• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • > Obscénités: une journaliste de la CBC confronte un groupe d'hommes 

Obscénités: une journaliste de la CBC confronte un groupe d'hommes

Jaela Bernstien menait une entrevue sur la possibilité... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Jaela Bernstien menait une entrevue sur la possibilité de renommer la rue Amherst en l'honneur de Jacques Parizeau quand un groupe d'hommes s'est mis à lui crier des vulgarités.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Une journaliste montréalaise a confronté, vendredi, un groupe d'hommes qui lui ont hurlé des obscénités à caractère sexuel alors qu'elle réalisait une entrevue filmée pour le réseau CBC, un incident qui n'est pas sans rappeler la réaction d'une reporter à la sortie d'un match de soccer à Toronto le mois dernier.

Jaela Bernstien menait une entrevue sur la possibilité de renommer la rue Amherst en l'honneur de Jacques Parizeau quand un groupe d'hommes s'est mis à lui crier des vulgarités.

La journaliste de la CBC a décidé de les confronter et a filmé leur conversation, qu'elle a publiée sur sa page Facebook personnelle.

Mme Bernstien a demandé aux jeunes hommes s'ils pensaient que leur tapage était «amusant». L'un d'eux s'est couvert le visage et a dit qu'il croyait plutôt que ses paroles étaient «des commentaires».

Un autre a répliqué: «Tu n'as pas entendu parler de cette blague?», en faisant référence à l'incident de Toronto et à d'autres à l'étranger.

Jaela Bernstien leur a dit que leurs commentaires étaient «grossiers».

«Vous vous moquez du viol et j'apprécierais que vous ne le fassiez plus», a-t-elle conclu en leur souhaitant une bonne journée.

Le 12 mai, la journaliste Shauna Hunt, du réseau CityNews, a vécu une situation semblable alors qu'elle réalisait un vox pop à la sortie d'un match de soccer à Toronto. L'un des hommes impliqués a été renvoyé par son employeur et la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a affirmé sur Twitter «que le harcèlement sexuel au travail n'était pas une blague».

This is how I dealt with two guys who shouted F**** her in the P**** (FHRITP)*WARNING VERY EXPLICIT LANGUAGE*In hindsight, I probably should have used more tame language when responding, but in the heat of the moment I opted to speak to them in their own language. This happened while I was VJing, alone (a videojournalist is someone who does all their own camerawork and reporting).

Posted by Jaela Bernstien on 5 juin 2015
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer