• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • > Pour en finir avec la séduction à la française 

Pour en finir avec la séduction à la française

Plus tôt cette semaine, Catherine Deneuve a signé... (photo Stéphane Mahé, archives Reuters)

Agrandir

Plus tôt cette semaine, Catherine Deneuve a signé une tribune défendant la « liberté d'importuner » des hommes.

photo Stéphane Mahé, archives Reuters

La journaliste française Lauren Bastide a publié hier, avec une trentaine de féministes, une riposte à la tribune parue dans Le Monde, signée entre autres par Catherine Deneuve, défendant la «liberté d'importuner» des hommes. Nous l'avons interviewée alors qu'elle se trouvait en déplacement à Hong Kong.

Quelle a été votre réaction à cette lettre publiée dans Le Monde?

La tribune elle-même ne m'a pas surprise. Quand on évolue dans les milieux féministes, on connaît les positions de ces femmes ; ce n'était pas la première fois qu'elles les exprimaient. Ce sont des réactionnaires et leur position est plutôt minoritaire. Ce qui m'a surtout fait réagir, c'est l'ampleur accordée à cette lettre de la part des rédactions comme celles de Libération ou du Point. Les journalistes masculins étaient trop contents de pouvoir relayer cette opinion qui traduit un sentiment antiféministe qui fait écho à ce qu'ils pensent, mais n'osent pas dire tout haut. Et c'est encore mieux quand c'est porté par des femmes. J'ai cosigné hier la tribune de Caroline De Haas en réaction à cette lettre, mais je dois dire que ça m'embête de devoir attaquer d'autres femmes. Je ne suis pas dupe, je sais très bien que ça fait le lit du patriarcat de voir des femmes s'opposer entre elles.

Diriez-vous que le mouvement #balancetonporc a eu un impact aussi fort en France que #moiaussi au Québec et #metoo aux États-Unis?

Non, et je dois dire que la résistance de la société française me désole. Au collectif Prenons la Une, nous avons été contactées par des femmes qui souhaitaient porter plainte. Une plainte a été déposée contre le présentateur de la chaîne parlementaire LCP, Frédéric Haziza. Mais après une suspension de quelques jours, il a été réintégré. On parle encore de la séduction à la française, du droit de draguer, de flirter, d'importuner les femmes... On a un énorme problème avec ça. Même lorsque le président Emmanuel Macron a prononcé un discours important et fondateur à propos des droits des femmes le 25 novembre dernier, il a réussi à parler de séduction! Il faut croire que la main au cul est une tradition française à préserver au même titre que le saucisson et le bordeaux!

La plupart des signataires de la fameuse tribune publiée dans Le Monde sont des femmes âgées de 60 ans et plus. Serait-ce une question de génération?

Il y avait aussi des femmes très jeunes parmi les signataires. Non, je crois que c'est plutôt une question de classe. Leur position est celle de bourgeoises blanches de Saint-Germain-des-Prés. Elles sont les premières à dénoncer les actes sexistes lorsqu'ils sont commis par des musulmans ou par des individus issus des classes populaires. Nous sommes vraiment face à une perspective classiste.

Au Québec comme aux États-Unis, ce sont majoritairement des enquêtes réalisées par des femmes journalistes qui ont mené à la chute d'hommes importants comme Harvey Weinstein ou Gilbert Rozon. Assiste-t-on au même phénomène en France?

Pas vraiment. Cela fait longtemps qu'avec le collectif, nous réclamons des cellules d'enquête dans les rédactions. Depuis l'affaire Baupin, en fait. [NDLR: Denis Baupin est un député écologiste qui a été accusé d'agressions sexuelles en 2016] Jusqu'ici, c'est surtout BuzzFeed France qui est actif sur ce front. Je me réjouis, cela dit, que Le Monde annonce la mise sur pied d'une cellule d'enquête. Il y a encore trop peu de femmes dans les rédactions françaises et elles sont surreprésentées dans les postes de pigistes. Elles n'osent pas parler, de peur de perdre leur emploi. Au collectif, nous encourageons toutes les rédactions à mettre sur pied une structure pour recueillir les plaintes. Nous sommes très mobilisées. En 2017, le mouvement des femmes a connu un tournant historique dans les pays anglo-saxons. En France, il faudra sans doute attendre 2018...

Qui est Lauren Bastide?

Lauren Bastide est journaliste et créatrice du studio de production de balados Nouvelles écoutes, qui produit entre autres le balado féministe La poudre, qu'elle anime. Elle est également porte-parole de Prenons la Une, le «collectif de femmes journalistes pour une juste représentation des femmes dans les médias et l'égalité professionnelle dans les rédactions».

___________________________________________________________________________

> Lisez la tribune des 100 femmes dans Le Monde: http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/09/nous-defendons-une-liberte-d-importuner-indispensable-a-la-liberte-sexuelle_5239134_3232.html

> Lisez la tribune de Caroline De Haas: www.francetvinfo.fr/societe/droits-des-femmes/tribune-les-porcs-et-leurs-allie-e-s-ont-raison-de-sinquieter-caroline-de-haas-et-des-militantes-feministes-repondent-a-la-tribune-publiee-dans-le-monde_2553497.html

> Consultez le site du collectif Prenons la Une: prenons-la-une.tumblr.com

> Consultez le site de Nouvelles écoutes: www.nouvellesecoutes.fr




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer