Lady Macbeth: dans la maison ***

La PresseMaude L'Archevêque 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Contrairement à ce que son titre pourrait laisser croire, le premier long métrage de William Oldroyd n'est pas basé sur la célèbre pièce de Shakespeare. Il s'agit plutôt d'une adaptation de la nouvelle Lady Macbeth du district de Mtsensk, de Nikolaï Leskov, qui a aussi inspiré un opéra à Chostakovitch.

Ainsi, dans Lady Macbeth, il n'y a d'autre champ de bataille que la maison. Au centre du carnage, la jeune actrice britannique Florence Pugh donne une interprétation brillante d'une femme cruelle capable de tous les extrêmes pour arriver à ses fins. Elle a une qualité rare pour une actrice si jeune (21 ans seulement): la patience.

Son visage est souvent rigide comme un masque; ses émotions, des bouts qui dépassent à peine. Le masque funèbre tombe à l'occasion, notamment lorsqu'elle rencontre son amant ambigu (Cosmo Jarvis) dans la campagne anglaise et qu'elle laisse tomber sur ses épaules ses cheveux enfin libérés de leurs constructions austères habituelles.

Lady Macbeth... (Image fournie par TVA Films) - image 2.0

Agrandir

Lady Macbeth

Image fournie par TVA Films

Ces exaltations romantiques sont parfois difficiles à rattacher à ce que l'on sait (et saura) du personnage, mais il s'agit là d'une qualité: Lady Macbeth résiste à toutes les tentations de psychologiser les actes de son antihéroïne amorale, et c'est tant mieux. Les événements sont montrés froidement dans une suite de tableaux statiques, magnifiquement éclairés par la lumière naturelle (superbe direction photo d'Ari Wegner).

Dans ce qui aurait pu être un exercice périlleux, le réalisateur William Oldroyd parvient à dresser le portrait d'une femme détestable sans justifier la misogynie de ceux qui l'entourent - et, inversement, à montrer cette misogynie sans qu'elle justifie les gestes de cette femme détestable. 

Malgré ses qualités techniques indéniables et sa performance centrale exceptionnelle, Lady Macbeth n'est pas toujours parfaitement convaincant. Image remarquable après image remarquable, on se prend éventuellement à trouver le film scolaire, exsangue. Comme si son réalisateur avait trop voulu faire attention. Le film laisse néanmoins attendre de belles choses de William Oldroyd, à condition qu'il ne laisse pas sa rigueur l'étouffer.

Lady Macbeth. Drame de William Oldroyd. Avec Florence Pugh, Cosmo Jarvis, Paul Hilton et Naomi Ackie. 1h28.

> Consultez l'horaire du film




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer