La juste part : du grille-pain et de la répartition des richesses ***

La PresseKarim Benessaieh 3/5

Sur le même thème

Avez-vous déjà fabriqué un grille-pain? Essayez de le faire de A à Z, en commençant par extraire le minerai de ses composantes, puis en assemblant les 404 pièces de cet objet si commun qu'on peut acheter pour moins de 10$.

Vous réaliserez alors que derrière ce banal appareil se cachent des millénaires d'évolution humaine. Vous en profitez tous les jours sans en avoir conscience. Cette dette, c'est également celle que contractent ceux qui s'enrichissent en croyant pourtant devoir leur succès à leurs seuls mérites.

Voilà, en une question insolite et en plusieurs réponses percutantes, le coeur de la thèse de La juste part, un petit essai d'une centaine de pages publié par deux philosophes québécois, David Robichaud et Patrick Turmel. L'expression a beau être à la mode ces temps-ci, les auteurs n'abordent pas la question de la hausse des droits de scolarité. Ou alors de façon très indirecte: contrairement à ce que prône la droite néolibérale, ceux qui s'enrichissent ont l'obligation de redonner une partie de leur fortune à la société.

Pourquoi? Parce qu'ils n'auraient pu s'enrichir sans une organisation sociale - avec ses normes, ses conventions et sa coopération acceptées par une majorité de citoyens - qui le leur permet. Payer sa juste part d'impôts permet de maintenir cette cohésion sociale. Il ne s'agit pas de nier les vertus du libre marché, mais de rappeler qu'il a besoin d'être régulé pour rester libre, justement. «Sans nourriture disponible aisément, sans sentiment de sécurité assuré par le respect de certains droits individuels, parions que De Vinci, Edison, Nobel [...] auraient passé plus de temps à inventer des méthodes de culture potagère et des pièges contre les voleurs», écrivent les auteurs.

Le charme de cet essai, c'est qu'il navigue sans cesse entre la démonstration philosophique rigoureuse et les exemples frappants. Ils sont souvent éclairants, mais malheureusement parfois simplistes - c'est le principal défaut du livre.

Hockeyeurs nés en janvier

Saviez-vous qu'une proportion anormalement élevée de hockeyeurs sont nés en janvier? Que la meilleure stratégie de séduction pour cinq hommes qui rencontrent cinq femmes, mais qui s'entichent tous de la seule blonde du groupe, est de ne justement pas draguer cette blonde? Pourquoi un nombre incroyablement élevé de milliardaires de l'informatique, comme Steve Jobs et Bill Gates, sont nés entre 1953 et 1956?

Rien n'est dû au hasard, mais à une conjonction de facteurs qui permettent ces succès. Et, au premier plan, à la coopération, sans qui «la vie de l'être humain est solitaire, indigente, dangereuse, animale et brève».

__________________________________________________________________________

* * *

La juste part. Repenser les inégalités, la richesse et la fabrication des grille-pains. David Robichaud et Patrick Turmel. Série Documents, du magazine Nouveau Projet. 102 pages.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer