Les fantômes du vieux pays: les ratés du «miracle américain» ****

Les fantômes du vieux pays... (Photo fournie par Gallimard)

Agrandir

Les fantômes du vieux pays

Photo fournie par Gallimard

La PresseLaila Maalouf 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le New York Times l'a qualifié de «grand roman américain des deux dernières décennies». On a tendance à abonder dans ce sens en plongeant dans ce pavé ambitieux qui a demandé 10 ans d'écriture à l'auteur - un nouveau nom qu'il faudra tenir à l'oeil après ce premier roman magistral.

Nathan Hill donne un visage aux ratés du «miracle américain» sur une période de plus de 40 ans, essentiellement à travers le personnage de Samuel, un professeur de littérature qui passe ses journées branché à un jeu vidéo dans son bureau plutôt que d'essayer de devenir le grand romancier de ses rêves.

Hanté depuis son enfance par le départ de sa mère qui réapparaît brusquement dans sa vie, Samuel est l'incarnation d'une génération à la dérive, s'apitoyant sur son sort et cherchant sans cesse des excuses à ses échecs.

Des contestations étudiantes de 1968, à Chicago, au «monde d'après le 11-Septembre», Hill déterre des décennies de secrets familiaux et fait revivre des luttes sociales qui ont marqué le pays, alternant les époques et effectuant des incursions fort détaillées dans la vie de personnages secondaires - accessoires servant à illustrer ses propos sur un système d'enseignement défaillant, des forces policières abusives et une société aux valeurs quelquefois mal placées.

* * * *

Les fantômes du vieux pays. Nathan Hill. Gallimard (collection Du monde entier). 720 pages.

«Extrait

« Plus il s'approche de la ville, plus la route semble un champ de mines ou de bataille - des chauffards qui zigzaguent, déboîtent devant vous, vous collent au pare-chocs, vous klaxonnent dans les oreilles, lancent des appels de phare, comme autant de traumas intimes exposés au grand jour. Samuel navigue dans cette circulation chaotique comme dans un magma de haine morose. [...] Il n'y a pas de lieu moins hospitalier en Amérique - pas de lieu moins fraternel, moins coopératif, pas de lieu où le sacrifice pour le bien commun ait moins de sens - qu'une route de Chicago à l'heure de pointe. »»





publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer