Cinq livres qui parlent du 11-Septembre

Les attentats du 11 septembre 2001 ont marqué, il va sans dire, l'imaginaire... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les attentats du 11 septembre 2001 ont marqué, il va sans dire, l'imaginaire collectif. Voici cinq romans qui ont abordé le sujet de front.

Extrêmement fort et incroyablement près, de Jonathan Safran Foer

L'histoire d'Oskar, un petit garçon de 9 ans, fan des Beatles et d'astrophysique, dont la vie est bouleversée par la mort de son père, disparu dans l'effondrement des tours du World Trade Center. Un roman qui raconte la quête d'un gamin hyper sensible à la recherche de la serrure qui pourra accueillir la clé que son papa lui a laissée. Émouvant. 

Windows on the World, de Frédéric Beigbeder

« Le seul moyen de savoir ce qui s'est passé dans le restaurant situé au 107e étage de la Tour Nord du World Trade Center, le 11 septembre 2001, entre 8 h 30 et 10 h 29, c'est de l'inventer », déclarait Frédéric Beigbeder qui a très bien réussi son pari. Son roman raconte l'histoire d'un père qui prend le petit-déjeuner avec ses deux fils de 7 et 9 ans. On a l'impression d'y être et c'est déchirant. 

La belle vie, de Jay McInerney

Pour l'auteur de Bright Lights, Big City, la fête s'est terminée le 11 septembre 2001, alors que tout ce qui faisait briller New York - l'argent, la célébrité, le glamour - a perdu son sens. L'attentat n'a pas seulement détruit des tours, il a décimé des familles, ébranlé des couples, remis des pendules à l'heure. Et McInerney le raconte vraiment bien. 

Samedi, d'Ian McEwan

L'écrivain anglais nous offre une parabole sur les attentats du 11 septembre 2001 : pendant une marche contre la guerre en Irak (comme la marche historique qui a eu lieu à Montréal en février 2003), le destin d'un neurochirurgien admiré de tous croise celui d'un petit bandit aveuglé par la violence. C'est la rencontre du bien et du mal ou, si on préfère, une autre image pour illustrer le passage d'une société de climat de paix à climat de guerre. 

Onze, d'Annie Dulong

L'auteure, qui est aussi à l'origine d'un formidable répertoire des oeuvres de fiction liées au 11-Septembre (lmp.uqam.ca/), imagine le quotidien de 11 personnages qui ne savent pas encore ce qui les attend le matin du 11 septembre 2001, au World Trade Center. Un des rares romans québécois qui portent sur les attentats.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer