Les vies de papier: une existence constituée de livres ****

Les vies de papier, de Rabih Alameddine... (Image fournie par Les Escales)

Agrandir

Les vies de papier, de Rabih Alameddine

Image fournie par Les Escales

La PresseLaila Maalouf 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans sa version originale en anglais, ce roman qui a remporté le prix Femina étranger il y a quelques semaines porte le titre d'Une femme non nécessaire.

L'auteur, Libanais d'origine et Américain d'adoption, donne la voix à Aaliya dans sa deuxième oeuvre traduite en français.

Cette femme non religieuse, «un brin obsessionnelle», n'a plus à 72 ans que ses livres et sa solitude. À travers sa vie constituée de lectures et de traductions qu'elle entasse dans une chambre de son appartement, sans jamais les faire lire à quiconque, elle raconte sa ville - Beyrouth -, un pays déchiré par la guerre, mais surtout, «une vie perdue» car son existence de divorcée, sans descendants, n'a jamais été ni comprise ni appréciée de ses compatriotes.

Toute sa vie, Aaliya aura aspiré à être «plus qu'un grain de poussière» et se console en lisant Pessoa, Cioran ou Sebald.

Rabih Alameddine est un formidable conteur qui nous entraîne dans l'intimité troublante d'une femme singulière et de ce qu'a été sa vie.

Émouvant et inspirant, ce roman émaillé de phrases parmi les plus belles qui n'aient jamais été écrites laissera des traces indélébiles chez tout passionné de littérature. 

* * * *

Les vies de papier. Rabih Alameddine. Traduit de l'anglais par Nicolas Richard. Les Escales. 327 pages.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer