Larousse donne dans le «vert» pour «glamouriser» son dictionnaire

Une page de dictionnaire... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Une page de dictionnaire

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Isabel MALSANG
Agence France-Presse
PARIS

La cuisine «moléculaire» et la «bistronomie» font leur entrée dans le dictionnaire Larousse 2016, qui parie aussi sur les mots «verts» pour «glamouriser» la langue française.

Le dernier cru du célèbre dictionnaire, qui accueille quelque 150 mots nouveaux, fait la part belle aux nouvelles tendances gastronomiques et environnementales, sans faire l'impasse sur les mutations scientifiques ou informatiques, ni sur les autres évolutions sociétales.

Mis en vente le 28 mai, le dictionnaire est traditionnellement plus vendu à la rentrée, qui sera cette année marquée par la conférence internationale sur le climat à Paris (30 novembre-11 décembre).

Larousse a senti le vent et verdi son registre. Ainsi «l'anthropocène» (période géologique marquée par l'impact environnemental des activités humaines, NDLR) fait son entrée, mais aussi la «durabilité», «l'électrosensibilité», «l'écopastoralisme», et la «particule» (polluante, en suspension dans l'air).

Certains termes s'enrichissent de sens nouveaux: «responsable» n'est plus seulement celui qui «se porte garant» ou celui qui «pèse les conséquences de ses actes», il s'emploie aussi à «respecter les valeurs de développement durable».

«L'oubli» devient numérique. «L'action» est aussi judiciaire et collective. Quant à la «ferme», elle n'est plus exclusivement agricole depuis qu'elle définit un «regroupement de dispositifs identiques dans un même lieu et à même échelle» (ferme de serveurs, ferme photovoltaïque).

Se «glamouriser» ou se «mémériser»? 

Côté cuisine, l'ouvrage a retenu la tomate «coeur-de-boeuf», qui conviendra sans doute aussi bien aux «crudivores», qu'aux «végan».

Les baies de «goji» regorgeant de vitamine C et le «guar» pourraient, eux, plaire aux amateurs de «bistronomie», à moins qu'ils ne trouvent une utilisation en cuisine «moléculaire».

Quant aux «fashionistas», entrées l'an dernier dans le dictionnaire, elles devront faire attention de ne pas se «mémériser» en essayant de se «glamouriser».

Au total dans son édition 2016, la vénérable maison française, dont la devise reste «Je sème à tout vent», répertorie 62 800 mots et 5500 dessins, schémas, photos et cartes.

Sur l'internet, avec une carte d'activation apposée sur la couverture, les lecteurs auront accès à 80 000 mots, 9600 verbes conjugués, et 200 vidéos tirées des archives de l'Ina sur les moments marquants du XXe siècle.

La carte multimédia, «une innovation de 2016», donne accès aux ressources «jusqu'au 1er janvier 2018 avec des mises à jour régulières», précise Carine Girac-Marinier, directrice du département Dictionnaires et Encyclopédies de Larousse.

Pour être accepté, un mot doit à la fois être nouveau et installé dans la pratique, selon Mme Girac-Marinier, qui reconnaît que les réunions du comité de sélection de 40 personnes sont parfois «fatigantes», pour départager les candidats.

Le «bolos» et le «melon»

Alors que de nombreux termes anglo-saxons entrent dans les pages blanches («bitcoin», «selfie», «big data», «open data», «community manager»), Larousse tient bon - en plein débat sur l'enseignement des langues anciennes au collège - sur ses célèbres pages roses, regroupant les locutions latines et grecques, petit trésor de culture générale, où «carpe diem» croise «vox populi, vox Dei».

La francophonie livre quelques pépites: «chneuquer» pour «fouiller, fouiner», vient de Suisse, et «siester» pour «faire la sieste», arrive d'Afrique. Le Québéc propose «l'égoportrait» en lieu et place du «selfie».

En matière politique, rien de plus agaçant qu'un «bolos» (ringard) qui aurait attrapé le «melon». Le mot de l'année pourrait être «clivant» pour certains, la «lose» pour d'autres. À moins que «dédiabolisation» ou «rétropédaler» ne prennent le dessus.

Mais, arrêtons de «chouiner» (se plaindre). Pour alléger l'ambiance, après «zénitude» l'an dernier, voici venir «zénifiant», «qui calme, apaise» comme «le parfum de la fleur d'oranger».

Quant aux nouvelles personnalités, le dictionnaire accueille cette année l'artiste britannique Banksy, roi du street art, la jeune Pakistanaise Nobel de la Paix Malala Yousafsai, le philosophe français Bernard Henri-Lévy ou le pionnier de l'agroécologie Pierre Rabhi, au milieu d'une cinquantaine d'autres noms.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer