Brodeur devient directeur général adjoint des Blues

Brodeur, qui a fêté son 43e anniversaire plus... (PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE)

Agrandir

Brodeur, qui a fêté son 43e anniversaire plus tôt ce mois-ci, a complété sa carrière de gardien de but dans l'uniforme des Blues.

PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
SAINT-LOUIS

Martin Brodeur et les Blues de St. Louis ont conclu une prolongation de contrat de trois saisons qui lui permettra de devenir le directeur général adjoint de Doug Armstrong, a révélé le quotidien St. Louis Post Dispatch sur son site Internet mercredi.

Martin Brodeur et les Blues de St. Louis ont conclu une prolongation de contrat de trois saisons qui lui permettra de devenir le directeur général adjoint de Doug Armstrong, a confirmé l'équipe sur son site Internet mercredi.

Depuis qu'il a annoncé sa retraite de la LNH en janvier dernier, il agissait à titre de conseiller spécial auprès d'Armstrong.

«Je suis excité. J'ai eu un petit avant-goût la saison dernière au sein de l'organisation et j'ai vraiment apprécié l'expérience, a déclaré Brodeur. Je suis vraiment content d'obtenir cette opportunité.»

Brodeur, qui a fêté son 43e anniversaire plus tôt ce mois-ci, a complété sa carrière de gardien de but dans l'uniforme des Blues. Après avoir passé 21 saisons avec les Devils du New Jersey, où il a remporté trois coupes Stanley (1995, 2000, 2003), il a conclu un pacte avec les Blues en décembre 2014 à la suite de la blessure au gardien Brian Elliott.

Le Québécois a compilé une fiche de 3-3 avec un jeu blanc en sept présences devant le filet des Blues, cumulant également une moyenne de buts alloués de 2,87 et un taux d'efficacité de 89,9%. Ces statistiques lui ont permis d'établir un nouveau record de la LNH avec un total de 691 victoires et 125 jeux blancs en carrière.

Le Montréalais se classe également au premier rang de l'histoire des séries éliminatoires pour les départs (204) et des jeux blancs (24), en plus d'être deuxième pour les victoires (113).

Éventuellement, lorsque Elliott est revenu au jeu, Brodeur a pris deux semaines pour réfléchir à son avenir - il hésitait entre poursuivre sa carrière de joueur et accepter un rôle de gestion au sein d'une organisation. Les Devils auraient représenté une option intéressante pour son après-carrière, mais ce sont les Blues qui lui ont présenté une offre. Il l'a saisie immédiatement.

D'ailleurs, il a confié qu'il avait assez bien vécu la transition entre sa carrière de joueur et celle de gestionnaire, sauf au début des séries éliminatoires.

«Le seul moment où j'ai un un léger pincement au coeur, c'est au début des séries éliminatoires, a-t-il reconnu. Lors du match no 1 de la série (contre le Wild du Minnesota), lorsqu'on a annoncé la formation de départ des Blues, je me suis dit: «J'aurais aimé être encore un joueur'. Mais après deux minutes, c'était déjà oublié.»

Il a entamé sa carrière en décrochant le trophée Calder, remis à la recrue par excellence, en 1994, en plus de soulever le trophée Vézina à quatre reprises (2003, 2004, 2007, 2008) et le trophée Jennings en cinq occasions (1997, 1998, 2003, 2004, 2010). Brodeur s'est aussi illustré sur la scène internationale en obtenant la médaille d'or pour le Canada aux Jeux olympiques de Salt Lake City en 2002 et de Vancouver en 2010.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer