Moi aussi j'ai eu une petite amie bisexuelle: un petit roman très attirant ***

Andrée LeBel
La Presse

Le sujet peut sembler banal: un professeur d'université épris d'une de ses étudiantes. Mais le roman est beaucoup plus complexe: habilement construit, il propose une vision de la sexualité du XXIe siècle, se colle à l'actualité, révèle des jeux politiques et des atteintes aux libertés individuelles.

Présenté comme un roman d'amour et de sexe, il porte aussi sur la mémoire et les événements qui nous marquent.

Un écrivain argentin est invité par une université du sud des États-Unis pour donner un cours sur la littérature espagnole. Dans une ambiance de rectitude politique et de suspicion, l'obsession du sexe est omniprésente.

Et c'est la sexualité qui ouvre la voie aux sentiments. Une sexualité sans tabous qui trouve son intérêt dans l'exploration de nouvelles frontières.

L'auteur de Mathématique du crime (2004) reconnaît s'être inspiré de certains éléments autobiographiques. Ayant déjà été professeur dans une université américaine, il décrit avec justesse la vie sur le campus.

Il y va aussi de quelques réflexions sur la critique littéraire, s'inspirant de Tzvetan Todorov et d'Italo Calvino. L'originalité du titre, la couverture très réussie et une belle écriture toute en nuances rendent ce petit roman très attirant.

Moi aussi j'ai eu une petite amie bisexuelle, Guillermo Martinez. Nil, 222 pages.




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer