Pas de deux: les deux solitudes ****

La PresseMario Cloutier 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Il y a toujours deux solitudes dans la rencontre. Si la rencontre n'en est pas tout à fait une, les solitudes s'effleurent et demeurent entières.

Le Pas de deux d'Anne Guilbault est un pas de danse réel et imaginaire. Un mouvement spectaculaire - le suicide d'une femme - vu par plusieurs partenaires d'un duo impossible, suivi d'une plongée dans la vie de ces témoins. Non, il n'y aura pas de deux ! Dans un petit village de pêcheurs sans histoire, une femme se jette à l'eau. Son geste a touché plusieurs personnes qui racontent ce moment, mais surtout leurs petites misères, leurs désillusions.

Voici le roman choral d'un choeur désaccordé. Un kaléidoscope de perceptions et d'émotions à l'unisson pendant un seul moment qui les unit tous, celui de la mort. On pourrait penser à une oeuvre sombre, mais c'est là qu'agit l'écriture lumineuse et sensible d'Anne Guilbault. La vie est un cirque et ses personnages-acrobates sont irisés, incandescents presque. Ces témoins du tragique sont portés par la transcendance d'une langue belle et vraie. Touchante.

Malgré sa brièveté, c'est un roman dense, qui possède la grâce de dire le maximum avec un minimum de moyens. 

****

  • Pas de deux
  • Anne Guilbault
  • XYZ
  • 109 pages

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer