Sélection relevée pour le 70e Festival de Cannes

Le délégué général du Festival, Thierry Frémaux, et... (PHOTO AP)

Agrandir

Le délégué général du Festival, Thierry Frémaux, et le président du Festival, Pierre Lescure, posent aux côtés de l'affiche officiel de la 70 édition du plus prestigieux des rendez-vous du cinéma.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie LAUBIE
Agence France-Presse
Paris

Des cinéastes connus comme l'Autrichien Michael Haneke, le Français Jacques Doillon ou l'Américaine Sofia Coppola seront en compétition aux côtés de nouveaux venus lors du 70e Festival de Cannes, dont les organisateurs espèrent qu'il sera «une respiration» après la présidentielle française.

«Nous sommes dans une séquence politique» en France avec l'élection présidentielle, qui se tiendra juste avant Cannes, a souligné le président du Festival, Pierre Lescure, lors de la conférence de presse. «Cannes ne peut ignorer la politique».

Mais, a-t-il ajouté, «ce festival, on espère bien qu'il soit une respiration qui va permettre de ne parler que de cinéma».

Le Festival se déroulera du 17 au 28 mai avec un jury présidé par l'Espagnol Pedro Almodovar. Il fera comme chaque année la part belle aux vedettes. Les acteurs Joaquin Phoenix, Colin Farrell, Dustin Hoffman, Julianne Moore, Kirsten Dunst, Elle Fanning, Nicole Kidman, Robert Pattinson, Vincent Lindon, Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant ou Marion Cotillard fouleront le tapis rouge.

Le plus grand rendez-vous mondial du 7e Art comptera cette année quatre réalisateurs français en compétition, dont Jacques Doillon, 73 ans, pour Rodin, avec Vincent Lindon dans le rôle du célèbre sculpteur, célébré cette année pour le centenaire de sa mort.

François Ozon, en lice il y a quatre ans pour Jeune et jolie, reviendra avec L'Amant double, thriller avec Marine Vacth et Jérémie Renier, et le réalisateur de The Artist Michel Hazanavicius avec Le Redoutable, film sur Jean-Luc Godard tiré d'un roman de son ex-femme Anne Wiazemsky, avec Louis Garrel.

Nouveau venu dans la compétition, Robin Campillo sera dans la course avec 120 battements par minute sur l'histoire de l'association de lutte contre le sida, Act Up, dans les années 90, avec Adèle Haenel.

Le film d'Arnaud Desplechin Les Fantômes d'Ismaël avec Mathieu Amalric et Marion Cotillard, sera, lui, présenté en ouverture du Festival, mais hors compétition.

Coppola, Haynes, Baumbach et les frères Safdie

Quatre films américains seront aussi en lice pour la Palme d'or, avec la très attendue Sofia Coppola pour The Beguiled avec Colin Farrell, Nicole Kidman, Elle Fanning et Kirsten Dunst, nouvelle adaptation du roman éponyme de Thomas Cullinan, déjà transposé à l'écran par Don Siegel en 1971 avec Clint Eastwood.

Todd Haynes sera aussi de la fête pour Wonderstruck avec Julianne Moore et Michelle Williams, sur l'histoire de deux enfants sourds à des époques différentes, tout comme les frères Benny et Josh Safdie pour Good Time, avec Robert Pattinson en braqueur de banques. La vedette Dustin Hoffman viendra aussi sur la Croisette grâce à Noah Baumbach pour The Meyerowitz Stories.

L'Europe sera très bien représentée, avec notamment Happy End de l'Autrichien Michael Haneke (deux fois Palme d'or pour Le Ruban blanc et Amour), avec Jean-Louis Trintignant et Isabelle Huppert, sur une famille bourgeoise du Nord de la France vivant à côté de camps de migrants.

Seront également dans la course le Grec Yorgos Lanthimos pour The Killing of a Sacred Deer avec Colin Farrell et Nicole Kidman, la Britannique Lynne Ramsay avec le thriller You Were Never Really Here, le Russe Andrey Zviaguintsev (Léviathan) avec Loveless, le Germano-Turc Fatih Akin pour In the Fade avec Diane Kruger, histoire de vengeance dans la communauté turque d'Allemagne, et le Hongrois Kornel Mondruczo avec Superfluous Man, sur les réfugiés.

«La question des réfugiés qui est fondamentale, est assez présente dans la sélection», a souligné le délégué général du Festival, Thierry Frémaux.

Du côté asiatique, le Sud-coréen Bong Joon-Ho présentera Okja avec Tilda Swinton et Jake Gyllenhaal, film d'aventure fantastique et première production Netflix en compétition à Cannes. Son compatriote Hong Sang-soo sera là avec Geu-Hu, et la Japonaise Naomi Kawase, troisième femme de la compétition, avec Hikari.

Pour faire plaisir aux fans de série, deux épisodes de la nouvelle saison de l'oeuvre culte de David Lynch Twin Peaks figureront en séance spéciale, tout comme la saison 2 de Top of the Lake de la Néo-Zélandaise Jane Campion.

18 films en compétition pour la Palme d'or

  • Loveless du Russe Andrey Zvyagintsev (Leviathan), drame racontant l'histoire d'un couple en instance de divorce. Le couple va devoir se réconcilier pour retrouver son fils, qui disparaît lors d'une de leur dispute.
  • Good Time, film des Américains Benny Safdie et Josh Safdie racontant l'histoire d'un braqueur de banque avec Robert Pattinson.
  • You Were Never Really Here de la Britannique Lynne Ramsay (We Need To Talk About Kevin), avec Joaquin Phoenix. Adapté d'un roman de Jonathan Ames. Un vétéran de guerre tente de sauver des jeunes filles victimes de trafic sexuel, mais l'une de ses tentatives va mal tourner.
  • L'Amant double du Français François Ozon, thriller décrit comme érotique avec Marine Vacth, Jérémie Renier et Jacqueline Bisset, l'histoire d'une jeune femme qui tombe amoureuse de son psy et s'installe avec lui, avant de découvrir qu'il lui a caché une partie de son identité.
  • Jupiter's Moon du Hongrois Kornél Mandruczo (prix Un certain regard en 2014 pour White God), film fantastique sur l'accueil des réfugiés.
  • The Killing Of A Sacred Deer, film en anglais du Grec Yorgos Lanthimos (Lobster) avec Colin Farrell et Nicole Kidman. Dans ce thriller, un chirurgien prend sous son aile un adolescent perturbé, mais la relation va mal tourner.
  • Radiance de la Japonaise Naomi Kawase, drame doublé d'une romance autour d'un caméraman souffrant de troubles de la vision.
  • Le jour d'après du Sud-Coréen Hong Sangsoo, film en noir et blanc.
  • Le Redoutable de Michel Hazanavicius (The Artist), film sur Jean-Luc Godard, tiré du roman Un an après de son ex-femme Anne Wiazemsky. Le film se déroule à la fin des années 1960, au moment du tournage et de la sortie du film La Chinoise et des événements de mai 1968. Louis Garrel y joue le rôle du cinéaste de la Nouvelle Vague.
  • Wonderstruck de Todd Haynes, écrit par le même scénariste que Hugo Cabret, raconte l'histoire de deux enfants sourds à des époques différentes, avec Julianne Moore et Michelle Williams.
  • Happy End de l'Autrichien Michael Haneke avec Jean-Louis Trintignant et Isabelle Huppert sur une famille bourgeoise du Nord de la France vivant à côté des camps de migrants. Haneke a été deux fois Palme d'or à Cannes, pour Le Ruban blanc et Amour.
  • Rodin du Français Jacques Doillon avec Vincent Lindon et Izia Higelin, sur l'histoire du célèbre sculpteur.
  • The Beguiled de l'Américaine Sofia Coppola, avec Nicole Kidman, Elle Fanning, Colin Farrell et Kirsten Dunst, inspiré du film de Don Siegel avec Clint Eastwood. Il raconte la vie d'un pensionnat de jeunes filles dans l'État de Virginie en 1864.
  • 120 battements par minute du Français Robin Campillo, sur la vie de l'association Act Up dans les années 90, qui a considéré qu'il fallait faciliter l'accès aux médicaments et sensibiliser la société à l'épidémie de sida, avec Adèle Haenel (français).
  • Okja de Bong Joon-Ho avec Tilda Swinton et Jake Gyllenhaal, film d'aventure fantastique avec un monstre gentil réalisé pour Netflix.
  • In The Fade (Dans le noir) du Germano-Turc Fatih Akin avec l'actrice allemande Diane Kruger dont c'est le premier film allemand, est une histoire de vengeance dans la communauté turque d'Allemagne.
  • The Meyerowitz Stories, de l'Américain Noah Baumbach (Frances Ha), comédie dramatique autour d'une famille dysfonctionnelle avec Adam Sandler, Dustin Hoffman et qui sera diffusée sur Netflix.
  • A Gentle Creature de l'Ukrainien Sergei Loznitsa (Dans la brume), libre adaptation de La Douce de Dostoïevski.

Les films de la sélection Un certain regard

Un certain regard, section créée en 1978, présente des films dits atypiques ou de réalisateurs encore peu connus. Un total de 16 films ont été annoncés dans cette section jeudi par le délégué général du festival, Thierry Frémaux.

  • Barbara du Français Mathieu Amalric, film inspiré de l'histoire de la chanteuse Barbara, avec Jeanne Balibar (film d'ouverture).
  • La Fiancée du désert (La novia del desierto) des Argentines Cecilia Atan et Valeria Pivato
  • Étroitesse (Tesnota) du Russe Kantemir Balagov
  • La Belle et la meute (Aala Kaf Ifrit) de la Tunisienne Kaouther Ben Hania
  • L'Atelier du Français Laurent Cantet (Palme d'or 2008 avec Entre les murs)
  • Fortunata de l'Italien Sergio Castellito
  • Les filles d'avril (Las hijas de Abril) du Mexicain Michel Franco
  • Western de l'Allemande Valeska Grisebach, produit par sa compatriote Maren Ade qui avait fait sensation l'année d'avant à Cannes avec Toni Erdmann (Prix de la critique internationale)
  • Directions (Posoki) du Bulgare Stephan Komandarev
  • Out du Slovaque Gyorgy Kristof
  • Avant que nous disparaissions (Sanpo suru shinryakusha) du Japonais Kiyoshi Kurosawa (prix Un certain regard 2015 pour Vers l'autre rive)
  • En attendant les hirondelles de l'Algérien Karim Moussaoui
  • Lerd de l'Iranien Mohammad Rasoulof
  • Jeune Femme de la Française Léonor Serraille
  • Wind River de l'Américain Taylor Sheridan
  • Après la guerre de l'Italienne Annarita Zambrano




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer