• Accueil > 
  • Cinéma > 
  • Nouvelles 
  • > Paul McCartney «ému» pour la première du documentaire sur les Beatles 

Paul McCartney «ému» pour la première du documentaire sur les Beatles

Paul McCartney et Ringo Starr en avril 2009.... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Paul McCartney et Ringo Starr en avril 2009.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Les deux membres des Beatles encore vivants ont assisté jeudi à Londres à la première d'un documentaire sur leurs années de tournée, avec des images d'archives qualifiées de «très émouvantes» par Paul McCartney.

Eight Days a Week: The Touring Years, réalisé par Ron Howard, suit les quatre membres du mythique groupe sur les routes, pendant quatre ans, de 1962 à 1966. Un parcours qui les mène de leur ville natale de Liverpool à une série de tournées américaines, en pleine «Beatlemania».

La projection a rappelé de bons souvenirs à Paul McCartney, âgé de 74 ans et présent à la projection de Londres, après l'avant-première mondiale à Liverpool plus tôt jeudi.

«Cela nous rappelle de grands moments, évidemment, quand nous jouions avec John (Lennon) et George (Harrison)», les deux autres membres du groupe aujourd'hui décédés, a déclaré le musicien britannique à la presse. «Donc c'est très émouvant et très particulier de revoir tout cela».

À ses côtés lors de cette séance unique, son aîné Ringo Starr, âgé de 76 ans. Yoko Ono et Olivia Harrison, les veuves de John Lennon et George Harrison, étaient également présentes, ainsi qu'un parterre de célébrités parmi lesquelles Madonna.

Un demi-siècle après leur dernier concert majeur à San Francisco, Ringo Starr a qualifié de «magnifique» la popularité persistante des «quatre garçons dans le vent».

«Les gens aiment les Beatles. Nous étions deux d'entre eux, et nous sommes ici aujourd'hui», a-t-il déclaré.

Le documentaire comprend des archives inédites qui montrent les «Fab Four» assaillis par les admirateurs, à une époque où ils étaient «plus populaires que Jésus», selon une formule de John Lennon qui lui attira les foudres des conservateurs américains.

Dans un entretien, Lennon estime que l'hystérie provoquée par leur apparition sur scène transformait leurs concerts en «foire aux monstres».

«On n'entendait pas la musique», explique-t-il.

Usés par ces années sur la route, ils décident d'arrêter les concerts en 1966 pour se consacrer à l'enregistrement d'albums.

McCartney a affirmé mercredi sur la BBC avoir été le dernier du groupe à décider d'abandonner les concerts, après celui de Candlestick Park à San Francisco au cours duquel il s'est senti dépassé.

Les Beatles ont alors réalisé qu'il était temps d'arrêter, a confirmé Starr sur la chaîne britannique: «Nous en avions simplement assez. Nous savions que c'était le dernier concert. Il était temps.»

Trois ans plus tard, ils remontent sur scène, sur le toit d'un immeuble à Londres, pour leur dernière apparition publique à quatre, entrée dans la légende.

«Le fait de base, à propos des Beatles, est que nous étions un bon petit groupe», a estimé McCartney.

«Alors, nous voir sur scène en tant que groupe est une chose formidable, parce que sans cela, nous n'aurions pas pu faire les enregistrements. Cela a permis tout ce que nous avons enregistré.»

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer