Ryan Kesler: «Nous allons continuer de les frapper»

Les Ducks vont continuer à frapper, à patiner... (Photo Charles Rex Arbogast, AP)

Agrandir

Les Ducks vont continuer à frapper, à patiner et à espérer que les bonds chanceux - et quelques coups de sifflet - cessent de favoriser les Blackhawks.

Photo Charles Rex Arbogast, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Greg Beacham
Associated Press
Anaheim

Après avoir disputé 17 périodes en seulement quatre matchs, les Ducks d'Anaheim savent sans doute qu'ils peuvent jouer au plus haut niveau face aux Blackhawks de Chicago.

À l'aube du cinquième match de la finale de l'association Ouest, les Ducks réalisent aussi que leurs deux défaites en prolongation ont été des occasions ratées de mettre la pression sur leurs adversaires expérimentés. Et ils ne peuvent se permettre d'en bousiller deux autres.

Les Blackhawks ont créé l'égalité 2-2 dans la série, samedi, quand Antoine Vermette a marqué le but de la victoire en deuxième prolongation. Cette victoire de 5-4 était la quatrième des Blackhawks en surtemps au cours des présentes séries.

Les Ducks n'ont toujours pas perdu en temps réglementaire dans le tournoi printanier, mais les Blackhawks détiennent la solution à l'énigme que les Ducks n'ont toujours pas résolu lorsque vient la prolongation.

La formation californienne va donc continuer à frapper, à patiner et à espérer que les bonds chanceux - et quelques coups de sifflet - cessent de favoriser les Hawks.

«Je crois qu'ils savent qu'ils font face à une bonne opposition, a déclaré l'entraîneur des Ducks Bruce Boudreau, dimanche. Je ne crois pas qu'ils pensent qu'ils ont eu la tâche facile. C'est notre travail de continuer à leur donner ce type d'opposition.»

Les deux équipes se sont envolées vers la côte Ouest, dimanche, et ont profité d'un peu de repos avant le prochain match de cette éprouvante série. Les Ducks ont appliqué à la lettre leur plan de match qui est d'appliquer de la pression constante sur la défensive éprouvée des Blackhawks, mais celle-ci survit jusqu'à maintenant.

«Nous allons continuer de respecter notre plan de match, a avance le joueur de centre des Ducks, Ryan Kesler, qui fait face à Jonathan Toews depuis le début de la série. Je crois que ça va les fatiguer. Ça va les fatiguer. Aucun humain peut résister à autant de coups. Nous allons continuer de les frapper.»

Les Blackhawks ont distribué 52 mises en échec lors du quatrième match, mais leur défensive chambranlante a aussi alloué trois buts en 37 secondes au troisième engagement, bousillant ainsi une avance de deux buts. Les défenseurs qui jouent durant de nombreuses minutes ne reconnaissent aucun effet de la pression des Ducks: Brent Seabrook a rejeté cette idée avec un sourire.

«Je crois que c'est comme ça des deux côtés, a déclaré l'ailier des Blackhawks Bryan Bickell. Ils nous frappent, mais ils se fatiguent à nous frapper.»

Un autre constat que l'on peut tirer de cette série après quatre matchs, c'est que les deux équipes qui ne s'étaient jamais affrontées en séries ont appris à se détester.

Le gardien des Hawks Corey Crawford a bien démontré cette haine grandissante en fin de match, samedi, lorsqu'il a servi un violent coup de hache au haut du corps de Matt Beleskey en négligeant même de couvrir son filet alors que les Ducks avaient la possession de la rondelle. Après la rencontre, Beleskey a déclaré qu'il était «écoeuré» des Blackhawks.

«Cette série est assez incroyable, a commenté l'entraîneur des Blackhawks, Joel Quenneville. Chaque match est très serré et très compétitif. La route pour se rendre à la finale est parsemée de hauts et de bas. Plus cette série avance, plus c'est difficile. Notre équipe est expérimentée et trouve toujours le moyen de gagner, on en a eu un bon exemple hier soir.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer