Marc Bergevin: «les décisions m'appartiennent»

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin

Photo Olivier Jean, La Presse

Le dossier P.K. Subban faisait jaser depuis déjà plusieurs mois quand il s'est finalement réglé, le 2 août. Dix jours plus tard, la tempête ne s'est pas calmée, et Marc Bergevin a tenté d'y mettre fin.

C'est que la déclaration de Subban sur le rôle « monumental » de Geoff Molson dans les négociations en a fait sourciller certains.

Le collègue Philippe Cantin en a fait mention dans une chronique récente, et voilà que The Gazette a avancé à son tour, le week-end dernier, que M. Molson a été un acteur important dans le dossier. Questionné la semaine dernière par La Presse, un intervenant au courant du dossier s'était quant à lui dit « mal à l'aise » de commenter une situation aussi « délicate ».

Si le rôle précis du propriétaire de l'équipe dans ce dossier reste nébuleux, il n'en demeure pas moins que des questions ont été soulevées sur l'autonomie dont a joui Marc Bergevin.

Hier, en marge de l'Invitation Michel Therrien, au club de golf Le Mirage, le directeur général du Canadien a rappelé le partage des tâches entre lui et son patron.

«Toutes les décisions hockey sont prises par moi et mes personnes de hockey, a martelé Bergevin. Je ne changerai pas ma façon... La journée de mon entrevue [pour le poste de DG], j'ai dit à Geoff : «Je vais tout te dire, mais les décisions m'appartiennent.» Geoff a dit oui, et c'est une des raisons pour lesquelles j'ai accepté de venir à Montréal.»

Selon Bergevin, ces conditions sont bel et bien respectées. Seulement, dans le cas de Subban, le propriétaire a voulu s'informer avant d'investir 72 millions de dollars dans un joueur.

«Je n'ai pas ressenti de pression de la part de Geoff, pas du tout, a assuré le DG. Quand on parle d'un contrat de cette magnitude, Geoff veut savoir si ce joueur veut rester à Montréal pour les bonnes raisons. Quand tu t'engages pour huit ans avec un joueur, c'est normal de voir le propriétaire s'impliquer.»

«J'ai seulement été DG à un endroit, mais je vois comment les choses fonctionnent ailleurs. Je ne peux pas demander une meilleure personne avec qui travailler que Geoff Molson.»

Et la pression ?

Bergevin assure aussi que sa décision d'accorder un contrat de huit ans à son défenseur étoile n'avait rien à voir avec la pression populaire.

Dans les heures qui ont suivi la comparution de Subban devant l'arbitre, nombreux étaient ceux qui se demandaient pourquoi une entente à long terme était si difficile à obtenir. La direction du CH avait généralement mauvaise presse, si bien que Subban a pris pour la deuxième fois la peine de défendre Bergevin et son équipe. « J'ai entendu des choses qui ne m'ont pas plu », a-t-il dit.

«Je n'écoute pas la télévision et je ne lis pas les journaux, a affirmé Bergevin. Je ne suis pas ici pour gagner un concours de popularité. Je suis ici pour construire la meilleure équipe de hockey possible.»

Et quand un collègue a tenté une relance sur la question, Bergevin s'est braqué. «Dans mon condo, je ne ressentais pas la pression», a-t-il sèchement laissé tomber.

Suite et fin de ce roman-fleuve en septembre, au tournoi de golf du Canadien, quand ce sera au tour de Geoff Molson de livrer sa version des faits.




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer