Vies et morts de Kamal Medhat: l'inaccessible cohésion ***1/2

La PresseÉric Clément 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À couteaux tirés depuis des lustres, l'Irak et l'Iran constituent la toile de fond de ce neuvième roman d'Ali Bader. L'écrivain irakien domicilié en Europe - à qui l'on doit Papa Sartre, maintes fois primé - livre ici une histoire de meurtre plutôt anodine dans le regrettable contexte du Proche-Orient contemporain.

L'évocation de Kamal Medhat, compositeur et violoniste irakien renommé assassiné à Bagdad en 2006, est le prétexte d'une réflexion sur les moeurs sociales, religieuses et politiques, les différentes identités et la tradition de violence de cette région stratégique.

Le narrateur est chargé d'enquêter sur la mort de ce musicien qui a dû quitter l'Irak quand ce pays a décidé en 1950 - après la guerre israélo-arabe - d'expulser les citoyens juifs (salut à vous, cher Naïm Kattan!).

Débute alors une vie d'errance qui mènera l'artiste de Bagdad à Damas puis à Téhéran avant un retour fatal dans la capitale irakienne. Une existence épuisante, incarnée sous trois identités, parsemée de rencontres avec bien des femmes, notamment trois épouses qui lui donneront trois fils aux identités divergentes: l'un sera juif et les deux autres chiite et sunnite.

L'histoire de ce roman est bien agencée, si réaliste qu'on a parfois l'impression que ce violoniste a vraiment existé. 

Les amateurs de Fernando Pessoa seront de plus ravis de trouver dans cette méditation littéraire sur l'identité un brin d'intérêt poétique.

Elle permet aussi de constater le chaos que représente le Proche-Orient depuis la création d'Israël, puis la mort de Nasser. La révolution islamique en Iran, les guerres d'Irak et du Koweït, les dictatures, interventions américaines et agressions de part et d'autre ont conduit à l'actuelle menace du groupe armé État islamique.

Une répétition d'agressions que le héros humaniste du roman n'aurait pas été surpris de constater, lui qui pensait fédérer les âmes avec sa musique et espérait voir renaître le lustre passé de cette région où la cohésion des diversités semble décidément inaccessible.

* * * 1/2

Vies et morts de Kamal Medhat, Ali Bader, Seuil, 336 pages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer