Suburbicon: une occasion ratée **1/2

En cet été 1959, la quiétude d'une petite banlieue résidentielle trop blanche sera troublée par une série d'événements révélant la face cachée du rêve américain.

Suburbicon... (image fournie par Entract Films) - image 1.0

Agrandir

Suburbicon

image fournie par Entract Films

Pensez donc : George Clooney s'empare d'un scénario lancé par Joel et Ethan Coen, célèbre tandem de cinéastes dont il est l'un des plus illustres interprètes. On attend dès lors un regard caustique teinté d'humour noir, d'autant que le sujet du film pouvait magnifiquement s'y prêter. Et puis, avec des pointures comme Matt Damon, Julianne Moore et Oscar Isaac devant la caméra, comment serait-il possible de rater son coup ?

Hélas, c'est le cas, même si la mise en place est prometteuse. Le portrait de cette banlieue américaine des années 50 que dessine le cinéaste manque singulièrement de mordant. Et l'intrigue policière, directement puisée à même les films noirs de la grande époque, est menée de façon peu engageante.

La piste satirique ayant vite été mise de côté, on se demande pourquoi le cinéaste a aussi écarté celle qui aurait pourtant pu se révéler très riche sur le plan dramatique. L'histoire de cette première famille noire installée dans un quartier de banlieue trop blanc aurait franchement mérité plus d'attention.

De la part de tous ces gens de talent, on attendait mieux qu'un film qui tombera rapidement dans l'oubli.

Drame policier

Suburbicon 

(V.F. : Bienvenue à Suburbicon)

George Clooney

Avec Matt Damon, Oscar Isaac, Julianne Moore

1 h 45

2 étoiles et demie




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer