• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • > André Arthur blâmé deux fois pour incitation à la violence 

André Arthur blâmé deux fois pour incitation à la violence

Le Conseil de presse du Québec et le... (Photo Jean-Marie Villeneuve, archives Le Soleil)

Agrandir

Le Conseil de presse du Québec et le Conseil canadien des normes de la radiotélévision viennent chacun de rendre une décision très critique quant à des propos tenus par André Arthur le 27 mars 2017.

Photo Jean-Marie Villeneuve, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) André Arthur n'a plus de micro depuis la fin janvier, mais ses propos continuent de faire réagir. L'ancien animateur vient d'être blâmé coup sur coup par deux organismes pour une déclaration dans laquelle il invitait ses auditeurs à frapper des cyclistes.

Le Conseil de presse du Québec et le Conseil canadien des normes de la radiotélévision viennent chacun de rendre une décision très critique quant aux propos du 27 mars 2017.

Ce jour-là, sur les ondes de la station BLVD de Québec, M. Arthur s'en prenait au vélo d'hiver en ces termes : « Aujourd'hui, quelqu'un en bicycle là, frappez-le, soulagez-le, faites quelque chose », avait dit M. Arthur au micro.

Pour le Conseil de presse du Québec, ces propos incitent à la haine et à la violence. « Encourager les automobilistes à frapper des cyclistes peut mettre des vies en danger. Il s'agit d'un manque flagrant aux principes de déontologie journalistique », explique le Conseil dans sa décision datée du 19 janvier mais rendue publique hier.

« Bien que le Conseil reconnaisse une grande latitude aux journalistes d'opinion, il considère que dans le cas présent, M. Arthur a largement outrepassé les limites permises à ce genre. »

- Extrait de la décision des commissaires

Au lendemain de sa sortie qui avait soulevé un tollé, André Arthur s'était excusé, prétextant une « crampe au cerveau ». Pour le Conseil de presse, « ces excuses n'étaient pas proportionnelles à la gravité des propos tenus ».

Le Conseil avait reçu quatre plaintes à la suite des déclarations de M. Arthur. L'une des plaignantes est une élue de Projet Montréal dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

« Comme citoyenne, comme personne qui fait du vélo d'hiver, mais aussi dans mon rôle d'élue qui fait la promotion du vélo quatre saisons, je n'ai pas voulu laisser passer ça, explique Marianne Giguère, conseillère municipale du district De Lorimier. J'ai fait une plainte en bonne et due forme pour qu'on en parle, pour que ce soit su partout que ce genre de propos n'est pas acceptable. »

Selon les règles du Conseil de presse, la station BLVD a 30 jours pour rapporter la décision en ondes. La Presse a écrit à Jean-François Leclerc, copropriétaire de la station, pour lui demander s'il s'engageait à le faire. Nous n'avions pas reçu de réponse hier au moment de publier.

CCNR : 1112 PLAINTES

Pour les mêmes propos, André Arthur a aussi été blâmé cette semaine par le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR). L'organisme fédéral a reçu 1112 plaintes à la suite des propos de l'ancien animateur contre les cyclistes.

Selon la décision, M. Arthur a enfreint le code de déontologie de l'Association canadienne des radiodiffuseurs. Ce code interdit les propos marqués « de violence gratuite [...] ou de contenu qui endosse, encourage ou glorifie la violence ».

« Je suis contente qu'il ait été blâmé parce que c'était odieux comme propos. Ç'avait vraiment soulevé un tollé. Ses excuses le lendemain, je ne les avais pas trouvées très, très sincères. »

- Suzanne Lareau, PDG de Vélo Québec

Le 28 juillet, BLVD répondait par lettre aux 1112 plaignants, comme le prévoit le processus du CCNR. « Cet incident malheureux nous a rappelé notre rôle et notre impact dans la communauté et [a] raffermi notre désir d'offrir une radio de qualité. Nous avons saisi l'occasion pour sensibiliser les animateurs de la station à l'importance de faire preuve de prudence et de modération dans leurs propos », écrivait BLVD.

La « prudence et la modération » ont paru manquer à André Arthur le 24 janvier dernier. Ce jour-là, parlant de la rue Saint-Jean, qui se trouve « au coeur du quartier gai » de Québec, il la rebaptisait « boulevard sida ».

BLVD l'a congédié cinq jours plus tard. L'homme n'a pas retrouvé de micro pour l'instant.

Le chef d'antenne de TVA Pierre Bruneau... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Le chef d'antenne de TVA Pierre Bruneau

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Le commentateur politique Luc Lavoie... (Photo Bernard Brault, La Presse) - image 2.1

Agrandir

Le commentateur politique Luc Lavoie

Photo Bernard Brault, La Presse

D'autres décisions du Conseil de presse

« Terrorisme à l'envers » : Pierre Bruneau blâmé

Le populaire chef d'antenne Pierre Bruneau a été blâmé par le Conseil de presse pour avoir tenu des propos discriminatoires entretenant des préjugés. Le 29 janvier 2017, au cours d'une émission spéciale diffusée en direct à TVA en marge de la tuerie de la Mosquée de Québec, M. Bruneau a déclaré notamment déclaré que « quelqu'un de la communauté [qui] attaque les musulmans, c'est un terrorisme à l'envers ». Le journaliste a formulé des excuses au lendemain de sa déclaration malheureuse, mais le Conseil souligne que « le tort causé à la communauté musulmane par ses propos ne s'efface pas de ce seul fait ».

Luc Lavoie pouvait critiquer Martine Ouellet

Une plainte déposée contre le commentateur politique Luc Lavoie a été rejetée. Le plaignant reprochait à M. Lavoie d'avoir tenu, pendant l'émission La Joute du 7 octobre 2016, à LCN, des propos haineux et injurieux envers Martine Ouellet, aujourd'hui chef du Bloc québécois. « Je l'aime pas beaucoup, parce qu'en plus, elle dit pas mal de conneries », avait dit M. Lavoie en ondes. Le Conseil de presse note toutefois que même si Luc Lavoie a tenu « des propos qui peuvent sembler durs », ils ne sont pas jugés haineux ou injurieux. Un grief d'inexactitude a également été rejeté dans la même affaire.

Propos méprisants sur les Israéliens au 91,9 Sports

L'animateur Michel Langevin et le journaliste Martin Leclerc ont été blâmés pour avoir tenu des propos méprisants et entretenu des préjugés envers les Israéliens. Sur les ondes du 91,9 Sports, le 10 mars 2017, dans le cadre d'une discussion sur l'équipe de baseball d'Israël pendant l'émission Du sport, le matin, M. Leclerc a notamment affirmé qu'« à part lancer des roches pis des grenades, [les Israéliens] lancent pas grand-chose ». M. Langevin a ajouté que « ç'a l'air qu'ils courent vite aussi », ce à quoi M. Leclerc a répondu : « Pas sûr que c'est juste des buts qu'ils volent là-bas. » Des « éclats de rire soutenus » s'en sont suivis, souligne la décision du Conseil de presse.




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer