Affaire Jacques Languirand: la version de sa biographe

Jacques Languirand entouré de sa conjointe Nicole Dumais... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Jacques Languirand entouré de sa conjointe Nicole Dumais et de sa biographe Aline Apostolska en octobre 2014.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des interrogations ont été soulevées sur Jacques Languirand, hier, après que l'émission de Paul Arcand au 98,5 FM eut relayé des allégations d'inceste lancées sur l'internet par Line Beaumier, ex-conjointe de sa fille Martine Languirand, morte il y a près d'un an.

Selon ces allégations, l'homme de radio se serait confié à ce sujet à l'auteure Aline Apostolska lors de la rédaction de sa biographie autorisée Le cinquième chemin, parue en 2014 aux Éditions de l'Homme. Mais la famille de M. Languirand, qui souffre aujourd'hui de la maladie d'Alzheimer et s'est retiré de la vie publique, se serait opposée à la publication de ces souvenirs.

«Je ne dirais jamais que ce n'est pas vrai. Je ne dirais pas que je ne sais rien et que je n'ai rien enregistré. Mais pour des raisons contractuelles, je ne peux pas en parler», affirme la biographe, Aline Apostolska.

«La seule personne qui pourrait m'obliger à sortir mes enregistrements, c'est un juge. Je ne peux pas divulguer mes preuves et mes enregistrements», a-t-elle ajouté.

Confessions

À l'automne 2012, Jacques Languirand apprend qu'il est atteint de la maladie d'Alzheimer. Il décide alors de faire la lumière sur sa vie privée et familiale dans sa biographie rédigée par la journaliste et auteure Aline Apostolska. «C'est une biographie autorisée. [...] J'ai fait un gros boulot de journaliste pendant plus de deux ans», dit-elle.

Selon elle, Nicole Dumais, qui partage la vie de Jacques Languirand depuis la fin des années 90, a exigé en 2013 d'avoir un droit de regard et d'approbation du manuscrit.

«Elle avait déjà la responsabilité juridique et la tutelle de son mari à cause de sa maladie. Il était pourtant encore très lucide à l'époque. Mais on a signé, explique Aline Apostolska. J'ai fait mon travail, remis mon manuscrit et la clause a été appliquée.»

D'après Aline Apostolska, les agressions dont Martine aurait été victime étaient connues de sa famille. «Tout le monde le sait très bien. Martine me l'a dit. Ce n'est pas un secret. Martine en a aussi parlé à beaucoup de monde. Je me suis retrouvée dans des dîners où les gens se mettaient à me parler de ça en apprenant que j'écrivais la biographie de Jacques.»

«Martine était vivante quand la famille a décidé d'enlever des extraits. Elle n'a rien fait et m'a dit: "Tu sais, c'est comme ça." Elle ne voulait pas en parler. Si elle avait voulu porter plainte, ça fait longtemps qu'elle l'aurait fait.»

En froid depuis de nombreuses années, Martine Languirand et son père avaient repris contact pendant la rédaction de la biographie. «Jacques avait décidé de faire le livre, de tout me dire et il l'a fait, précise l'auteure. Jacques parlait surtout de ses choses personnelles, de ses deux filles. À un moment, lors de notre entrevue, Martine m'a confié qu'on lui disait toujours que ça devait être extraordinaire d'être la fille de Jacques Languirand et qu'elle voulait se tuer chaque fois. C'est dans le livre, tout comme beaucoup d'autres choses.»

Plainte

Le 22 juillet 2015, Martine Languirand s'est éteinte subitement à son domicile, emportant avec elle la vérité sur cette affaire.

Mais Line Beaumier, avec qui Mme Languirand a partagé 18 mois de sa vie, a commencé à évoquer ces agressions présumées dans les médias sociaux, dans la foulée de l'affaire Jutra. Sur son site personnel, qui ne compte plus qu'une seule entrée, elle écrit avoir porté plainte contre Jacques Languirand la semaine dernière.

Le Service de police de la ville de Montréal refuse de commenter l'affaire, mais une source policière confirme qu'une plainte a bel et bien été déposée et qu'une enquête est ouverte.

La raison pour laquelle Line Beaumier fait tout ça me semble discutable. Martine est morte l'été dernier, Line était son ex-compagne. Elle est tombée en dépression et se pose un tas de questions. Quand l'affaire Jutra est sortie, elle n'arrêtait pas de m'écrire pour me dire qu'il fallait qu'on en parle. Elle avait décidé d'aller de l'avant et de faire quelque chose. Mais je ne voulais pas entrer là-dedans. Je ne parle plus à Line Beaumier ni à Nicole Dumais», a déclaré Aline Apostolska.

Le rapport du coroner concernant la mort de Martine Languirand sera rendu public le 3 mai.

Silence du côté de la famille

Line Beaumier, réalisatrice et auteure, n'a pas rappelé La Presse hier.

Les trois enfants de Martine Languirand, son ex-conjoint Robert Devroede et son frère Pascal Languirand n'ont pas non plus répondu aux questions de La Presse, tout comme Nicole Dumais, conjointe de Jacques Languirand.

Du côté de Radio-Canada, où l'animateur a travaillé pendant 43 ans, notamment à l'émission de radio Par 4 chemins et à l'émission culturelle La bande des six, Marc Pichette, directeur des relations publiques, s'est contenté de dire que la société d'État ne ferait «aucun commentaire».

Rappelons que l'animateur et vulgarisateur a mis fin à sa carrière et animé sa dernière émission le 1er février 2014. Jacques Languirand est atteint de la maladie d'Alzheimer et s'est retiré de la vie publique. Il aura 85 ans le 1er mai.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer