• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • > SRC/CBC: les syndicats réclament la démission d'Hubert Lacroix 

SRC/CBC: les syndicats réclament la démission d'Hubert Lacroix

Les quatre syndicats francophones de CBC/Radio-Canada ont demandé mardi la... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Montréal

Les quatre syndicats francophones de CBC/Radio-Canada ont demandé mardi la démission de Hubert Lacroix, PDG du diffuseur public, accusé d'avoir licencié 4000 personnes depuis 2009.

Nommé en 2008 à la tête de CBC/Radio-Canada par le Premier ministre Stephen Harper, M. Lacroix a multiplié les annonces de suppressions de postes dans un contexte d'amaigrissement des services publics imposé par les réductions budgétaires du gouvernement.

Depuis 2009, la redevance payée par chaque foyer canadien est passé de 34 $ par an à 29 $. Sur les 10 000 employés que comptait alors le groupe public, au moins 2500 ont été licenciés, selon les chiffres annoncés.

Sur ce chiffre va venir s'ajouter la suppression de 20% des effectifs d'ici 2020, annoncée fin juin par la direction, pouvant aller jusqu'à 1500 postes.

La coalition des syndicats francophones évoque pour sa part le chiffre de 4000 licenciements déjà réalisés.

Dans ce contexte, «les quatre syndicats du réseau français de CBC/Radio-Canada réclament la démission de sa haute direction et de tout le conseil d'administration (CA) du diffuseur public», selon leur communiqué commun.

Selon eux, les «décisions» prises par M. Lacroix et son CA «menacent la culture des francophones» au Canada et «mettent en péril toute la production réalisée en interne».

Les syndicats accusent les dirigeants de CBC/Radio-Canada de mener une «entreprise de destruction massive qui démolit lentement mais sûrement le seul diffuseur public présent dans tout le pays».

Cet appel intervient dans la foulée de la publication du livre brûlot Ici était Radio-Canada, rédigé par l'ancien directeur de l'information de Radio-Canada, Alain Saulnier, qui accuse M. Lacroix et son équipe de ne pas avoir su défendre CBC/Radio-Canada en raison de leur allégeance supposée au gouvernement conservateur de M. Harper.

Rejetant ces accusations, M. Lacroix a expliqué lundi que ces licenciements ont été imposés par la réorganisation des médias, face à la révolution du numérique: «Le modèle d'affaires traditionnel est brisé», a-t-il soutenu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer