Canadien: des succès au-delà des chiffres

Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk ont contribué, dimanche,... (Photo Paul Sancya, AP)

Agrandir

Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk ont contribué, dimanche, à la 14e victoire du Canadien en 19 matchs.

Photo Paul Sancya, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce soir au Centre Bell, il y aura le meilleur club de la Ligue nationale de hockey sur la glace. Non, il ne s'agit pas des Penguins de Pittsburgh.

Le club à la meilleure fiche du circuit, c'est le club hôte, qui connaît un début de saison au-delà des espérances. Au-delà des prédictions les plus optimistes.

Avec sa récolte de 29 points en 19 matchs cette saison, le Canadien est au zénith de la LNH, un scénario qui confond plusieurs experts... et qui confond aussi quelques joueurs de l'équipe.

«Je dirais qu'on trouve des façons de gagner, a répondu l'attaquant Max Pacioretty dimanche soir à Detroit, à la suite de cette victoire de 4-1 sur les Red Wings. Nous trouvons des façons de gagner et c'est très bien, mais il nous reste encore beaucoup de chemin à faire.»

Les succès du Canadien, il faut bien l'admettre, sont en effet difficiles à expliquer.

Le club ne paraît pas bien dans la plupart des colonnes de statistiques (son jeu en avantage numérique, entre autres, était le 27e du circuit hier) et l'équipe ne mise sur aucun joueur-vedette. Même Carey Price, son meilleur élément depuis le début de la saison, n'est pas dans le top 10 des gardiens du circuit au chapitre de la moyenne ou du pourcentage d'arrêts.

Mais comme le dit Max Pacioretty: l'équipe trouve toujours un moyen.

«On ne peut pas toujours se fier aux statistiques, a ajouté l'attaquant. Je me souviens des Kings de Los Angeles la saison dernière... leur jeu en avantage numérique n'était pas très bon en saison. Puis, en séries éliminatoires, ils se sont mis à être très efficaces à cinq contre quatre. Ils ont fini par trouver une façon.

«Les chiffres ne disent pas tout et ils ne mesurent pas le degré d'intensité de nos joueurs. Je ne sais pas si je vais me mettre à croire tout ce que les statistiques disent, surtout cette saison.»

C'est donc un club en plein contrôle que les Penguins vont affronter ce soir. Depuis cette correction de 5-0 en plein Centre Bell face aux Blackhawks de Chicago, le 4 novembre, le Canadien a remporté ses six matchs suivants, incluant les deux du week-end par une marque combinée de 10-4 contre les Flyers de Philadelphie et les Red Wings de Detroit.

Le Canadien n'a peut-être pas les meilleures statistiques de la ligue, mais il gagne. Pour Michel Therrien, c'est tout ce qui compte.

«On peut faire dire ce qu'on veut aux statistiques, a fait remarquer l'entraîneur montréalais dimanche soir à Detroit. Mais nous, ce qu'on regarde vraiment, c'est le jeu d'équipe et les occasions de marquer.»

__________________________________________________

C'était froid entre Subban et le Canadien

La conférence PrimeTime Sports présentée à Toronto, hier, a donné lieu à quelques anecdotes intéressantes. Selon ce que rapporte Sportsnet, l'agent Pat Morris,- qui faisait partie de la délégation qui représentait P.K. Subban en arbitrage au mois d'août - a raconté que l'audience opposant Subban au Canadien s'est déroulée dans l'animosité.

«Dès les premières minutes, on a compris que ce ne serait pas agréable», a raconté Morris lors d'une causerie. L'agent a également relevé le fait que les deux parties ont refusé de se serrer la main lorsque les présentations à l'arbitre furent terminées.

Sur un autre panel, le DG Marc Bergevin a admis qu'au repêchage de 2012, il avait les yeux sur le défenseur Morgan Rielly, mais qu'il s'était finalement rangé derrière l'opinion de ses recruteurs. Trevor Timmins insistait pour que le Tricolore sélectionne Alex Galchenyuk.

__________________________________________________

Du jamais vu pour le CH depuis... Pat Burns

Le Canadien a récolté un sixième gain de suite à Detroit, dimanche, ce qu'il n'avait pas fait depuis le mois de mars 2010. Après une victoire en tirs de barrage pour amorcer cette séquence, le Tricolore a remporté cinq autres matchs par un écart de trois buts ou plus. Selon l'Elias Sports Bureau, ça ne s'était pas produit depuis le mois d'octobre 1991 lorsque l'équipe était dirigée par Pat Burns.

La récente séquence victorieuse a souri à Carey Price, qui s'est vu décerner la deuxième étoile de la semaine dans la LNH en vertu d'un dossier de 3-0-0, une moyenne de buts alloués de 1,33 et un taux d'efficacité de ,950.

- Marc Antoine Godin

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer