Semaine de la critique: l'Europe et les premiers films à l'honneur

Nos batailles, un long métrage belge avec Romain... (Capture d'écran)

Agrandir

Nos batailles, un long métrage belge avec Romain Duris élevant seul ses enfants, fait partie de la sélection de la 57e Semaine de la critique.

Capture d'écran

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

Une farce sur la vie d'un roi du ballon rond portugais, un film sur la guerre en Yougoslavie côté croate et un long métrage belge avec Romain Duris élevant seul ses enfants: la 57e Semaine de la critique mettra à l'honneur le cinéma européen et dévoilera cette année sept premiers films.

Cette section parallèle du Festival de Cannes se déroulera du 9 au 17 mai. Consacrée à la découverte de nouveaux talents, elle ne présente que des premiers et deuxièmes films. Sur les 11 sélectionnés, sept sont en compétition et quatre en séance spéciale, a-t-on appris lundi.

Après avoir mis la France (Petit paysan, Ava) et l'Amérique latine à l'honneur, cette nouvelle édition se concentre sur l'Europe avec des films belge, polonais, islandais, suisse et hongrois.

«C'est une sélection qui parle de la famille et du travail comme avec One Day (un premier film hongrois sur la journée ordinaire d'une femme au foyer) et le belge Nos batailles avec Romain Duris en père de famille ouvrier dont la femme disparaît», a indiqué son délégué général Charles Tesson.

Dans une veine réaliste encore, plusieurs films mettent en avant des personnages en marge comme Sauvage, sur la prostitution masculine et Shéhérazade sur des délinquants à Marseille, deux premiers films français, le premier en compétition, le second en séance spéciale.

Plus «déjanté», Diamantino, un premier film portugais s'inspirant d'un footballeur à la Cristiano Ronaldo, sera également en compétition, tout comme Chris the Swiss, premier pas d'une réalisatrice qui mêle documentaire et animation pour évoquer sur le conflit yougoslave.

Hors d'Europe, Sir, un premier film indien complète la sélection. Réalisé par une femme, ce long métrage montre «le blocage de classes et les repliz sociétaux», souligne Charles Tesson.

Unique représentant américain: Wildlife de l'acteur Paul Dano fera l'ouverture. Pour son premier passage derrière la caméra, l'acteur de There Will be Blood a porté à l'écran un roman de Richard Ford (Une saison ardente) et s'est entouré de Jake Gyllenhaal et Carey Mulligan.

En clôture, l'acteur et humoriste français Alex Lutz viendra présenter Guy, faux documentaire sur un chanteur populaire qui a eu son heure de gloire». «Un coup de coeur», pour le délégué général.

Le jury sera présidé par le réalisateur norvégien Joachim Trier (Thelma, Oslo, 31 août). Il sera entouré des acteurs Chloë Sevigny et Nahuel Perez Biscayart, du journaliste français Augustin Trapenard et de la directrice du Festival du film de Vienne Eva Sangiorgi.

Ce jury remettra trois prix dont le Grand Prix Nespresso attribué à un film et pour la première fois, un prix pour un acteur ou une actrice considéré comme une révélation.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer