Jiri Sekac fait partie de la solution chez les Ducks

Avant le match de dimanche des Ducks face... (PHOTO JAE C. HONG, PC)

Agrandir

Avant le match de dimanche des Ducks face aux Rangers de New York, Sekac comptait un but et quatre aides en 11 rencontres depuis la transaction.

PHOTO JAE C. HONG, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephen Whyno
La Presse Canadienne
NEW YORK

Puisque les Ducks d'Anaheim en arrachaient face aux équipes les plus rapides de la LNH, le directeur général Bob Murray a décidé de brasser les cartes en posant quelques gestes avant la date limite des transactions.

Les Ducks ont acquis Jiri Sekac du Canadien de Montréal, Tomas Fleischmann des Panthers de la Floride, James Wisniewski des Blue Jackets de Columbus et Simon Després des Penguins de Pittsburgh. Ils ont une fiche de 6-3-0 depuis la date butoir des échanges, mais il est encore plus important de noter qu'ils semblent mieux outillés pour les séries éliminatoires.

«Nous avions besoin d'une bouffée d'air frais pour relancer un peu l'équipe, a raconté l'entraîneur-chef Bruce Boudreau, dimanche, au Madison Square Garden. Ce sont tous de bons joueurs et des joueurs différents de ce que nous avions. Je ne veux rien enlever à [Eric] Brewer, [Rene] Bourque et les autres, mais les nouveaux sont plus jeunes et plus rapides.»

Sekac était exactement ce dont les Ducks avaient besoin, lui qu'ils ont acquis du Canadien en retour du robuste attaquant Devante Smith-Pelly. L'ailier tchèque de 22 ans s'est ajusté rapidement à son rôle et au style intense des Ducks après avoir travaillé dans la structure plus rigide de Michel Therrien à Montréal.

«Pour moi, ce fut un changement positif, a mentionné Sekac. J'aime la manière dont l'équipe joue. Ça fonctionne bien jusqu'ici.»

Avant le match de dimanche des Ducks face aux Rangers de New York, Sekac comptait un but et quatre aides en 11 rencontres depuis la transaction. Au total cette saison, sa première dans la LNH, il a amassé huit buts et 13 aides en 61 parties.

Sekac a expliqué que la transition du style européen de la KHL à celui nord-américain de la LNH n'a pas été facile, mais que rien ne se comparait entre le changement de Therrien à Boudreau. Avec le Canadien, Sekac devait suivre un plan de match basé sur la récupération de la rondelle en territoire ennemi, ce qui cadre moins avec ses habiletés que le style des Ducks basé sur la possession de la rondelle et l'échec-avant.

«C'est simplement différent, a ajouté Sekac. On ne peut pas dire que l'un est meilleur que l'autre. Ce sont simplement deux styles complètement différents. Il faut juste s'y habituer.»

Murray espère maintenant que les Ducks seront plus efficaces contre les différents styles de leurs adversaires potentiels en séries éliminatoires afin de pouvoir rivaliser avec tout le monde. Boudreau peut maintenant s'adapter à l'adversaire.

«Nous pouvons compter sur un groupe qui peut affronter les grosses équipes physiques et un autre qui peut affronter les équipes rapides, a expliqué Boudreau. Je crois que nous pouvons rivaliser avec la majorité des équipes à tous les niveaux.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer