Deux aquarelles du Petit Prince vendues 771 000 $

Deux aquarelles du Petit Prince, le célèbre garçon aux cheveux d'or d'Antoine... (PHOTO AFP)

Agrandir

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Deux aquarelles du Petit Prince, le célèbre garçon aux cheveux d'or d'Antoine de Saint-Exupéry, ont été adjugées mercredi pour un total de 520 000 euros (771 000 $) à Paris, a-t-on appris auprès de la maison de ventes Artcurial.

La première aquarelle, évaluée à entre 110 000 et 140 000 euros, a été vendue pour 294 000 euros (436 000 $) et la seconde, évaluée à entre 92 000 et 110 000 euros, est partie pour 226 000 euros (335 316 $), selon Artcurial.

«Les enchères ont salué avec ferveur les deux aquarelles ayant servi à illustrer l'édition originale du Petit Prince de Saint-Exupéry. Les prix obtenus pour ces images iconiques sont à la mesure de cette oeuvre universelle et de sa notoriété internationale», s'est félicité Guillaume Romaneix, spécialiste livres et manuscrits d'Artcurial.

Joyau universel, Le Petit Prince est une oeuvre au destin planétaire. Elle a été traduite en 270 langues, a fait l'objet de plus de 1300 éditions et compte plus de 145 millions de lecteurs.

Le Petit Prince a été conçu et rédigé aux États-Unis pendant l'exil de l'écrivain aviateur en 1942. Il a été publié pour la première fois à New York en 1943.

La première aquarelle (27,8 x 21,4 cm) représente le Petit Prince assis sur une chaise, contemplant un soleil rougeoyant qui disparaît derrière des fleurs et des joncs. Saint-Exupéry a utilisé une encre brune et de l'aquarelle ocre, brune, rouge et bleue pour la réaliser.

La seconde aquarelle, de même format, représente le Petit Prince allongé sur le ventre dans un jardin de roses. Elle a été faite par l'écrivain-aviateur français à l'encre brune et l'aquarelle ocre, brune et rouge avec quelques traits de crayon noir.

Une suite de onze dessins préparatoires, constituant indéniablement une première ébauche de l'ouvrage mythique, réalisés sur des feuilles de papier pelure (27,9 x 21,6 cm) et légendés par Saint-Exupéry, ont été vendus 104 000 euros. L'ensemble était évalué à entre 80 000 et 100 000 euros.

Enfin, une des deux dernières lettres de l'écrivain, écrite la veille de sa mort à son ami Pierre Dalloz, a été vendue 18 200 euros (évaluée à entre 15 000 et 20 000 euros).

La lettre se termine par ces mots dramatiques: «Si je suis descendu je ne regretterai absolument rien (...). Moi, j'étais fait pour être jardinier».

Saint-Exupéry a disparu en vol le 31 juillet 1944 au large de Marseille pendant qu'il effectuait une mission pour préparer le débarquement des Alliés en Provence. Il n'a jamais regagné sa base et a été déclaré «mort pour la France».

L'auteur de Vol de nuit et de Terre des hommes, un pilote de l'Aéropostale, la ligne transatlantique qui se consacrait au transport du courrier, pendant l'entre-deux-Guerres, avait 44 ans au moment de sa disparition.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer