• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Le jeu de puissance reste le talon d'Achille du Canadien 

Le jeu de puissance reste le talon d'Achille du Canadien

Les unités étaient les mêmes à l'exception de... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Les unités étaient les mêmes à l'exception de l'inclusion du jeune Sven Andrighetto au sein de la seconde vague, en compagnie de Tomas Plekanec et de David Desharnais (photo).

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne

Tout est au beau fixe chez le Canadien, même s'il traîne un boulet au patin depuis le début de la saison. On parle ici de l'inefficacité du jeu de puissance, un boulet dont on cherche à se débarrasser.

Le Tricolore demeure à la traîne dans la LNH à ce chapitre, en 26e position, avec un piètre taux de réussite de 14,2 pour cent.

Encore une fois jeudi, l'entraîneur Michel Therrien a fait porter une bonne partie de la séance d'entraînement sur la répétition des stratégies à déployer.

Les unités étaient les mêmes à l'exception de l'inclusion du jeune Sven Andrighetto au sein de la seconde vague, en compagnie de Tomas Plekanec et de David Desharnais.

Les déboires de l'attaque massive seraient un problème plus criant si l'équipe ne trônait pas parmi les meilleures de l'Association Est.

«Ce serait plus préoccupant si nous n'avions pas de succès, a noté le gardien Carey Price. Mais nous trouvons des façons de gagner des matchs. Notre jeu à cinq contre cinq est exceptionnel et nous faisons très bien en infériorité numérique.»

Le Canadien occupe le sixième rang de la LNH en infériorité, grâce à un taux de 85,6 pour cent. À égalité numérique, il affiche le quatrième meilleur ratio de la ligue au chapitre des buts marqués et accordés.

«Il n'y pas de frustration, a dit Desharnais au sujet de l'attaque massive. Il faut juste travailler là-dessus et demeurer patient. Quand bien même nous aurions un taux de réussite de 30 pour cent, ce qui compte c'est d'obtenir des buts en supériorité dans les moments importants ou quand nous tirons de l'arrière. Nous avons jusqu'en avril pour nous améliorer et arriver confiants en séries éliminatoires.»

La saison dernière, le CH a conservé un taux de réussite de 17,2 pour cent, au 19e rang de la LNH.

Thomas rappelé

Avant la séance, l'attaquant Pierre-Alexandre Parenteau a patiné en solitaire dans une deuxième journée de suite. Parenteau récupère d'une blessure au haut du corps qu'il s'est infligée le 2 janvier face aux Devils du New Jersey.

En soirée, le Canadien a rappelé l'attaquant Christian Thomas des Bulldogs de Hamilton. En 29 matchs dans la Ligue américaine cette saison, Thomas a réussi neuf buts et amassé cinq passes, en plus de recevoir 10 minutes de punition.

Pendant ce temps, le vétéran Mike Weaver continue de prendre son mal en patience même s'il demeure le défenseur en trop. Il a été laissé de côté dans les six derniers matchs de l'équipe depuis qu'il est rétabli de la commotion cérébrale qu'il a subie, le 6 décembre.

«Ce n'est rien de nouveau pour moi. Je suis un défenseur qui ne mesure que cinq pieds huit pouces et quart», a lancé Weaver, quand on lui a demandé s'il avait souvent composé avec une situation semblable en carrière.

«Je voudrais jouer, mais l'équipe a du succès dans le moment et c'est super. Je redouble d'ardeur à l'entraînement afin d'être prêt advenant qu'on ait besoin de mes services.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer