Trois espagnols lauréats du prix d'architecture Pritzker

Les architectes Ramon Vilalta, Carme Pigem et Rafael... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Les architectes Ramon Vilalta, Carme Pigem et Rafael Aranda du cabinet catalan RCR Arquitectes ont été récompensés mercredi par le prestigieux prix Pritzker.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Trois architectes espagnols, Rafael Aranda, Carme Pigem et Ramon Vilalta, du cabinet catalan RCR Arquitectes, ont été récompensés mercredi par le prestigieux prix Pritzker, souvent considéré comme l'équivalent du prix Nobel en architecture, selon un communiqué.

Si le prix a déjà été remis à deux architectes la même année, c'est la première fois que trois personnes sont récompensés conjointement par ce prix, créé en 1979 pour rendre hommage au travail d'un architecte vivant.

C'est seulement la seconde fois que des architectes espagnols sont choisis, plus de vingt ans après Rafael Moneo, couronné en 1996.

Rafael Aranda (55 ans), Carme Pigem (54) et Ramon Vialta (56) ont fondé leur cabinet en 1988 à Olot, leur ville d'origine, située non loin de la frontière française.

Ils ont essentiellement travaillé sur des projets en Espagne, en Belgique et en France.

Parmi leurs réalisations les plus marquantes, le musée Soulages de Rodez, un ensemble tout en lignes droites et en angles, avec des parois extérieures en acier qui s'est oxydé, pour donner à l'ensemble une teinte rouille.

Ils ont conçu des bâtiments et lieux très variés, notamment des piscines, des installations sportives en extérieur, des restaurants, des bureaux, des bâtiments universitaires.

Autre réalisation notable, la médiathèque Waalse Krook de Gand, en Belgique, qui doit être inaugurée prochainement.

Pour Tom Pritzker, fils du fondateur du prix, cité dans le communiqué, les trois architectes «ont eu un impact sur leur discipline bien au-delà de leurs environs immédiats».

«Leur travail montre un engagement sans faille dans un lieu et son histoire, pour créer des espaces en dialogue avec leur contexte», a-t-il ajouté.

Le prix est doté de 100 000 dollars et sera remis lors d'une cérémonie à Tokyo, le 20 mai.

Le jury a délivré un message teinté de politique pour expliquer son choix.

«Nous vivons dans un monde globalisé où nous devons nous appuyer sur des influences internationales, les échanges commerciaux, des discussions. Mais de plus en plus de gens ont peur qu'à cause de ces influences, nous perdions nos valeurs locales, notre art local, nos coutumes», ont déclaré les membres du jury, cités dans le communiqué.

Pour eux, «Rafael Aranda, Carme Pigem et Ramon Vilalta nous disent qu'il est possible d'avoir les deux».




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer