puni

Brendan Gallagher a laissé tomber les gants devant... (Photo Jean-Yves Ahern, USA TODAY Sports)

Agrandir

Brendan Gallagher a laissé tomber les gants devant Torey Krug, lundi soir.

Photo Jean-Yves Ahern, USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ligue nationale a décidé de ne pas sévir à l'endroit du défenseur des Bruins de Boston Torey Krug après que ce dernier eut appliqué une solide mise en échec à Andrew Shaw qui a atteint l'attaquant du Canadien à la tête, lundi soir.

Entérinant la logique des arbitres qui n'ont pas puni Krug sur le jeu, le Département de la sécurité des joueurs a jugé qu'en s'étirant et en se penchant afin d'atteindre la rondelle, Shaw s'était placé en position vulnérable pour être frappé à la tête.



Shaw est plus tard revenu dans le match, le visage encore ensanglanté.

En fin de compte, ce ne seront que quelques cicatrices de guerre de plus pour l'Ontarien de 25 ans qui arbore déjà quelques balafres.

Entendons-nous: le port d'une visière n'aurait rien changé aux conséquences qu'aurait pu avoir le geste de Krug. Mais en voyant les marques rouges sur son visage, l'occasion était belle de rappeler que Shaw continue de jouer en étant conscient des risques que pose le fait de jouer sans visière.

Il frappe son casier avec ses jointures, comme pour attirer la chance, lorsqu'on aborde la question avec lui. Shaw est non seulement le seul joueur du Canadien à ne pas en porter, mais il est le plus jeune joueur de la ligue à laisser son visage découvert.

«Vieille école»

Le défenseur Erik Gudbranson, des Canucks de Vancouver, était auparavant le plus jeune, mais ce dernier s'est résigné à porter la visière cette saison.

«Je me suis déjà fracturé l'os orbital, nous a rappelé le défenseur franco-ontarien. Il y a des rondelles qui me sont passées près des yeux l'an dernier et j'y pense encore. Je voulais essayer la visière durant l'été et tout allait bien, alors j'ai décidé de la garder.»

«C'était dur pour ma mère et pour ma blonde. Le jeu est tellement rapide de nos jours. Tout arrive si rapidement que, bien souvent, c'est quand on ne pense pas que certaines choses vont arriver qu'elles se produisent.»

Shaw, lui, semble à l'aise avec l'idée «vieille école» que des joueurs pratiquant son style ne portent pas de visière.

«J'ai eu un tas de coupures, entre autres dans le junior alors que je devais porter une visière, a-t-il rappelé. Il y a eu un terrible incident où j'ai été projeté contre la bande et ma visière s'est fracassée et a fendu ma joie droite. Du plastique dur comme ça peut te couper comme il faut...»

Andy Brown, en 1974, a été le dernier gardien à ne pas porter de masque dans la LNH. Craig MacTavish, lui, a été le dernier joueur à jouer sans casque jusqu'à sa retraite en 1997.

Si aucun incident ne coupe court à sa carrière, l'attaquant du Canadien pourrait bien être le dernier à jouer sans visière.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer