L'ossuaire: de la vie des morts ****

L'ossuaire... (Photo fournie par Leméac)

Agrandir

L'ossuaire

Photo fournie par Leméac

La PresseMario Cloutier 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

La mort enveloppe la narratrice de ce magnifique petit livre. Les suicides et les décès tragiques parcourent sa vie. Pis, la jeune femme semble s'en nourrir en mangeant trop, notamment, alors que sa seule amie, Maude, meurt d'anorexie.

La narratrice a une mère, pardon, «la» mère, qui la tue de son désamour, alors qu'elle s'attache à un vieux voisin agriculteur, simple et bourru, qui mourra lui aussi.

En filigrane de son existence peu ordinaire, elle raconte sa visite de Kutná Hora, non loin de Prague, connu pour son ossuaire.

Elle y côtoie la mort d'encore plus près. Des milliers, voire des millions d'os qui ont tous eu une histoire, des amours, une vie. Parce que c'est de ça qu'il s'agit finalement.

De la vie où l'on est censé apprendre à mourir. De la vie qui grouille de boue, de sang, de pensées, de désirs et de dégoût quand on regarde la mort en face. Pas en mirant l'au-delà, mais l'au-dedans. Il n'y a pas un mot de trop ou qui manque chez Audrey Lemieux.

Son roman est empreint de justesse psychologique et de profondeur philosophique. C'est fort et incontournable comme la mort, interdit et inouï comme la vie. 

* * * *

L'ossuaire. Audrey Lemieux. Leméac. 118 pages.

«EXTRAIT

« Non, nous ne savons pas sur combien de morts nous marchons chaque jour, ni combien de dalles de trottoirs sont cénotaphes pour des corps enfouis, dans le secret, au plus creux du sol. Dans la rue, je ne cesse de songer que j'emboîte le pas aux morts, aux gens morts pas plus tard qu'hier ou la semaine dernière, aux gens qui marchaient d'un pas vif, d'un pas lent, marchaient vers l'épicerie, le théâtre, la patinoire, la pharmacie, marchaient et ne se savaient pas près de mourir. Nous marchons continuellement sur les morts ou sur leurs traces, nous marchons à la mort, sans même nous en rendre compte. Marchons dans un épais brouillard de fantômes, et pourtant le temps nous paraît si clair et si dégagé. »»





À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer